22 09 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/02/2001 • 18h14

Où rigole-t-on dans le cerveau ?

On savait que l’humour de Raymond Devos était sensiblement différent de celui de Jean-Marie Bigard. Mais on ignorait que si on rit aux blagues des deux humoristes, les parties stimulées de notre cerveau ne sont pas les mêmes.

Imaginez 14 personnes écoutant des blagues aussi drôles que "Pourquoi le golfeur portait deux caleçons ? Parce que l’un des deux avait un trou". Ce n’est pas le retour de Philippe Bouvard aux Grosses Têtes, mais une expérience scientifique menée par Vinod Goel de l’université de Toronto (Canada) et le britannique Raymond Dolan, de l’université de neurologie de Londres. Le but : localiser la région du cerveau qui est stimulée lorsque l’on rit. Et les deux scientifiques ont découvert que le cortex ne réagissait pas de la même façon à toutes les blagues. Ils ont classé les plaisanteries en deux catégories : d’une part les blagues sémantiques, qui jouent avec les mots, et d’autre part, les boutades phoniques, qui jouent sur les sons. Pour obtenir ces résultats, les scientifiques ont soumis leurs cobayes à des blagues de tout genre, et ont observé, à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), les régions du cerveau qui étaient actives au moment du rire.

Une zone centrale pour la réponse

Après avoir épuisé plusieurs vidéos de Mister Bean, des films de Jerry Lewis et l’intégrale des Monthy Python, les scientifiques ont conclu que l’humour sémantique semble stimuler le lobe temporel postérieur, zone déjà connue pour traiter la signification des mots, alors que les calembours (blagues de type phonique) titillent le cortex préfrontal inférieur gauche, une des zones qui traitent le son. Rien que de bien normal direz-vous, mais les scientifiques ont également imposé à leurs 14 désignés volontaires des variantes "pas drôles" de leurs blagues : "Pourquoi le golfeur portait deux caleçons ? Parce qu’il faisait froid." Version nettement moins risible que la première, qui ne l’était déjà pas beaucoup. Et surprise : ils ont remarqué que l’activité dans ces régions du cortex ne variait pas. Ils en ont donc conclu que c’est bien l’humour qui stimule ces zones. Forts de ces résultats, les chercheurs ont continué leurs investigations, et ont découvert une autre zone impliquée dans le rire : le cortex préfrontal ventral médian. Cette partie-ci est chargée de répondre à la blague, c’est-à-dire de provoquer, physiquement, le rire. Contrairement aux deux autres, elle réagit à toutes les blagues, et ne fait donc pas la distinction entre sémantique et phonique. Finalement, la seule chose que l’on ne puisse pas encore expliquer, c’est l’humour anglo-saxon...

L’article de NewScientist:
http://www.newscientist.com/dailyne... Le site de l’université de Toronto:
http://www.utoronto.ca/ L’article de Nature:
http://www.nature.com/nsu/010301/01... Le site de l’université de neurologie de Londres:
http://www.ion.ucl.ac.uk/
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse