18 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


12/11/2001 • 18h36

HP-Compaq : la famille s’en mêle

Les héritiers Hewlett et Packard se sont prononcés contre le projet de mégafusion entre Hewlett-Packard et Compaq. Une mésaventure de plus pour les deux sociétés dont le mariage ressemble de plus en plus à un chemin de croix.

David W. Packard a rejoint le camp des opposants à la mégafusion entre les géants de l’informatique Hewlett-Packard et Compaq. Le fils du cofondateur de HP n’a pas été tendre avec le projet de rapprochement des deux géants de l’informatique, annoncé en grandes pompes le 3 septembre dernier : "La logique à l’œuvre dans le plan de fusion dépend de licenciements massifs." Au moins 15 000 devraient avoir lieu, vue la structure des deux groupes. David Packard, qui a reconnu que les fondateurs du groupe n’avaient jamais garanti la pleine sécurité de l’emploi, s’est tout de même ému parce, selon lui, ils "n’ont jamais développé une telle stratégie industrielle préméditée qui traite les employés de Hewlett-Packard comme s’ils étaient jetables". Le jour même des déclarations de l’héritier, le 7 novembre, le direction de Hewlett-Packard, qui a déjà licencié 6 000 personnes dans les douze derniers mois, a annoncé qu’elle prévoyait de geler les salaires indéfiniment. Les préoccupations sociales de David Packard, qui contrôle directement, via la fondation Packard Humanities Institute, 1,3 % du groupe, sont venues s’ajouter à celles d’un autre héritier, Walter B. Hewlett, qui a rendu public son opposition officielle à la mégafusion. Walter B. Hewlett a déclaré qu’il considérait que le projet aller emmener le groupe vers le marché du PC qui est en pleine crise, et l’éloigner de ses activités fortes dans les imprimantes.

Affaires de famille Initialement estimé à 25 milliards de dollars, le deal vise à créer un groupe de taille à rivaliser avec le leader IBM. La réunion des deux constituerait un monstre de 87,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires sur les douze derniers mois, employant 145 000 salariés et occupant la place de leader sur le marché du PC. Carly Fiorina, PDG de Hewlett-Packard depuis deux ans, a dû réagir aux déclarations des deux héritiers, et faire le tour des actionnaires afin de les rassurer sur la pérennité du projet de fusion, qui laisse de plus les marchés boursiers sceptiques depuis qu’il a été présenté. Avec ces affaires de famille, les spéculations vont bon train. Les partisans de l’échec de la fusion se renforcent et attendent beaucoup de la décision de la fondation David and Lucile Packard. Quatre de ses cinq milliards d’actifs sont valorisés en titres de la société, soit 10,3 % du capital de HP. David Packard ne contrôle pas directement la fondation, mais deux de ses sœurs font partie de son conseil d’administration. La Fondation a indiqué qu’elle ne se prononcerait pas avant sa prochaine assemblée, début décembre.

Hewlett-Packard:
http://www.hp.com Compaq:
http://www.compaq.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse