24 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/02/2002 • 13h22

Internet ne se résume pas au Web

En créant AlloCiné, Jean-David Blanc a lancé un service au véritable succès populaire. Après le Minitel, le téléphone, il a basculé sur le Web et même la télévision... Il a aujourd’hui quitté Allociné, repris par Canal Plus.


Transfert
Quand et comment avez-vous découvert Internet ?

J’utilise le Réseau depuis longtemps. Dès 1984, j’utilisais déjà des "services en ligne" depuis mon micro-ordinateur (les modems étaient à l’époque des modems acoustiques à 300Bps !). J’utilisais, entre autres, un service qui s’appelait Calvados en France (devenu Calvacom), et j’étais abonné aux services américains The Source et Compuserve. C’est François Benveniste (à l’époque PDG de Calvacom) qui m’a le premier parlé du Web (réseau ouvert a contrario des réseaux propriétaires tels qu’AOL ou Compuserve) vers 1994 ou 1995.

Pourquoi vous êtes-vous impliqué dans Internet ? Quel a été le déclic ?

Le concept d’AlloCiné incluait depuis longtemps la distribution de ses services sur toutes formes de médias. Comme je vous l’ai indiqué plus haut, je suis un utilisateur des réseaux depuis longtemps. Mais à l’époque, on ne pouvait pas parler d’usage grand public. Lorsque j’ai compris que le grand public allait véritablement se mettre à utiliser les réseaux (ouverts ou fermés) je me suis dit qu’il était devenu justifié d’y installer AlloCiné (déjà présent sur le téléphone, les guichets automatiques et le Minitel).

Quand avez-vous compris que cela allait vraiment décoller en France ?

En 1994 ou 1995, lorsque François Benveniste m’a parlé du réseau ouvert (le Web), j’ai pensé qu’il était trop tôt pour ouvrir des services à destination du grand public, soucieux d’obtenir une information rapidement et sujette à toutes les formes d’alternatives. C’était l’époque de l’évangélisation. Les acteurs de l’Internet passaient d’ailleurs plus de temps à évangéliser, à expliquer, qu’à construire. En 1997, j’ai senti que l’usage du Réseau allait dépasser le cercle de quelques passionnés pour entrer véritablement dans le grand public et devenir un média. Nous avons ouvert allocine.com cette année-là. Je ne m’attendais pas à une telle accélération et à un tel succès !

Comment avez-vous vécu la période automne 1999-printemps 2000 ? Que faisiez-vous ?

J’ai souhaité lever les premiers capitaux pour AlloCiné en 1994. À l’époque, j’ai mis deux ans pour convaincre un capital risqueur d’investir 5 millions de francs. L’entreprise s’est autofinancée l’année qui a suivi et est devenue bénéficiaire dès 1997. En 1999, AlloCiné existait déjà depuis cinq ans. À cette époque, c’était tout le contraire du premier tour : les capitaux risqueurs frappaient à notre porte et proposaient d’investir à des valorisations extrêmement élevées. Les services que nous avions lancés marchaient déjà très fort, et j’avais encore en tête de nombreux projets de développement, à la fois nouveaux et complémentaires (chaîne de télévision, boutique de produits dérivés, international, etc.). Nous avons levé les capitaux pour les réaliser. Nous avions à peine bouclé ce second tour de table que le groupe Canal Plus nous a contacté, à son tour, pour nous proposer de s’associer au développement d’AlloCiné. Le pari qui nous a été proposé, la qualité des hommes que j’ai rencontrés et l’admiration que je portais à Pierre Lescure m’ont tout de suite fait accepter leur proposition. Le capital risqueur qui venait d’arriver souhaitait plutôt une sortie en bourse, pensant obtenir une valorisation de l’entreprise bien plus élevée...

Comment analysez-vous aujourd’hui cette frénésie de huit mois ?

Il faut me semble-t-il séparer deux choses : la frénésie technologique et sociale, et la frénésie financière. La frénésie technologique et sociale (découverte des possibilités du média, invention de nouvelles technologies, création de nouveaux services, espérance en de nouvelles possibilités, de nouveaux espaces), sont du domaine de la prise de conscience que le monde changeait et que la société en elle-même pouvait changer. En réalité, j’étais étonné que la société n’ait pas pris conscience de son changement plus tôt, avec l’arrivée de l’ordinateur personnel dans les années 80, de tous les progrès technologiques qui se sont passés dans les quinze années qui ont suivi, et parallèlement, un nouveau type d’entrepreneurs. Ce déclic s’est fait brutalement en 97 ou 98. C’est devenu un événement, alors que cela aurait dû être une évolution douce. Cette frénésie sociale s’est accompagnée d’une frénésie financière qui me semblait à l’époque, elle aussi, brutale et mais surtout démesurée.

Quel a été, selon vous, le signal de la chute des dotcoms ?

L’effet Powerpoint ! J’étais sidéré de voir comment certains montaient des dossiers d’investissement sur des sociétés qui n’existaient que sur slides, et obtenaient des fonds faramineux à des valorisations considérables en moins de temps encore. Je me suis dit que là, il y avait un problème, et qu’une "entreprise Powerpoint" ne pouvait pas valoir plus qu’une PME comportant des usines, des magasins, des commerciaux, des ingénieurs, des ouvriers, etc.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Je prends une année sabbatique.

Croyez-vous toujours autant à Internet ?

Plus que jamais ! Mais je précise : l’Internet ne se résume pas au Web...

Croyez-vous au commerce en ligne ? Croyez-vous à l’avenir du Web non marchand ?

Je crois plus généralement à une voie nouvelle de communication pour les hommes, la culture, le savoir, les services. Cela englobe tout ce que vous évoquez, et de nouveaux usages qu’on ne pouvait pas imaginer avant et dont on découvre à peine les prémisses aujourd’hui.

Comment voyez-vous les années à venir ?

La découverte de ces nouveaux usages, et après cette de prise de conscience brutale, une intégration plus douce.

Croyez-vous toujours dans ce qu’on a appelé la "netéconomie" ?

Je ne crois pas à la "netéconomie", mais à ce qu’on appelle la "nouvelle économie", caractéristique des entreprises qui se sont lancées sur le Net, mais pas seulement. C’est un état d’esprit dans lequel toute forme d’entreprise peut s’installer, dès qu’elle se met à innover et se remet en question en permanence, tant dans son organisation que dans ce qu’elle produit.

Quelles vont être, selon vous, les futures grandes échéances et que vont-elles apporter ?

L’arrivée du Broadband (permettant la transmission de nouvelles formes de données, en particulier audiovisuelles enrichies), l’arrivée de ces données sur les produits de consommation courants (dans la voiture, la télé, le frigo, le téléphone, etc.), l’invention de nouveaux produits (PDA, et autres)... Tout cela va nous mener, petit à petit, à de nouveaux usages, des modifications de notre quotidien, et finalement l’évolution (positive mais aussi négative) de notre société. Un peu comme l’arrivée de la voiture, du train ou de l’avion nous ont apporté davantage de libertés avec des conséquences sociales, culturelles et économiques, mais aussi les accidents, la pollution...

Internet en France - 7 Ans d'aventures
 
Dans la même rubrique

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA

14/11/2003 • 14h40

Le V2V, une vidéothèque militante et décentralisée

13/11/2003 • 16h07

Les télés libres appellent à des états généraux européens du "tiers secteur audiovisuel"
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse