18 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/04/2001 • 19h33

Start-up occupée, on appelle les poulets

Mardi 24 avril, des salariés de Lanetro ont occupé les locaux de la société après leur temps de travail. La direction a appelé la police pour mettre fin à cette situation et compte porter plainte pour séquestration.

"Depuis janvier 2001, nous subissons des harcèlements moraux de la part du dirigeant de Lanetro : suppression de nos outils de travail, brimades, injures verbales et gestuelles, menaces...", raconte un salarié. Avec une quinzaine d’autres, dont des ex-salariés, il a décidé d’occuper les locaux de l’entreprise, à la Plaine Saint-Denis (Saint-Denis), dans la banlieue parisienne.

Depuis le début de l’année à la Plaine Saint-Denis, les salariés du guide urbain en ligne Lanetro sont entrés en conflit avec leur direction. Ils l’accusent de procéder à des licenciements abusifs et de recourir au harcèlement moral pour pousser des employés à la démission. L’après-midi du 2 mars, quelques salariés se sont donc mis en grève afin de se joindre à un rassemblement organisé par le syndicat BETOR-PUB CFDT pour dénoncer les pratiques sociales des start-ups. Mais la situation ne s’est pas améliorée depuis. Et les salariés ont craint de tomber dans l’oubli. "La médecine du travail a noté qu’il y avait harcèlement, mais elle n’a pas le pouvoir d’arrêter les dégâts : elle peut seulement témoigner en cas de procès. L’inspection du travail n’a pas non plus la possibilité de faire cesser les abus immédiatement. Quant au BETOR-PUB nous nous avons eu l’impression qu’il n’était pas très actif", explique un employé. Une personne de l’équipe se tourne alors vers le Syndicat de l’industrie informatique de la Confédération nationale du travail (SII-CNT) dont les méthodes sont plus radicales. Le 12 avril, pour le premier anniversaire de l’implantation de Lanetro en France (la société est d’origine espagnole), un commando de quatre membres de la CNT "entarte" Juan Carlos Campo, le représentant légal de l’entreprise en France, en signe de protestation. Toujours en avril, deux salariés de Lanetro font consigner sur la "main courante" du commissariat de Saint-Denis leurs griefs à l’encontre de Juan Carlos Campo.

Le dernier épisode d’un long conflit

Le dernier épisode de cette saga sociale s’est déroulé hier, avec l’occupation des locaux de l’entreprise par une quinzaine d’employés (salariés, pigistes et personnel licencié depuis le début de l’année), en présence de représentants de la Confédération nationale du travail. L’occupation commence un peu avant 18 h 30, à la fin de la journée de travail. La discussion s’engage avec Juan Carlos Campo, tandis que les autres cadres quittent les locaux. "Un pigiste réclamait le paiement de 22 000 francs d’arriérés de salaire et son licenciement économique afin de pouvoir toucher les Assedic. L’atmosphère était plutôt bon enfant, nous discutions en buvant quelques bières", raconte une employée. Mais vers 22 h 30, la police fait irruption, après un appel dénonçant la séquestration de Juan Carlos Campo. "Selon mes collègues présents sur les lieux, tout se passait gentiment. Mais s’il y avait une plainte, la séquestration serait sans doute avérée", explique un responsable au commissariat de Saint-Denis. Bien que le rapport d’intervention de la brigade anti-crimininalité (BAC) ne mentionne aucune violence physique ni dégât matériel. À 23 h30, toutes les personnes présentes lors de cette occupation ont quitté les lieux sans heurts quand la police le leur a demandé. "Et sans avoir rien obtenu", précise l’un des membres du groupe.

La direction veut porter plainte

Pourtant, la direction de Lanetro n’entend pas en rester là. Joint par téléphone, Juan Carlos Campo parle de séquestration, se plaint d’avoir dû rester dans l’entreprise "sans manger pendant cinq heures", lance des accusations de "fouille des archives de l’entreprise et de photocopie de documents" et assure qu’il y a eu "une porte et une armoire fracturées". "Ce qui s’est passé est scandaleux et nous allons porter plainte", affirme-t-il, pleinement soutenu par sa propre direction en Espagne. Celle-ci a même appelé aujourd’hui la rédaction de Libération accusant un de ses journalistes, présent sur les lieux hier, de vol de documents et menaçant, toujours, de porter plainte. "Pour l’instant, nous n’avons encore recueilli aucune plainte", tempère toutefois le responsable du commissariat. Aujourd’hui, l’entreprise est close et ses salariés ont été priés de rentrer chez eux. Ils attendent, un peu inquiets, la suite des événements.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse