21 03 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


13/12/2000 • 18h54

Demain ne meurt jamais

Après l’interdiction de trois journaux marocains indépendants, des sites web français se mobilisent contre la censure. Dernier épisode en date : le site Samizdat.net a mis en ligne, dimanche 10 décembre, l’édition censurée au Maroc de l’hebdo Demain.

Au Maroc, la lutte pour la liberté de la presse se joue en partie sur les réseaux informatiques. Et la bataille engagée est loin d’être gagnée d’avance. Symbole de cette lutte : le site français samizdat.net a publié, dimanche dernier, une partie de l’édition du 9 au 15 décembre de l’hebdomadaire Demain. Désormais interdit dans le royaume chérifien, Demain est l’un des trois journaux marocains frappés d’interdiction (définitive) par le pouvoir à la suite d’articles mettant en cause la gauche marocaine dans une tentative de coup d’état en 1972.

Une histoire vieille de 28 ans

Rappel des faits : dans son numéro du 25 novembre dernier, l’hebdomadaire marocain Le Journal publiait une lettre de Mohamed Basri datée de 1974, prétendant qu’Abdherrahmane Youssoufi, l’actuel Premier ministre socialiste du Maroc, aurait été impliqué dans la tentative de coup d’état du 16 août 1972 contre le roi Hassan II. La nouvelle a fait l’effet d’une bombe au Maroc, même si la lettre n’a pas été officiellement authentifiée. Elle met à jour l’hypothèse d’un complot organisé conjointement par la gauche marocaine et le général Oufkir pour éliminer l’ancien souverain. En réaction, le gouvernement marocain annonçait, le 2 décembre, l’interdiction de trois journaux, dont Le Journal et deux autres hebdomadaires indépendants (Demain et Assahifa) qui ont relayé ou commenté ces informations. Plusieurs sites ont décidé d’ouvrir leurs pages web au contenu à l’origine de la censure. Le site de Reporters sans frontières (RSF) reprend par exemple le dossier du Journal intitulé "Les dessous des cartes du Putsch de 1972". Courrier International, de son côté, a rapatrié sur son site des extraits de la lettre publiée dans Le Journal. La duplication sur la Toile de documents censurés est devenue une véritable arme pour les défenseurs de la liberté d’expression. L’objectif est clair : investir le Net pour contourner la censure.

Multiplier les sites-miroirs

Dans ce domaine, la démarche la plus aboutie est la publication du dernier numéro de Demain sur samizdat.net. Les pages de l’hebdo ont été envoyés par mails, la semaine dernière, aux membres du site français. Samizdat.net n’en est pas à son coup d’essai : en mars dernier, le site avait déjà récupéré le contenu du site espagnol de l’Association contre la torture (ACT), qui faisait l’objet de poursuites judiciaires en Espagne. L’ACT publiait la liste de tous les policiers espagnols jugés pour des actes de torture (lire Espagne : un site contre la torture censuré). "Par expérience, nous nous attendons assez rapidement à ce que les autorités marocaines ordonnent aux fournisseurs d’accès locaux de bloquer l’accès au site depuis le Maroc", explique Aris Papathéorodou, membre de samizdat.net. La solution : multiplier rapidement les sites-miroirs sur des serveurs alternatifs situés dans le monde entier. "Cette opération est techniquement très simple. Une demi-ligne de code sous Linux suffit à programmer un transfert du contenu d’un site sur un serveur." Plus les serveurs sont nombreux, plus il est difficile de bloquer l’accès à l’information sur le Réseau. "Pour une fois, il ne s’agit pas de vilains islamistes ou de méchants nazis, mais de démocrates marocains", poursuit le membre de Samizdat.

Continuer sur le Net

Joint au téléphone par Transfert, Ali Lmrabet, directeur de la publication de Demain, explique qu’il compte continuer la publication de Demain sur le Net. Depuis le Maroc. "Je n’ai pas l’intention de partir", explique-t-il. L’hebdo marocain devrait toutefois changer de titre : "Ce sera certainement Demain enchaîné", précise-t-il. Pour lui, "Internet a un rôle extraordinaire à jouer. Dans le cas présent, nous ne pouvions sortir une édition sans que les ciseaux de la censure passent. De plus, les gens vont pouvoir juger d’eux-mêmes les raisons de cette interdiction". Mardi 12 décembre, le site de Samizdat était encore accessible depuis le Maroc. Mercredi, Ali Lmarabet déposait plainte contre le gouvernement auprès d’un tribunal marocain contestant l’interdiction de son journal. Reste à savoir quelle sera la réaction des autorités marocaines.

RSF:
http://www.rsf.fr La lettre de Mohamed Basri publiée dans Le Journal du 25 novembre:
http://www.courrierinternational.co... Samizdat:
http://www.samizdat.net/demain/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse