19 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/04/2001 • 23h59

Bienvenue dans l’intranet.com

archmag13
Créé en 1997, le réseau interne de France Télécom, baptisé Intranoo, accompagne la révolution culturelle de l’opérateur. Tout se passe désormais en ligne.

« Monstre », « grand machin », « vaste sujet », « c’est un peu secret, vous savez... » À l’évocation du réseau interne de France Télécom, les réactions se font vagues... Il est vrai qu’Intranoo (entre nous), un si joli nom, est gigantesque. Plus de 200 sites y ont été officiellement recensés, mais les experts de France Télécom pensent qu’ils sont au moins 500. Sur les 160 000 salariés du groupe, 93 000 possèderaient aujourd’hui l’identifiant et le mot de passe nécessaires à un accès à Intranoo depuis leur poste de travail. Des accès qui diffèrent selon la fonction exercée. Pour des raisons de sécurité, il leur est formellement interdit de connecter à la Toile les machines de l’entreprise. Pour limiter les risques d’intrusions intempestives de hackers, mais aussi « les surfs de divertissements au bureau », ironise un salarié de l’entreprise. Le développement rapide d’Intranoo a accompagné, depuis 1997, la « révolution culturelle » de l’opérateur. « Le passage d’un statut d’administration d’...tat à une société anonyme cotée en Bourse. Et de surcroît, le passage d’une phone compagnie à une netcompagnie dont les actionnaires réclament des gains de production », comme le résume un cadre de la société. La terminaison en « oo », signe distinctif start-upien par excellence, se retrouve jusque dans les noms des sites. Ce qui donne par exemple des Facturanoo, Reunionoo, Dinootoo, Corsicanoo, et même Voyoo, site de la branche Val d’Oise-Yvelines dont le nom provient des trois initiales VOY suivies des deux incontournables OO... Symbole de cette « révolution », les bureaux administratifs, implantés localement, cèdent peu à peu la place à une dizaine de centres informatisés de ressources humaines, répartis sur tout le territoire. Des structures qui gèrent les salaires, les congés maladies ou les prestations sociales. Dans ce grand chambardement en cours, Intranoo incarne la transition, brutale pour certains, vers une dématérialisation totale des ressources humaines. Selon Jean-Pierre Forbé, président du syndicat CGC France Télécom, l’intranet a introduit un changement fondamental dans la diffusion d’informations au sein de l’entreprise. Un seul mot d’ordre : la chasse aux documents papiers. « Auparavant, l’une des missions des cadres était la diffusion des informations. Cela relevait de leur sphère de responsabilité et cette diffusion était orientée vers l’amélioration de la production », souligne Jean-Pierre Forbé. Avec le développement du réseau interne, les salariés sont censés partir à la pêche aux infos les concernant.

Cours à distance
Pour les cadres, il s’agit désormais de « donner du sens » à ces documents. Objectif : productivité. « Le problème, c’est que nous sommes confrontés à un flux d’informations très important, témoigne une salariée dans une agence commerciale grand public. Intranoo est effectivement un moyen rapide d’accéder, par exemple, aux fiches d’un nouveau produit. Mais cet exercice me demande tout de même dix minutes chaque matin... » Mais encore faut-il maîtriser un minimum la navigation sur un réseau interne. Pour cela, les salariés de France Télécom ont droit à deux jours et demi de formation aux nouvelles technologies. « J’ai suivi cette formation. Pour moi, elle était largement insuffisante. Certains salariés de France Télécom n’ont jamais utilisé Internet. Le simple fait d’apprendre à créer des signets sur Intranoo n’est pas évident pour tout le monde », explique une autre employée.

De la même façon, et plus généralement, certaines sessions de formation en face à face ont été remplacées par des cours à distance sur l’intranet. Pour suivre tel ou tel module les stagiaires s’inscrivent sur « Formons-nous ». Puis, reçoivent par mail l’adresse à laquelle se connecter sur le réseau interne. Un logiciel développé par IBM, baptisé Learningspace, sert de support à l’enseignement. « C’est un squelette dans lequel nous entrons le contenu pédagogique du module », précise un formateur de France Télécom spécialisé dans les réseaux. En fait, l’interface se résume à une base documentaire et à une page (très rudimentaire) sur laquelle figure le nom des personnes participant au module. Les stagiaires disposent d’outils de visioconférence (dans des mini studios dédiés) et de forums de discussion consacrés au cours. Les corrigés des exercices sont envoyés, via le réseau, sur les messageries internes des salariés. Pour les problèmes d’ordre technique, ils peuvent également faire appel à une hotline... Mais le gain de temps est pour le moins discutable. « Avant, en face à face, les formations ne duraient que deux ou trois jours. Aujourd’hui, cela prend deux à trois semaines. Et on perd, évidemment, le côté convivial », souligne un formateur, qui préfère garder l’anonymat. Autre problème, les mini studios dédiés à la visioconférence ne sont pas légion...

Les clients-employés

Toujours dans l’objectif du « zéro papier », une partie du personnel de la netcompagnie est également invitée à poser ses jours de congés ou à gérer leur intéressement en pianotant sur leur clavier. Un serveur baptisé Anoo est entièrement dédié à l’accomplissement de ces tâches administratives. D’abord déployée au sein des directions régionales de France Télécom, l’utilisation d’Anoo est appelée à se généraliser dans les mois à venir. Ainsi, les salariés qui le souhaitent peuvent, d’ores et déjà, remplir un formulaire de demande de congés. La requête est envoyée automatiquement au manager concerné, qui doit la valider. « Si le manager n’a pas procédé à la validation dans les 24 heures, un mail lui est automatiquement envoyé pour lui signaler que des validations l’attendent dans Anoo », souligne un chargé de mission auprès d’une direction régionale qui supervise la mise en place d’Anoo. Une fois sa demande acceptée, le salarié reçoit, par courrier électronique, un accusé de réception.

Derrière ces procédures automatisées, un autre logiciel - Alliance - fait le décompte des jours de congés et renvoie le tout dans les directions concernées. « Mon manager se trouve à des centaines de kilomètres de mon lieu de travail. Nous nous rencontrons seulement deux à trois fois par an. Mes congés, je les gère directement sur Anoo », confie un employé de France Télécom plutôt satisfait du système. Mais d’autres sont moins enthousiastes. « Je suis équipée d’une station de travail qui date d’une quinzaine d’années et j’ai utilisé une fois le réseau interne pour poser des jours de congés, explique une autre salariée de France Télécom. Il m’a fallu 20 minutes alors que remplir une feuille de congés m’en prenait cinq. » Patricia Chapuis, du syndicat SUD, voit même dans le développement d’Intranoo « un risque que tout acte administratif glisse vers le domicile. Du lieu de travail vers la sphère privée ». Mêmes inquiétudes concernant les risques d’une auto-formation basée sur le volontariat... D’autant que, depuis septembre 2000, France Télécom a lancé l’offre Netcompagnon : 20 heures d’accès à Internet (via Wanadoo), pour 89 F par mois, pour tous les salariés de France Télécom. Avec la possibilité de se doter d’un micro à domicile par le biais d’un crédit à taux préférentiel. Objectif déclaré pour les salariés : « Améliorer leur connaissance du Net et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) en leur facilitant l’accès à Internet, depuis leur domicile, et aux ressources de l’entreprise (Intranet). » Un bon moyen, aussi et à l’instar du plan Netgeneration de Vivendi, de s’attacher ses propres salariés. Et de gagner des dizaines de nouveaux clients-employés...

Intranoo affiche les syndicats
http://www.transfert.net/fr/comp_ma...
 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse