22 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/02/2002 • 13h35

« Jusqu’ici, toutes les prévisions se sont trompées »

Interview de KRN

Quand et comment avez-vous découvert Internet ?


Transfert
En 1995, au Centre Pompidou dans le cadre de la revue Traverses avec, dès 1992, la découverte des BBS sur Amiga comme préambule de la communication en réseau.

Pourquoi vous êtes vous impliqué dans Internet ? Quel a été le déclic ?

Internet constituait, pour nous, un moyen d’assurer à nos activités une visibilité plus grande qu’avec les moyens classiques. Nos activités étaient dès le départ liées aux nouvelles technologies. Le déclic s’est fait dès 1995, nous lisions beaucoup de livres américains de prospectives qui signalaient, dès cette époque, le potentiel du réseau cybernétique. Au début il s’agissait de notre part moins d’opportunisme que d’intérêt pour un média nouveau où tout était à inventer.

Quand avez-vous compris que cela allait vraiment décoller en France ?

En 1998, lorsque le gouvernement a commencé à modifier sa politique par rapport au Minitel.

Comment avez-vous vécu la période automne 1999-printemps 2000 ? Que faisiez-vous ?

Les soubresauts de la netéconomie ne nous ont pas touchés, du fait que notre activité est relativement indépendante de l’état du marché et se concentre principalement sur la « part maudite » du Réseau, c’est-à-dire l’art et la culture. En fait, nous nous sommes amusés de tous ces effets d’annonce et de mode. Nous sommes véritablement étrangers à cet univers, nous le regardons en entomologistes.

Comment analysez-vous aujourd’hui cette frénésie de huit mois ?

À l’époque, n’importe quelles dotcoms trouvaient des investisseurs, sans aucune viabilité économique et surtout sans aucune compréhension profonde du Réseau. Il y avait là une superficialité, un effet d’entraînement comme si notre époque cherchait artificiellement de nouveaux débouchés.

Quel a été, selon vous, le signal de la chute des dotcoms ?

Quand les médias ont commencé à s’enthousiasmer pour la netéconomie. Leur enthousiasme n’est jamais très bon signe.

Que faîtes-vous aujourd’hui ?

La même chose qu’en 1995 : nous croyons que l’économie sur le Réseau ne saurait se réduire à un commerce dans le sens naïf du terme, car toute économie a besoin d’un « supplément » qui réside, selon nous, dans l’art. Le Réseau devient intéressant socialement s’il parvient à produire des cultures, des imaginaires et des codes symboliques nouveaux.

Croyez-vous toujours autant à Internet ?

Oui, mais pas comme un réseau isolé. Nous devons le lier à d’autres réseaux déjà existants. L’idée de réseau consiste dans le fait que chaque média fait réseau avec un autre média. D’où le fait qu’il faut imaginer des voies de passages entre Internet et le cinéma, la télévision, l’édition, etc. Internet ne vient pas remplacer les autres médias, il s’y articule.

Croyez-vous au commerce en ligne ? Croyez-vous à l’avenir du Web non-marchand ?

Cela dépend ce que l’on nomme le Web non-marchand. Si nous entendons par là un Web sans aucun moyen financier, cela a un avenir et porte déjà un nom : « les pages persos ». Si on entend par là l’élaboration d’une économie qui n’est pas seulement fondée sur l’achat de biens matériels, mais aussi sur le loisir ou ce qu’on nomme plus justement l’« entertaiment », alors nous pouvons supposer qu’Internet peut devenir un média extrêmement performant dans ce domaine. L’industrie culturelle et l’industrialisation de la culture est une des questions posées à l’avenir du Web.

Comment voyez-vous les années à venir ?

Toutes les prévisions se sont jusqu’ici trompées parce que le temps technologique est celui de l’innovation permanente : une vitesse qui se dépasse toujours elle-même dans un mouvement d’obsolescence immédiate. Une nouveauté à peine annoncée est déjà dépassée. Les prévisions générales sont souvent faites pour rassurer quelques investisseurs incertains.

Croyez-vous toujours dans ce qu’on a appelé la « netéconomie » ?

Oui, mais avec des voies de développement plus subtiles et fondées sur une compréhension plus intense du Réseau. La netéconomie a été souvent une économie sans fondement, sans concept et sans analyse. Quand on lit des livres sur le sujet, c’est assez étrange comme si l’argent fonctionnait sans aucun régime symbolique, comme si les internautes étaient un stock d’acheteurs toujours disponible. L’économie fonctionne sur des modalités plus diversifiées et complexes.

Quelles vont être, selon vous, les futures grandes échéances, et que vont-elles apporter ?

Tout d’abord l’introduction de la 3D avec Macromedia et Intel qui va bouleverser notre conception des interfaces et les modes de navigation. Internet va sans doute évoluer vers une fusion entre le Réseau et le concept de « réalité virtuelle », ce qui est le sens originel du « cyberespace » chez W. Gibson. Ensuite, l’introduction culturelle d’Internet dans le corps social qui va, peut-être, avoir comme effet que les internautes vont prendre le temps, perdre du temps, regarder et entendre, et, qui sait, être émus par ce qu’ils voient.

Internet en France - 7 Ans d'aventures
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse