22 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/08/2001 • 19h21

Les talibans n’aiment toujours pas Internet

Le gouvernement afghan interdit de nouveau tout usage du Réseau, se réservant l’unique accès du pays. Ce raidissement a attiré une attaque de hackers sur l’un des sites officiels.

Les talibans ne sont pas des chantres de la modernité et tiennent à le prouver une fois de plus. Samedi 25 août, le mollah Mohammad Omar, chef suprême des talibans, a interdit, par décret, tout usage d’Internet en Afghanistan. Communiquée par la radio officielle, l’interdiction émanerait du ministère pour la Promotion de la vertu et la prévention du vice, une police religieuse déjà connue pour avoir banni des choses aussi diverses que le rasage pour les hommes, la télévision, les magnétoscopes, la langue anglaise, les cours d’informatique, la musique ou les images représentant des êtres humains. Le prétexte est bien sûr le caractère anti-islamique, vulgaire et immoral du Réseau mondial. Chargé de poursuivre les contrevenants, le ministère appliquera des peines qui n’ont pas été précisées mais aussi dures que l’application fanatique de la loi islamique le permet. Selon le décret, il revient au Bureau des communications de "trouver les moyens de garantir que toute utilisation d’Internet deviendra impossible". Les talibans ont enfin précisé qu’ils conservaient un seul point de connexion, sous le contrôle d’un "homme de confiance", dans le bureau du mollah situé à Kandahar, une ville du sud du pays où résident la plupart des leaders islamistes.

Obsession ancienne

Si cette décision est spectaculaire, elle ne change, en fait, que peu de choses à la situation réelle d’Internet en Afghanistan. Ravagé par deux décennies de guerre, le pays a un réseau d’électricité dévasté, très peu de lignes téléphoniques, encore moins d’ordinateurs et bien sûr aucun fournisseur d’accès. Les 22 millions d’Afghans n’ont donc pour ainsi dire aucun moyen de se connecter au Réseau. De plus, l’aversion pour Internet n’est pas une nouveauté pour les taliban qui, depuis leur arrivée au pouvoir en 1996, s’appliquent à établir un émirat islamique. En juillet dernier, ils interdisaient déjà Internet dans des circonstances similaires. À l’époque, l’association Afghan Islamic Press (AIP), basée au Pakistan, citait les déclarations du ministre des Affaires étrangères taliban, Maulvi Wakil Ahmad Muttawakil : "Nous voulons établir un système par lequel nous pouvons contrôler tous les contenus mauvais, obscènes, immoraux et anti-islamiques."

Opposition en ligne

La nouvelle interdiction ne fait donc que renforcer la pression qui pèse sur les quelques personnes qui peuvent se connecter grâce à des lignes de téléphones satellitaires et des fournisseurs d’accès pakistanais. Les membres du gouvernement et de l’administration afghane devront désormais faire une demande officielle par lettre auprès du bureau du mollah qui contrôle le seul point d’accès. Parmi les rares internautes se trouvaient également quelques ONG et médias étrangers, déjà dans la ligne de mire du régime, hostile à toute influence extérieure. Dans un pays qui n’a pas de service postal et un réseau téléphonique très précaire, le coup est dur. Selon un photographe italien présent sur place en septembre 2000, le commandant rebelle Massoud, dont les moujahidines tiennent encore la vallée du Panjshir (nord de Kaboul), disposerait d’une adresse électronique et la consulterait de temps en temps, via un téléphone satellitaire. Autre cible du régime, l’association Rawa (Revolutionary Association of the Women of Afghanistan) édite un site activiste à partir du Pakistan, où elle s’est réfugiée. Pour Mehmooda, une des responsables de Rawa, "les talibans sont des criminels éhontés qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour museler Internet parce qu’ils ont une peur mortelle d’apparaître au monde entier comme les théocrates les plus incultes". En effet, le Réseau est également un espace d’expression de plus en plus prisé par la très nombreuse diaspora afghane. L’ONG Afghan Women’s Mission, basée en Californie, apporte ainsi un soutien précieux à Rawa en lui permettant notamment de récolter des dons d’argent ou de matériel informatique.

Hacking de talibans

Peu soucieux du paradoxe, les talibans utilisent tout de même Internet comme moyen de promotion, depuis plusieurs années, notamment à travers des sites officiels. L’un d’entre eux, taleban.com, a d’ailleurs été pris pour cible par un hacker, quelques heures après l’annonce de samedi. Sous le pseudonyme RyDer, le pirate a remplacé la page d’accueil du site par une diatribe contre les talibans : "Pourquoi interdisez-vous l’Internet ? Je n’ai rien contre les musulmans, mais vous ne pouvez être que stupides." Ce type de piratage, appelé defacement dans la communauté hacker, est pas très difficile à réaliser techniquement mais permet de faire passer des messages de protestation politique contre une entreprise ou un gouvernement. Dans un deuxième message, RyDer lance une apostrophe à des internautes dont il aurait reçu des insultes par mail : "Bande de barbares ! Que faites-vous aux ...tats-Unis ? Vous vous dites “guerriers” mais vous planquez vos fesses dans d’autres pays. Libérez l’Afghanistan !" Les responsables de Rawa reçoivent régulièrement, elles aussi, des menaces par mail. Mehmooda raconte également que des proches des talibans avaient, l’année dernière, mis en ligne deux sites parodiques insultant les femmes de Rawa, qui ont depuis été retirés suite aux plaintes par mail de sympathisants anti-talibans.

Site officiel de L’Émirat islamique d’Afghanistan:
http://www.afghan-ie.com Site officiel de L’Émirat islamique d’Afghanistan:
http://www.taleban.com Rawa:
http://www.rawa.org The Afghan Women’s Mission:
http://www.afghanwomensmission.org
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse