13 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/08/2001 • 18h52

Le feuilleton littéraire revient... en ligne

Le prochain livre de Martin Winckler sera d’abord publié en ligne. Chaque matin (pendant 160 jours), les internautes recevront gratuitement, sous forme de mail, un chapitre de Légendes.

Martin Winckler est notamment l’auteur de La Maladie de Sachs qui racontait la vie quotidienne d’un médecin de campagne. Un best-seller récompensé par le prix du livre Inter en 1998 et qui a fait l’objet d’une adaptation au cinéma. À partir du 3 septembre prochain, la maison d’édition P.O.L publie sur Internet son nouveau livre, Légendes, un ouvrage autobiographique autour du thème des fictions. Chaque matin, du lundi au vendredi, les internautes recevront, pendant 160 jours et dans leurs boîtes électroniques, un nouveau chapitre de Légendes. En mars 2002, le livre sera vendu dans les librairies. Martin Winckler, écrivain et médecin, explique les raisons de cette expérience.

De quoi traite votre nouveau livre Légendes ?

C’est un livre autobiographique sur les fictions qui m’ont aidé à grandir. Des fictions sous toutes les formes : de la télé en passant par la bande dessinée ou encore les bouquins de science-fiction. Mais également celles que je me suis inventées ou que l’on m’a racontées. Vous savez, ce genre d’histoires que les parents racontent à leur progéniture sur leur enfance. C’est un livre qui traite de ma relation avec un ensemble très vaste de ses fictions. Et des rapports entre la mémoire et l’imaginaire. Selon moi, il n’y a pas de mémoire sans imaginaire. Vous ne vous souvenez jamais d’un fait exactement, sans qu’une dose d’imaginaire n’intervienne dans la reconstruction de la mémoire.

Pourquoi avoir opté pour ce mode de publication ?

Légendes a été conçu, à l’origine, comme un feuilleton. Un ensemble de chapitres assez courts, indépendants les uns des autres, et qui peuvent se lire de manière linéaire ou non. Ce mode de publication, par le biais de courrier électronique [un envoi de chapitre par jour, NDLR] m’a paru le mieux adapté. En recevant un chapitre tous les jours, le lecteur est lié de manière temporelle à l’histoire. Cette manière de publier restitue fidèlement la façon dont j’ai écrit cette autobiographie, c’est-à-dire chapitre par chapitre. Un résultat impossible à obtenir avec une version papier. À la fin de chaque chapitre envoyé par mail, j’ai inséré des mots, autant de liens vers d’autres fictions du livre. Ce ne sont pas des liens hypertexte, mais des invitations à voyager dans le récit. Selon moi, la mémoire d’un ordinateur fonctionne à l’identique de la mémoire de l’homme, c’est-à-dire par associations d’idées.

Que pensez-vous du livre électronique ?

Je pense qu’il ne remplacera jamais le livre papier. Au moins pour ce qui concerne la sphère littéraire. Il en va tout autrement pour les livres techniques : consulter à partir de son livre électronique une somme de publications scientifiques relève de la recherche dans une base de données. Comme sur un ordinateur. En revanche, l’approche de la littérature demeure, selon moi, non rationnelle. Il existe un rapport physique qui lie le lecteur à un livre, dans le plaisir de tourner les pages, par exemple.

Internet est-il pour vous un outil de travail ?

Oui, et à plusieurs titres. D’abord, c’est un moyen d’échange que j’utilise quotidiennement dans mon travail. En tant qu’écrivain, je me sers également d’Internet comme d’une immense base de données, une bibliothèque interactive. Je viens d’achever un livre sur la contraception (1) pour lequel j’ai effectué pas mal de recherches sur la Toile : sur les différents moyens de contraception, par exemple, ou encore comment les différents pays abordaient ce thème. Pour mon nouveau livre Légendes, le Réseau ne m’était pas d’une grande utilité puisque qu’il s’agissait de puiser dans ma mémoire et dans un ensemble de documents personnels. Au début, j’ai pensé à illustrer le livre et je comptais chercher des photos sur la Toile. Par exemple d’Alger, la ville où je suis né, dans les années 50. Finalement, ça ne s’est pas fait...

Suivez-vous de près l’actualité des nouvelles technologies. Par exemple, le débat sur le contrôle, la régulation de l’Internet ?

De près, pas vraiment. Mais mes premiers contacts avec l’ordinateur remontent à une quinzaine d’années et je suis connecté au Réseau depuis plusieurs années. Je suis pour le partage du savoir. Au regard de la structure de l’Internet, tout débat sur son contrôle est, techniquement, voué à l’échec. Ou alors il faudrait couper toutes les lignes téléphoniques ! Franchement, Internet ne me fait pas peur. On parle souvent de pédophiles ou de nazis sur la Toile, mais ceux-ci disposaient déjà de leurs canaux d’information avant la naissance d’Internet. Je ne vois pas ce que ça change : les sites pédophiles sont toujours fréquentés par des pédophiles. Ça me rappelle le débat à propos de la responsabilité de la télévision dans la violence. La télé rend-elle violent ? À Toronto et à Chicago, des villes très proches géographiquement qui ne sont séparées que par une frontière, les gens regardent les mêmes programmes de télévision. Pourtant, la violence est beaucoup plus importante à Chicago qu’à Toronto. On oublie souvent qu’Internet est surtout un mode de dialogue, une source de compréhension mutuelle. J’ai des enfants qui disposent d’une connexion à la maison et ils ne vont pas sur des sites pédophiles, parce que ça ne les intéresse pas, tout simplement. Sur Internet, ils passent leur temps à communiquer avec des potes...

(1) Contraceptions mode d’emploi, octobre 2001 (Diable Vauvert)

Pour recevoir chaque matin un chapitre de Légendes:
http://www.pol-editeur.fr/feuilleto...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse