17 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/08/2001 • 17h57

En Suisse, la transparence atteint des sommets !

Un site, lancé par un député, invite les élus Suisses à dévoiler les liens d’intérêts qu’ils entretiennent avec des structures privées, publiques ou associatives. Histoire de redorer le blason d’une classe politique engluée dans les affaires.

"Membre du conseil d’administration d’Hermès", "Membre du conseil d’administration du groupe Swatch", "Vice-président des éleveurs suisses". Voilà le type de renseignements que publie le site loobymarkt.ch sur les activités extraparlementaires (parfois très lucratives) des élus suisses. Rien de très secret, toutefois. Le site n’est d’ailleurs pas l’œuvre d’un quelconque groupe d’activistes libertaires, mais d’un très classique parlementaire. Depuis le début de l’été, "l’Action pour une libre formation de l’opinion", initiative lancée par Peter Weigelt un parlementaire du FDP (centriste), invite les élus suisses à déclarer, en ligne, "les liens d’intérêts" les unissant au secteur privé, public ou associatif.

Sociétés off shore

L’initiative, teintée d’opportunisme politique, tombe à pic... Car depuis quelques mois, il ne fait pas bon être un homme politique suisse. Un parfum de scandale flotte en effet dans les couloirs des plus hautes instances fédérales. Au début de l’année, Peter Hess, président démocrate chrétien du conseil national (l’une des deux chambres du Parlement fédéral), et l’un des personnages les plus importantes de l’état fédéral a été soupçonné d’avoir violé la loi sur le blanchiment d’argent en vigueur en Suisse depuis 1997. Au cœur de "l’affaire Hess", se trouve justement la question de mandats de gestion dont cet avocat d’affaires disposait aux conseils d’administration de cinq sociétés off shore basées au Panama, dans les îles Vierges et au Liechtenstein. Une partie de la presse suisse s’était alors déchaînée, réclamant la démission de Peter Hess. Qui s’était contenté d’annoncer l’abandon de ses 48 mandats !

Chasse aux sorcières

Il y a quelques jours, le président du Conseil national (l’une des chambres du Parlement fédéral) était finalement lavé de tous soupçons par l’Autorité fédérale de contrôle. Mais la saga Hess a laissé des traces. "Aujourd’hui, dans ce contexte, c’est un peu la chasse aux sorcières. Surtout en Suisse alémanique où se trouve la majorité du pouvoir économique du pays. Les hommes politiques disposant de mandats de gestion dans des sociétés sont immédiatement soupçonnés de corruption ou de blanchiment d’argent", analyse Yves Guisan, conseiller national FDP (radical). Quant à l’efficacité de l’outil d’information mis en place sur le Web par son collègue, l’élu du canton de Vaud reste circonspect. "...videmment, je suis pour plus de transparence. Mais je ne pense pas que ce type d’initiative change réellement les rapports de force et les intérêts existants entre les entreprises et les élus suisses. Connaître l’ensemble des mandats privés des élus ne suffit pas, dans la mesure où on ne sait pas comment ils peuvent interférer dans leur action politique."

Pas changer grand-chose

Certains vont plus loin. Patrice Mugny, élu des Verts suisses au Conseil National, – "plus à gauche que Lipietz" précise-t-il – qualifie pour sa part de "gadget" le site mis en place par Peter Weigelt. "J’ai fourni au site, afin de respecter mes engagements de transparence, la liste de mes fonctions non politiques. De toute façon, mes activités se limitent à l’associatif...", se marre Patrice Mugny. Ce militant d’ATTAC Genève et de Reporters sans frontières (entre autres) plaide surtout pour un changement du cadre législatif. "Si les lois françaises sur le financement des partis politiques étaient appliquées en Suisse, la moitié de nos parlementaires seraient en prison. Le Parlement suisse a le plus grand mal à échapper aux intérêts économiques des grands groupes. La droite est totalement prisonnière des lobbies bancaires ou chimiques de Suisse alémanique. Nous vivons sans un cadre de corruption". De ce point de vue, le site lobbymarkt risque bien de ne pas changer grand-chose. À l’automne prochain, les parlementaires helvétiques débattront d’une loi prévoyant la déclaration obligatoire, sous peine de sanctions, de l’ensemble des mandats exercés en dehors de l’Assemblée fédérale. Pourquoi pas sous la forme d’un site Internet public ?

Une compilation d’articles consacrés à l’affaire Hess:
http://www.prevention.ch/hess Le site de Peter Weigelt:
http://www.weigelt.ch Lobbymarkt:
http://www.lobbymarkt.ch/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse