23 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


15/04/2001 • 12h25

L’Allemagne veut faire taire les sites nazis

Cyber guerre… L’Allemagne a failli partir en cyber guerre contre les sites nazis. Mais comme tout le monde a dit à nos voisins de ne pas céder au cyber-délire, les autorités se sont rabattues sur les échanges de MP3 nazis…

C’est où la Marne dans le cyber-espace ? Elle est où la e-ligne Maginot ? Visiblement, Otto Schilly, le ministre allemand de l’Intérieur ne s’était posé aucune question lorsqu’il a annoncé que son gouvernement allait peut-être avoir recours à la cyber-guerre pour faire taire les sites nazis situés à l’étranger. Comme la plupart d’entre eux sont hébergés aux ...tats-Unis, cette annonce n’est pas passée inaperçue. Le ministre de l’Intérieur allemand souhaitait purement et simplement lancer des attaques de type Denial of Service (on sature un serveur à coup de millions de requêtes) contre les sites incriminés. Traduisons cela en français : un membre du gouvernement allemand explique tranquillement que son pays va peut-être mettre en péril les infrastructures techniques d’entreprises privées américaines. Quelques jours plus tard, vu le tollé général, Otto Schilly s’est rétracté. Ouf ! La cyber guerre du Net n’aura pas (encore) lieu. Pour se consoler, le gouvernement a fait procéder à une centaine d’arrestations de personnes s’échangeant des chansons nazies au format MP3. Nul ne sait comment les autorités ont pu établir que ces personnes, disséminées dans tout le pays, utilisaient ce genre précis de fichiers. Ont-elles procédé à des écoutes à grande échelle ? Mystère. De même, la presse allemande se demande pour quel motif seront poursuivis les suspects.

Cyberguerre ta mère !

Le ministre allemand n’est pas le premier à se lancer sur ce terrain glissant de la cyber-guerre. La National Command Authority américaine avait récemment chargé le US Space Command de doter le pays des moyens de lancer une vaste cyber contre-attaque. Ceci passant par des outils de Denials of service, la distribution gratuite et massive de virus, de chevaux de Troie ou encore par des moyens qui permettraient de pourrir les communications électroniques des ennemis avec des interférences électromagnétiques. Pour se justifier, les autorités américaines répètent à loisir que la Chine ou encore la France, se sont dotées des capacités nécessaires pour mener un cyber-conflit... Il faut donc des crédits pour les programmes permettant de se protéger contre ces attaques. Une chose, au moins, semble avoir échapper aux hommes politiques ou aux agents plus ou moins spéciaux qui parlent de déclencher une cyber guerre : s’ils le font, ils sont morts.

Non pas, comme le croient certains, parce que tous les pays s’affronteraient dans une cyber-escalade atroce. Mais simplement parce que Internet est un réseau de réseaux. L’interconnexion massive des câbles fait que, si l’on ralentit ce que l’on pourrait trivialement appeler la bande passante d’un pays, on va ralentir sa propre bande passante. Sans compter la somme de paquets IP qui vont passer sur la bande passante de l’attaquant. Oublions cela. Passons aux virus… Comment le Space Command compte-t-il se protéger contre le retour immédiat (trois jours au plus) sur les machines américaines des virus lancés vers l’étranger ? Nous avions posé la question au US Space Command en son temps : "Nous étudions actuellement avec attention les conséquences possibles d’une telle attaque, les risques collatéraux, et les réponses. Quelle que soit l’option retenue nous ferons en sorte que nos actions soient compatibles avec les lois de la guerre. " Texto… Mais il y a pire. Tandis que les services allemands ou américains lanceraient leurs attaques de déni de service, les vilains pirates qui les effrayent tant s’en donneraient à cœur joie. Car, dans le fatras des milliards de paquets IP tordus qui circuleraient, qui irait dénicher ceux des superhackers ? Combien de machines seraient alors piratées ? Des milliers sans doute. Très mauvais pour le e-business. Un risque que les gouvernements ne peuvent pas prendre. N’est-ce pas ?

L’arlésienne

Arrêter des centrales électriques, couper la distribution d’eau, noyer les réseaux des banques d’un pays, les grandes puissances n’en ont pas encore les moyens. Si la Chine maîtrise vraiment ces technologies, comme l’affirment régulièrement les ...tats-Unis, elle a visiblement choisi de ne pas les utiliser durant les récentes tensions entre les deux pays. Mais que dire des Américains, pourtant très en pointe dans tous ces domaines (merci la NSA), qui n’ont pas été en mesure de lancer une attaque informatique contre l’Irak pendant le conflit du Golfe ? De même, lors des récentes guerres en Yougoslavie, la cyber guerre ne s’est pas illustrée… Ne parlons même pas de la prétendue précision chirurgicale des armes employées et de leur taux de réussite. Alors où est cette cyber-puissance ? Plutôt sous les claviers de quelques informaticiens disséminés autour de la planète. La crème des hackers. Mais aucun risque qu’ils brûlent le réseau. Ils n’auraient alors plus de terrain de jeu.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse