19 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


26/04/2001 • 16h02

L’e-journal prêt à imprimer ?

Des scientifiques des Bell Labs et de la société E Ink affirment qu’on pourra bientôt imprimer des rouleaux de "papier électronique".


E Ink / Lucent Technologies
À la faveur d’un article paru mardi 24 avril dans les Annales de l’Académie américaine des sciences (PNAS, Proceedings of the National Academy of Sciences), une équipe composée de scientifiques de la société E Ink et des Bell Labs (les labos de Lucent Technologies) a relancé l’intérêt autour du papier électronique. Ils affirment que toutes les conditions sont désormais réunies pour qu’on puisse imprimer des rouleaux prêts à l’emploi. En guise de papier, il s’agit en fait de feuilles de plastique entre lesquelles est déposée une encre très spéciale. Celle-ci est composée de micro-capsules, chacune étant remplie d’un colorant foncé et de minuscules sphères blanches chargées électriquement.

256 points, c’est tout

Selon le courant appliqué en chaque point, les sphères blanches s’amoncellent en surface ou, au contraire, sont noyées dans le colorant. Des points blancs ou foncés apparaissent donc à la surface de la feuille. E Ink commercialise déjà des écrans de formes variées pour de l’affichage publicitaire high-tech dans quelques magasins américains. Cette société, fondée par d’anciens chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et soutenue par plusieurs grandes sociétés dont Motorola, Philips et Vivendi, présentait en novembre dernier avec les Bell Labs un prototype d’écran flexible de 13 x 13 centimètres, qui n’affichait cependant que 256 points (16 x 16). Un bon début. Le 10 avril dernier, elle présentait, seule cette fois, un autre écran à encre de 12,1 pouces de diagonale, rigide, mais d’une résolution équivalente, affirment les concepteurs, à celle d’un écran classique. La vitesse de rafraîchissement des images reste limitée, mais ces écrans ont d’autres avantages, comme la légèreté et une très faible consommation électrique (jusqu’à 1 000 fois moins qu’un écran à cristaux liquides !).

L’imprimerie réinventée


E Ink / Lucent Technologies
John Rogers, directeur de recherche en physique de la matière condensée aux Bell Labs, et son équipe mixte de chercheurs sont à l’origine du prototype flexible et de l’article. Ils affirment que toutes les opérations nécessaires à la fabrication de l’écran à encre flexible - ou papier électronique - peuvent être industrialisées : fabrication de transistors plastiques (une technologie naissante mais qui progresse vite), isolation de ces transistors, dépôt de l’encre mais surtout impression de circuits sur la feuille. Les circuits sont en effet gravés par contact avec une sorte de tampon en gomme souple. E Ink s’est précisément tourné vers les Bell Labs de Lucent pour bénéficier de cette technologie (que Lucent vendrait à d’autres industriels). Le papier électronique pourrait donc être fabriqué dans des imprimeries new age. "Il est clair que tous ces processus sont moins chers que pour les écrans non organiques", résume John Rogers. Mais il préfère rester prudent : "Il est difficile de dire combien ça coûtera tant que nous ne sommes pas dans cette logique industrielle."

Le Monde en vidéo ?

Un journal électronique pourrait aussi afficher de la vidéo. C’est encore difficile puisque les prototypes souffrent d’une inertie de l’encre que John Rogers et son équipe tentent actuellement de combattre. Mais ils ne sont pas limités par les transistors en plastique qui commandent les points de la feuille : selon John Rogers, ces transistors atteignent déjà une fréquence d’1 kilohertz (1 000 changements par seconde). En revanche, de l’électronique plastique ne permettrait ni de stocker les données, ni de les transmettre rapidement à l’écran. Il faudrait donc inclure quelques composants électroniques classiques dans la tranche du journal. À quoi ressemblerait un journal électronique ? Selon John, les pages seraient simplement téléchargées sur Internet, via une liaison sans fil. Mais le journal électronique n’est qu’un débouché parmi d’autres. Téléphones portables et PDA pourraient, avant lui, faire entrer l’encre électronique dans notre quotidien.

E Ink:
http://www.eink.com/ Bell Labs:
http://www.bell-labs.com/ La page de John Rogers:
http://www.bell-labs.com/org/physic... Le résumé de l’article paru dans PNAS:
http://www.pnas.org/cgi/content/sho...
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse