17 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/04/2001 • 23h59

Les 10 hommes du Libre en France (1/5)

archmag13
Enfants terribles de l’informatique, ils brandissent Linux et les logiciels libres à la face de Microsoft et des grands éditeurs.


Transfert
Linux, le grand phénomène du logiciel libre, est apparu en France au début des années 90. Comme une curiosité, un petit Unix gratuit de plus, rien de spécial. Comme il n’avait pas bonne presse, il est entré par la petite porte, par les serveurs BBS, puis par l’Internet, téléchargé par les étudiants et les chercheurs. Peu à peu, la communauté française du logiciel libre se développe dans l’espace cyber, mais elle se tisse également sur le terrain, avec les LUG ou GUL (groupes d’utilisateurs) que l’on trouve dans toutes les régions de France. Au niveau national, deux grandes associations vont rapidement se créer : l’APRIL (Association pour la recherche en informatique libre), en 1996 ; et l’AFUL (Association française des utilisateurs de Linux), en 1998. Le logiciel libre gagne du terrain, des installations gratuites de Linux sont organisées lors d’événements, de conférences, mais aussi... de pique-niques. Apparaissent, alors, des boutiques spécialisées et des importateurs de logiciels packagés américains. L’éditeur américain O’Reilly, associé à Eyrolles en France, distribue des ouvrages de référence autour des principaux logiciels et langages de programmation.

Mais ce ne fut qu’avec l’affaire Microsoft et l’engouement des médias qu’il parut nécessaire d’expliquer ce qu’était un logiciel libre : un logiciel gratuit, sans secret de fabrication et librement distribuable.

Libres, gratuits et transparents

Il existe quand même plusieurs façons de développer et de diffuser les logiciels libres : l’école BSD (par exemple, le serveur web Apache) considère qu’un logiciel libre est utilisable sans aucune contrainte, tandis que l’école GPL (par exemple, l’environnement GNU et le noyau Linux) prône la liberté, mais impose aux utilisateurs de rendre libres leurs propres contributions.

Avec son petit pingouin en guise de mascotte, Linux commence, dès la fin des années 90, à venir picorer sur le marché des Unix commerciaux (SCO, Sun, IBM). Ces derniers voient en lui un concurrent dangereux, cassant le marché, cassant les prix (exorbitants) des systèmes, et fonctionnant désormais sur des micros équipés de processeurs Intel, au grand dam des fabricants de stations ou de serveurs. Dans le même temps, Linux s’attaque de front à Windows NT, un système professionnel qui, malgré le marketing musclé de Microsoft, montre des faiblesses techniques, des failles de sécurité et des exigences matérielles très grandes. Windows NT est devenu un sujet de moquerie et un objet de hacking intensif pour la communauté du libre.

Une génération d’avance sur Windows

Linux n’est plus perçu comme un produit pour informaticien. Avec la sortie de la suite bureautique StarOffice, en 1999, et d’autres applications ludiques ou créatives, rendant le système plus sexy et plus multimédia, sa volonté de s’adresser au plus grand nombre s’affiche. Les premiers PC avec Linux pré-installé apparaissent, ainsi que les premiers fanzines et magazines grand public. La première Linux Expo, organisée à Paris, en 1999, marque les esprits : la foule de visiteurs enthousiastes tranche avec la froideur des salons informatiques classiques. Linux ne se contente plus d’arriver, Linux est là, Linux existe. Et Linux a une longueur d’avance. Quand Windows est apparu comme l’interface graphique de MS-DOS, Linux était déjà un vrai système en mode texte. Quand le premier, destiné à l’ordinateur client, s’avérait peu doué pour le réseau, Linux était conçu pour le serveur. C’était déjà un cador du partage, en local ou sur Internet. C’est d’ailleurs avec le boom du Web et la nécessité de défendre des standards qu’il parut encore plus naturel d’adopter Linux, synonyme de serveurs complets et prêts à l’emploi.

Entreprises et administrations

À force de communications, d’actions et d’expériences positives, le logiciel libre finit par sérieusement intéresser les entreprises et reçoit le soutien de l’...tat qui voudrait l’étudier pour équiper l’administration. Car selon Yves Billon, en charge du suivi des politiques budgétaires informatiques des administrations au ministère de l’...conomie, des Finances et de l’Industrie, l’...tat dépenserait près de 300 millions de francs, par an, en licences Microsoft (sans les collectivités locales). Soit 6 % du budget informatique de l’...tat (lequel est en hausse de 800 millions entre 2000 et 2001). Ainsi, Linux et les logiciels libres se sont intégrés dans le paysage des entreprises et des administrations. Reste à convaincre les particuliers, car Linux reste, à ce jour, plus difficile à installer, plus complexe et moins riche en applications. Les nouvelles générations de logiciels et une prise de conscience des clients pourraient pourtant modifier la donne. Faut-il continuer à payer au prix fort en situation d’abondance ? Et continuer à cacher les codes des logiciels en période de transparence ? Non, répondent en chœur les « hommes du libre ». Nous vous les présentons. Ils sont ceux qui ont fait grandir la liberté informatique, en France.

 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse