22 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


5/08/2001 • 10h00

Les Investisseurs sont encore là

C’est le retour des professionnels. Après une période où n’importe qui a pu se croire investisseur, les pros sont les derniers à regarder les dossiers. Mais ils sont toujours là.

Fin 1999, début 2000, dans les grandes fêtes des First Tuesday, les investisseurs se ramassaient à la pelle, marqués d’un badge de couleur vive. Les porteurs de projets, eux aussi, étaient par centaines et tout le monde s’embrassait allègrement en pensant aux bénéfices futurs... Parfois, l’analyse des dossiers était des plus sommaires, certains business plans reposant sur dix ou douze diapos de PowerPoint. Il fallait croire dans l’équipe, et croire dans le Dieu Internet. Celui-ci, avec sa croissance à trois chiffres, devait tout pardonner, tout donner.

Cette méthode a produit quelques succès, et beaucoup d’échecs. Et elle est surtout passée de mode. Aujourd’hui, dans les réunions, les investisseurs sont discrets. Les amateurs tentent de se remettre de leurs lourdes pertes ou sont à la plage (s’ils font partie des rares à avoir gagné). Car l’investisseur occasionnel, une fois bouffé son capital, ne sait plus que faire devant l’entreprise qui périclite. Si ce n’est pleurer. Le pro de l’investissement, lui, sait : il faut remettre du cash, apporter éventuellement de nouvelles compétences.

Généralement, le pro avait prévu cette éventualité dès le premier tour, et avait conservé une ligne de crédit pour l’entreprise : l’expérience, qui permet de savoir que cela se passe rarement comme prévu. Il sait aussi qu’il n’y a que trois options :

1. Laisser tomber si la société n’a pu développer un produit ayant la moindre chance de trouver son marché,

2. Vendre, pour autant qu’il y ait preneur,

3. Renflouer la société et lui apporter éventuellement les compétences qui lui manquent, jusqu’à ce que l’équilibre soit atteint, ou qu’un acheteur se manifeste.

Cela peut représenter beaucoup d’argent. Deux à trois fois ce qui a déjà été investi. Mais c’est logique : on a cru qu’Internet pouvait s’affranchir des règles économiques normales, on découvre que les besoins en investissement sont tout aussi lourds, voire plus, que dans certaines activités traditionnelles. On découvre aussi que le marché n’atteindra pas sa maturité avant quatre ou cinq ans, et qu’il sera donc difficile aux entreprises d’être rentables rapidement. On découvre, simplement, que ce n’est pas facile. Que c’est un métier. Et que, passé cette petite période de folie de huit mois (automne 99/printemps 2000), il n’y a plus de rêve de fortune rapide et facile.

Ce réveil, mortel pour les petits investisseurs, n’est qu’agaçant pour les investisseurs professionnels. Eux aussi, au fond, ont cru à des retours sur investissement en douze mois. Ils découvrent aujourd’hui que ce sera plutôt 5 ou 6 ans, dans la plupart des cas. Alors, en bons pros, ils ont intégré les nouvelles règles. Qui sont, en fait, celles de l’économie traditionnelle.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse