24 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/11/2001 • 19h01

Internet : les élus locaux se hâtent lentement

Lors de la rencontre Remics à Bordeaux, qui a réuni du 8 au 10 novembre les associations de l’Internet solidaire, peu d’élus étaient au rendez-vous. Pas d’affolement pour Michel Briand, adjoint au maire de Brest qui, lui, y était...

Ingénieur télécom, adjoint au maire de Brest chargé du dossier des nouvelles technologies, Michel Briand est un optimiste. À Remics, ils n’étaient qu’un poignée d’élus, comme lui, à s’être mobilisés pour venir débattre dans les ateliers de la rencontre. Mais pour lui, le terrain est maintenant prêt pour que les collectivités se lancent.

Pourquoi un tel optimisme ? J’anime un groupe de travail à l’association des villes câblées numériques : il y a trente participants, et dix à quinze élus. Dans une autre association, celle du pays de Brest, il y a trente élus sur plus de cinq-cent personnes. On y parle de la manière de lancer un site sur le Web, de mettre en réseau les écoles, les accès publics. Tout cela aurait encore été impossible il y a deux ou trois ans. En Bretagne, on a deux-cent cyber-communes, c’est-à-dire des villes qui disposent de points d’accès public à l’Internet, sans compter la ville de Brest elle-même. Rapporté à l’ensemble du territoire français, ça ferait 8 000 villes. Or, on en est seulement à 3 000 en France, si on respecte la définition : un espace public = huit ordinateurs et un animateur.

Certaines villes ont peut-être moins de moyens que Brest ? Le budget de la ville, c’est 5 à 6 f par an et par habitant pour développer les points d’accès publics ; 1 f par an et par habitant pour les appels à projets, qui servent à développer l’accès à l’Internet, 6 F par an et par habitant pour le mutimédia dans les écoles. On est même prêts à financer des accès dans les maternelles, puisque Jack Lang, le ministre de l’...ducation, le demande...

À quoi ça sert, le multimédia à la maternelle ? On a déjà équipé et relié l’ensemble des écoles primaires. Si c’est pour que le ministre envoie des mails directement aux instits, comme il en aurait formulé l’intention, ça se discute. Si c’est pour un projet pédagogique, d’accord. On voulait le faire de toutes façons, mais à notre manière, en trois ans, tranquillement. La première année avec ceux qui sont très intéressés, la seconde avec ceux que ça aura rendu curieux et la troisième avec les plus réfractaires à qui l’exemple donnera forcément envie de suivre. Dans ces matières, on n’impose jamais rien par le haut.

C’est pour cela que vous n’arrivez pas à développer les accès dans les lycées ? Ça, c’est un vrai motif d’insatisfaction. À ma connaissance, il y a moins d’une heure d’accès par an et par élève en dehors des formations professionnelles. Très peu de lycées disposent de salles en accès libre. Il y a juste quelques postes à partager pour un millier d’élèves.

Brest peut payer ? Je voudrais d’abord que la communauté urbaine finance, pendant six mois ou un an, un emploi pour étudier l’organisation de tels points d’accès... Parce que, avant d’installer quoi que ce soit, il est plus sage d’envisager comment et avec l’aide de qui les lycéens vont pouvoir s’approprier l’outil. Ce n’est pas si simple. On n’a pas d’équipes dans les établissements pour assurer ce suivi. C’est bloqué depuis un an... et il a fallu six mois pour que la fiche descriptive du projet soit écrite ! Il va encore falloir six mois pour décider du financement.

Vous venez de financer un point d’accès pour les "SDF avec chiens", pourquoi ? Dans le cadre des appels à projets auprès des associations, celui-ci a été soumis au jury. Il est composé de représentants de l’...ducation nationale, de la ville, de la caisse d’allocations familiales, de bibliothèque, du Conseil général. Une association, spécialisée dans l’accueil des SDF, s’est rendue compte qu’ils étaient chassés des points d’accès publics. On n’est pas allée la chercher. On donne 15 000 francs pour ce genre de projet. Ils ont déjà un local, ça leur permet d’acheter le ou les micro-ordinateurs dont ils ont besoin.

Pourquoi est-ce important de toucher tous les publics, via les points d’accès en ville ? La densité des services proposés sur Internet ne fait que s’accroître. En particulier de la part des services publics pour faciliter les démarches administratives. Il devient donc de plus en plus nécessaire que les habitants des quartiers puissent disposer d’un accès Internet. Plus le nombre des utilisateurs sera grand, plus le sentiment de ceux qui ne le sont pas, de "ne pas en être" sera violent. C’est une problématique comparable à celle de la scolarisation. Si l’école obligatoire ne touchait pas tout le monde, ce serait tout aussi insupportable. Pour vivre en société, être un citoyen, il faut une certaine base culturelle, et tout le monde y a droit. Même si ce n’est pas encore aujourd’hui, il faut que ce soit possible un jour.

La mairie de Brest:
http://www.mairie-brest.fr
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse