06 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/07/2001 • 19h51

TourdeFrance.com : la petite reine du cul

Un cyber-squatteur récidiviste a acquis tourdefrance.com pour en faire un site porno allemand. La société du Tour tente de récupérer le nom.

L’un des sites de la grande Boucle propose un "Sex Tour" spectaculaire : pour 12 francs la minute, les amateurs peuvent se rincer l’œil sur des webcams façon cabinet de gynécologue, solarium, godemichés, femmes enceintes ou transsexuels. Le frottement des cuisses de surhommes dans des shorts en lycra ne ferait-il plus recette ? En fait, le nom de domaine tourdefrance.com appartient, depuis le 26 septembre 2000, à un certain M. Garcia, domicilié aux îles Canaries. Ce monsieur a pu déposer ce nom à la faveur d’un fâcheux "oubli" : "On se l’est fait piquer", résume simplement Florence Cochoy, la directrice juridique de la société Amaury Sport Organisation (ASO), qui gère le Tour et son site officiel, letour.fr. ASO n’a pas renouvelé cette adresse dans les délais nécessaires et l’opportun M. Garcia s’en est emparé. Tourdefrance.com est aujourd’hui un site porno en langue allemande.

Re-belote

Ironie du sort, ASO s’était déjà battu, pendant un ou deux ans, pour récupérer tourdefrance.com qui avait été déposé par un particulier américain. " Suite à nos lettres de mise en demeure, le nom nous a été rendu en 1998", rappelle Florence Cochoy. Aujourd’hui, pour défendre (à nouveau) son image de marque d’ASO, la politique maison est claire : "On ne rachète pas à des voleurs." M. Garcia va donc passer un sale quart d’heure : "Nous avons envoyé une lettre de mise en demeure mais nous ne nous faisons pas trop d’illusion. Une assignation pour contrefaçon et parasitisme est en préparation et devrait partir dans la semaine", annonce Florence Cochoy, habituée de ce genre de procédures. Le groupe Amaury, en plus d’être un groupe de presse dont les fleurons sont Le Parisien et le seul quotidien sportif français L’...quipe, est organisateur de nombreuses manifestations sportives : le Paris-Dakar, le Marathon de Paris, l’Enduro du Touquet, le Paris-Roubaix, une dizaine d’autres "classiques" de vélo, parmi lesquelles le Tour de France. Ceci a pour conséquence des dizaines d’affaires de cybersquatting. Tourdefrance.net appartient, par exemple, à TRB Systems, une société américaine basée dans le New Jersey. Tourdefrance.org a, quant à lui, été déposé par une association sportive... du Sri Lanka. "Les squatters sont des gens qui pensent pourvoir nous revendre nos propres noms de domaine ou des fans qui veulent éditer des sites de soutien à nos épreuves. Quand ils veulent nous faire grimper au cocotier, ils en sont pour leurs frais", assure Florence Cochoy. Face à ce "fléau", la directrice juridique n’est pas inquiète : "France Télévision a obtenu gain de cause pour France2.com et France3.com qui pointaient, eux aussi, vers des sites porno."

Cybersquatter professionnel

Pendant ce temps, Tourdefrance.com reçoit la visite de dizaines de milliers d’internautes, dont certains sont victimes de la méprise. Interrogé par Transfert, le fameux M. Garcia revendique 40 000 visites. L’homme explique ses motivations dans un espagnol supersonique : "J’ai déposé ce nom en toute légalité, parce que je l’aimais bien. Depuis, un éditeur de site porno me l’a loué, en attendant de me l’acheter", se justifie-t-il. Interrogé sur d’éventuels contacts avec la Société du Tour de France, M. Garcia s’énerve : "On dirait que je suis un voleur de noms de domaines ! Je n’utilise pas la marque du Tour de France, ces mots appartiennent au langage courant." M. Garcia semble, pourtant, un spécialiste de la question. Sous les prénoms Javier, Eladio ou Miguel, il a déposé des centaines de noms de domaine et est bien connu des services de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, l’institution internationale chargée d’arbitrer les litiges dans ce domaine.

Squatteur tranquille

En mai 2000, l’OMPI lui ordonnait de rendre christian dior.com et .net au parfumeur français. En août 2000, donalgodon.com revenait à la société espagnole Don Algodon ; en mars 2001, fcbayern.com était réattribué au club de football bavarois ; en mai 2001, Audi.net était récupéré par le constructeur automobile. Ce n’est pourtant pas suffisant pour terroriser M. Garcia. "Les arbitrages de l’OMPI ne servent à rien. Il faut des décisions de justice rendues par des tribunaux espagnols", fulmine-t-il. Parmi les noms de domaine "rendus" par l’OMPI, certains pointent en effet encore vers des sites en construction. "Les sociétés d’enregistrement de noms de domaine appliquent en général les décisions rendues entre deux parties relevant du même droit. Si les droits nationaux sont différents et que le défenseur n’est pas présent, c’est parfois plus compliqué", rappelle Sébastien Canevet, juriste spécialiste du droit des nouvelles technologies. Proche du Web indépendant, il se félicite que l’OMPI ait, il y a quelques mois, opéré un revirement de jurisprudence. "Depuis des années, l’OMPI donnait raison aux entreprises plaignantes contre les particuliers dans 90 % des cas. Elle tend aujourd’hui à reconnaître l’interprétation plus souple qui émane d’une directive européenne sur le propriété intellectuelle : s’il n’y a pas de risque de confusion, le défenseur a une chance", résume-t-il. M. Garcia ne devrait pas bénéficier de cette protection de la liberté d’expression, qui s’applique plutôt aux sites de critique ou de boycott des marques (lire affaire danone). Mais il ne s’en soucie guère et continue à attendre de pied ferme les plaignants : "Pendant des années, les marques ne se sont pas intéressées aux noms de domaine. Aujourd’hui, elles se réveillent et doivent aller au tribunal pour gagner contre les particuliers. Ça va leur prendre dix ans", lance-t-il en défi.

TourdeFrance.com (site porno):
http://www.tourdefrance.com Le site du Tour de France:
http://www.letour.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse