17 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/04/2001 • 18h41

Camille connaît le système

Un système d’exploitation sur une carte à puce, c’est possible ! Entretien avec Gilles Grimaud, premier lauréat du prix de "la meilleure thèse en système d’exploitation" récompensant la naissance de Camille.


Benjamin Cherrière
Camille, un système d’exploitation (OS) ouvert dédié aux cartes à puce, a été récompensé par un jury de professionnels représentant les mondes de la recherche (universités, grandes écoles, Institut national de la recherche en informatique et en automatique) et de l’industrie (Alcatel, Gemplus et Microsoft notamment). La remise des prix de ce concours organisé par la branche française de l’ACM (Association for Computing Machinery) s’est déroulée mardi 24 avril dans le cadre des Premières rencontres des sciences et technologies de l’information, à la Cité des sciences de Paris. Interview de Gilles Grimaud, le père de Camille, jeune docteur de l’Université des sciences et techniques de Lille.

Pourquoi avoir choisi les cartes à puce et leurs systèmes d’exploitation comme sujet de thèse ?

Lorsque je me suis lancé, en 1997, le sujet semblait un peu farfelu. Mais c’est justement cela qui m’a séduit et le terrain à défricher. Il a fallu beaucoup inventer.

Peut-on comparer une carte à puce à un ordinateur ?

Les cartes à puce sont de véritables ordinateurs, avec un peu de Ram (1,5 ou 2 ko de mémoire vive), de l’EEProm (128 ko de mémoire réinscriptible) qui joue le rôle du disque dur, et de Rom (mémoire morte) où se trouve le système d’exploitation. Un microprocesseur anime le tout. Finalement la seule différence tient à la quantité d’informations stockables : 100 000 fois moins que sur un PC.

Que reprochez-vous aux systèmes actuellement embarqués sur les cartes à puce ?

On ne peut pas considérer qu’il y ait de véritables systèmes d’exploitation sur les cartes à puce en ce moment, dans le sens où un système est aussi une application. Ils sont conçus pour gérer la carte et pour remplir des fonctions limitées. La carte Vitale, par exemple, est faite pour gérer le dossier médical et les transmissions avec la sécurité sociale. Elle ne peut accepter de nouvelles applications. La multiplication des cartes m’a donné envie de faire ce que j’appelle une carte blanche, c’est-à-dire une carte qui puisse recevoir plusieurs applications. Cette carte pourrait, pourquoi pas, être votre carte bleue, votre carte Vitale et votre carte de vidéoclub.

Quelles ont été les contraintes que vous avez rencontrées ?

Il a surtout fallu gérer la taille de l’OS. Nous nous étions fixé 32 ko comme limite, et finalement Camille ne pèse que 17 ko.

Ce système de carte ouverte, pouvant accueillir de nouvelles applications, ne pose-t-il pas un problème de sécurité ?

Nous avions cet impératif en tête dès le départ. Un système de langage intermédiaire permet à la carte de vérifier elle-même que tout nouveau programme qu’elle charge effectue des opérations conformes, qu’il n’est pas agressif. Un système de preuve, développé en partenariat avec Gemplus, garantit une sécurité optimale. Camille est infaillible.

Vous êtes entré chez Gemplus en novembre dernier. Quelles sont concrètement les applications que l’on peut attendre de Camille ?

La carte blanche, multi-applicative, reste pour le moment une utopie. Principalement à cause des banquiers qui rechignent à partager ce qu’ils considèrent comme acquis. Il faut savoir qu’une carte à puce est vendue quelques francs aux banques. Mais ils vous font payer des assurances. C’est très rentable pour eux. Par contre, on peut imaginer que les banques louent l’espace de votre carte à des partenaires. Telle société de location de voiture pourra mettre son application dans les cartes d’une banque moyennant un loyer. Les clients, eux, bénéficieront de réductions ou d’avantages chez ce loueur de voitures.

Pourquoi avoir baptisé votre système d’exploitation Camille ?

Chez moi, dans les Alpes, on baptise les vaches du nom du saint du jour. Lorsque j’ai su vraiment ce que je voulais faire, que le concept du système était clair, j’ai regardé le calendrier. On était le 14 juillet et comme je ne voulais pas baptiser mon système Fête Nat, j’ai regardé dans un calendrier anglais, j’ai vu Camille. C’est aussi bête que ça...

Premières rencontres des Sciences et technologies de l’information:
http://www.asti.asso.fr/asti2001
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse