20 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


8/02/2002 • 19h32

Poussière d´étoiles, un opéra technoïde

À partir du 16 février, la Cité des Sciences de Paris va vivre la nuit, en ouvrant ses portes à " Poussière d’étoiles ", un spectacle d’un nouveau genre, à mi-chemin entre le reportage scientifique et l’opéra technoïde.

Un "opéra cosmique ", pour chanter la mort d’une étoile...On pouvait s’attendre au pire. Et pourtant, l’équipe de " Poussière d’étoiles " réussit à nous faire décoller. Un an et demi de chantier de nuit et un budget de 25 millions de francs ! La Cité des sciences n’a pas lésiné sur les technologies de pointe. Pour raconter la genèse de l’Univers, le concepteur de spectacles Philippe Corbin, le metteur en scène Stéphane Vérité et la conceptrice d’images Marie-Jeanne Gauthé ont travaillé sur une séquence en images projetée sur une surface de 2400 m2 sous la toiture du hall de la Cité.

Des ingénieurs de l’Institut Géographique National ont grimpé jusqu’à voûte pour la cartographier au plus précis, et permettre la conception de deux toiles amovibles circulaires déployées à quarante-cinq mètres de hauteur. Six “ pigis ”, (appareils capables de projeter des images géantes jusqu’à 250 mètres de distance) et deux projecteurs vidéo couvrent la superficie totale de l’écran, et permettent de superposer plusieurs images, de jouer avec des mouvements d’images différents.

Des photos d’archives de la NASA côtoient des images composées de toutes pièces : " Nous voulions marquer une différence graphique très nette entre la représentation mentale de la " purée initiale ", qui n’est qu’une supposition scientifique, et les véritables images d’étoiles dont nous disposons " explique Philippe Corbin. On ne peut pas s’y tromper : les particules élémentaires incandescentes de la " purée initiale " ressemblent aux balles de lotos colorées qui tourbillonnent dans leurs sphères transparentes... Mais la qualité des images de la galaxie est sidérante. L’astrophysicien Hubert Reeves lui-même, conseiller scientifique du spectacle, avoue ne pas connaître une représentation plus juste du système solaire.

Une petite voix dans l’oreille du spectateur

Côté son, la partition musicale de Nicolas Frize est diffusée par un dispositif acoustique étonnant : il attribue une piste sonore à chacune des sources disséminées dans le bâtiment et ce pour 72 pistes synchrones, individuellement réglées et corrigées. L’ensemble de la spatialisation a été conduite à partir du logiciel Max MSP, depuis une régie déportée mobile dans tout le bâtiment. Par ailleurs, 2000 haut-parleurs ont été disposés dans les 500 sièges utilisés dans l’Acte II, pour permettre la réception optimisée d’une voix plus intime au plus près des spectateurs.

Nicolas Frize pilote le tout du bout d’un stylet sur une palette graphique. Si l’on est parfois frustré de ne pas plus profiter de tout ce dispositif, que le son n’ait pas plus d’ampleur, le musicien explique que c’est parce qu’il ne voulait pas détourner l’attention du public des images. Au départ, la petite voix qui vous parle à l’oreille déstabilisait les spectateurs qui cherchaient d’où elle venait... Aujourd’hui, cette voix est diffusée à 20 % dans le micro du siège et le reste dans tout le hall. Une scène de 2000m2, on avait jamais vu ça à Paris.

Il n’en fallait pas moins pour l’initiateur de ce pari fou, Philippe Corbin. Nommé responsable des spectacles à la Caisse Nationale des Monuments historiques et des sites en 1990, il signe à 34 ans, sa première création avec " Poussière d’étoiles ", l’adaptation de l’ouvrage d’Hubert Reeves. Interview.

Transfert : Il n’y a pas de comédiens dans ce spectacle, alors que vous mettez en scène ?

Alain Corbin : Pour moi, la matière du livre d’Hubert Reeves devait se chanter, j’ai pensé d’emblée à un opéra mais sans comédiens ni chanteurs. Un opéra où l’on s’écarte de toute préoccupation anthropocentrique. Avec Hubert Reeves, nous avons créé un univers peuplé de machines. Nous entraînons le spectateur dans un conte où les héros sont l’espace, le temps, la matière, les galaxies et les nébuleuses ; où la mort que l’on chante est celle d’une étoile. Un univers loin des sentiments humains, où la psychologie n’a pas cours... La difficulté était de ne pas plonger dans un univers à la Disney, d’être fidèle au propos scientifique tout en laissant libre cours à l’imagination.

C’est un spectacle pédagogique ?

Ce n’est pas mon but. Ce qui m’intéresse, c’est de proposer au spectateur de vivre une expérience nouvelle. Au premier acte " Fin d’une journée sur la terre ", il est invité à se balader, à contempler, écouter. Le parti pris est de lui faire perdre ses repères. Je le plonge dans l’étrangeté : il est entouré d’une toile peinte de 160 mètres de long et dix mètres de large conçue par Marie-Jeanne Gauthé, dans laquelle des papillons gigantesques (4 mètres de haut pour les plus petits) agitent doucement leurs ailes. Dans l’obscurité, l’environnement sonore vient piquer sa curiosité. Puis il est invité à emprunter les escalators pour découvrir la " Nuit Galactique " qui raconte la déflagration initiale du big bang et les premiers moments de l’univers. Les gens sont allongés sur un divan, l’histoire leur est contée par des projections sur les deux coupoles qui couvrent le hall de la Cité, accompagnées de chants lyriques. Au troisième acte, enfin, intitulé " Le premier matin du monde ", l’océan a investi tout le hall, jusqu’à recouvrir les escalators...

Premières réactions ?

Plutôt bonnes dans l’ensemble, même si le public ne se laisse pas toujours aller... Au premier acte, il reste immobile, attend que quelque chose se passe. Il faut prendre les spectateurs par la main pour qu’ils se baladent, découvrent d’eux-mêmes l’espace. Nous allons donc ajouter des éléments scénographiques pour les guider. On a encore quelques nuits de chantier devant nous ! Mais il faut toujours du temps pour qu’un spectacle se rôde. Pour la musique et l’image, les technologies très pointues demandent enfin de " derniers " petits calages. Nicolas Frize, l’auteur de la musique, affine la diffusion de sa musique, pour que tout reste cohérent aux oreilles des 500 personnes présentes... Nous devons achever toutes ces petites retouches rapidement, mais la machine est lourde, et le moindre changement prend du temps : il faut passer par toutes les démarches administratives, la commission de sécurité etc...

De quoi êtes-vous le plus satisfait ?

J’assume tout. Au premier acte, l’atmosphère " organique " correspond vraiment à ma poésie, ça me fait décoller... Mais je n’ai plus aucun recul ! Ce qui me touche surtout aujourd’hui, c’est le déplacement du public : voir 500 personnes un peu perdues, les yeux écarquillés, qui montent tout doucement l’escalator, sans savoir où on les emmène...ça m’amuse beaucoup !

Le site de la Cité des Sciences
http://www.cite-des-sciences.fr
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse