18 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


20/04/2001 • 18h33

Cyberguichet : ”D’ici cinq ans

Pour Michel Sapin, ministre de la réforme de l’Etat, le compte en ligne des données administratives recommandé par le député Thierry Carcenac existera dans cinq ans. Et c’est indispensable. Interview.

Transfert : Etes-vous partisan d’un guichet unique pour l’usager, tel que l’imagine le rapport Carcenac ? A quelle échéance est-ce réalisable ?


Service photographique du premier ministre
Michel Sapin : La France est en passe d’achever un premier cycle dans le domaine de l’administration électronique, ouvert par le PAGSI (programme d’action gouvernementale pour la société de l’information) il y a trois ans. C’est déjà une réussite remarquable. D’ici cinq ans, la plupart des démarches administratives s’appuieront sur les technologies de l’information. On pourra les engager sur internet, en discuter au téléphone avec un agent qui accèdera directement en ligne à votre dossier ; on recevra les documents par courrier électronique ou par La Poste, on sera prévenu par message sur son téléphone portable de l’avancée de son dossier... Cependant, de nombreux usagers continueront à s’adresser aux guichets de proximité, parce qu’ils préfèreront le contact direct avec l’agent ou qu’ils auront des difficultés à manier eux-mêmes les nouveaux outils. Les TIC( technologies de l’information et de a communication) pourront alors faciliter le travail des médiateurs entre les administrations et ces publics sensibles. Cela dit, nous ne devons pas nous contenter de mettre " l’administration sur Internet ". La somme d’intelligence rendue disponible par ces technologies doit renforcer les liens sociaux, faciliter l’intégration, développer conjointement l’autonomie des citoyens et leur solidarité active. L’échec de l’administration électronique, ce serait sa réduction à un zapping permanent où, par exemple, votant à domicile à grand renfort de télécommande, l’on pourrait changer de maire, de député, de président, comme l’on change de chaîne.

Les programmes communautaires évoquent la nécessité d’adapter les données administratives à des technologies comme la téléphonie mobile du futur. Est-ce indispensable ?

Passer d’une administration en silo à une administration en réseau impose de créer une fluidité de la circulation des données dans les systèmes d’information de l’...tat. Cela implique de définir des standards communs de description des données permettant la communication entre systèmes. C’est indispensable, par exemple, pour que le site portail www.service-public.fr évolue et permette aux citoyens, aux entreprises et aux agents publics de disposer de téléservices publics avancés : transactions, personnalisation, mobilité. La disponibilité aux normes de la téléphonie mobile ou à d’autres technologies de diffusion à venir est alors très facile à obtenir, puisqu’il suffit de construire une interface adaptée, sans avoir à toucher aux documents, aux services ou aux données.

On dit souvent que l’usager de l’administration va devenir un client aussi exigeant à l’égard du service public qu’à l’égard d’une entreprise privée...

L’usager est plus qu’un client pour l’administration : c’est un citoyen. De ce point de vue, je ne pense pas qu’il soit aujourd’hui moins exigeant à l’égard du service public qu’à l’égard d’autres fournisseurs de services. Simplement, son mécontentement éventuel ne se traduit pas de la même manière, parce qu’il ne peut pas changer de fournisseur. Les Français n’attendent pas aujourd’hui moins, mais plus de services publics, c’est-à-dire des services plus complets, plus accessibles, plus attentifs, plus ouverts, plus simples à utiliser. L’enjeu est de réussir à répondre à cette demande : c’est là que les outils de la société de l’information jouent leur rôle, parce qu’ils permettent de réduire les tâches les plus automatiques, les plus répétitives, et de confier aux agents publics des responsabilités plus larges.

Et si on ne fait pas le guichet unique ?

L’enjeu est simple. Il se pose en France comme dans toutes les économies développées : soit l’administration sait mettre à profit les TIC pour améliorer sa relation avec les usagers, développer de nouveaux services, - auquel cas elle sera, grâce aux TIC, confortée dans sa légitimité, -soit l’administration prend du retard dans l’utilisation de ces technologies, et elle court le risque d’être ringardisée et remise en cause.

N.B. : Cette interview a été réalisée par courrier électronique.

Le site du ministère de la Fonction publique
http://www.fonction-publique.gouv.fr
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse