25 03 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/12/2000 • 15h02

ARCHIVES 1.08 - Les mondes virtuels manquent de vie

Directeur du laboratoire de recherche et professeur à l’Institut international du multimédia, au Pôle universitaire Léonard de Vinci, Jean-Claude Heudin est spécialiste de la vie artificielle. Auteur de L’évolution au bord du chaos, il appartient à une communauté de chercheurs qui inventent des mondes parallèles peuplés de créatures virtuelles. Et c’est tout sauf un jeu
Voir Le complément de cet article
Vous êtes spécialiste des mondes virtuels. Mais c’est quoi exactement, un monde virtuel ? Un simple décor ?

Il ne faut pas confondre monde virtuel et réalité virtuelle. Cette dernière est une simple expérience d’immersion sensorielle, souvent visuelle d’ailleurs, qui impose l’utilisation de périphériques (casques, capteurs de pression, systèmes à retour de force). Cela crée une impression de réalisme, mais les « objets » n’existent que dans la mesure où l’utilisateur les voit. Dans un monde virtuel (comme dans le monde réel), les objets existent même si on ne les voit pas. Ils ont des caractéristiques structurelles et comportementales propres et interagissent les uns avec les autres. La définition de ces caractéristiques et leur réalisation logicielle relève d’un domaine de recherche assez récent : la vie artificielle. Dans un futur proche, en combinant les systèmes biologiques artificiels et le savoir-faire en matière de réalité virtuelle, nous pourrons créer de véritables mondes virtuels... et attrayants.

Mais pour quelles applications autres que le jeu ?

Pour l’instant, l’industrie du jeu est clairement le champ d’action le plus lucratif des mondes virtuels. Récemment, nous avons par exemple participé à l’élaboration d’un jeu de course dans lequel les voitures ont un comportement autonome et imprévisible. Toutefois, hormis de rares tentatives, les mondes ludiques demeurent assez pauvres. Ils n’intègrent que la gravité, une gestion sommaire des collisions et peu d’interactions entre les objets. Et les mondes virtuels « de communauté », comme le Deuxième Monde de Canal Plus, manquent encore singulièrement de « vie ». Mais le jeu n’est pas tout. Les mondes virtuels ne remplaceront sans doute pas le Web mais, grâce à l’amélioration des machines et des réseaux, nous aurons un jour accès à des expositions, des conférences et des salles de ventes virtuelles. Enfin, les mondes virtuels permettent d’effectuer des simulations écologiques inimaginables il y a une quinzaine d’années. On a mis un terme à certaines polémiques ayant trait aux mécanismes de l’évolution des espèces, en simulant plusieurs générations de créatures artificielles.

Existe-t-il un rapport entre vie artificielle et intelligence artificielle (IA) ?

La vie artificielle est une évolution de l’intelligence artificielle. Avec l’IA, on a plus ou moins essayé de simuler les fonctions supérieures du cerveau. Cependant, les spécialistes qui, dans les années quatre-vingts, s’intéressaient à des processus cognitifs de haut niveau comme le langage ou le raisonnement, ont, semble-t-il, oublié que le cerveau est un organe biologique ; il sert un organisme biologique dans un écosystème donné. Il ne peut donc pas être imité isolément.

Certains se sont alors demandés si, plutôt que de tenter de simuler des systèmes très complexes, on ne ferait pas mieux de s’attacher à mieux décrire des comportements simples mais plus facilement modélisables. En gros, plutôt que d’essayer de reconstruire une fourmilière brin à brin à partir d’une série de photos, il serait plus judicieux de s’attacher à simuler les fourmis : probablement finiront-elles par construire la fourmilière. C’est dans ce contexte que, en 1987, Christopher Langton a introduit la notion de vie artificielle lors d’une conférence à Los Alamos. Et malgré la révolution conceptuelle qu’il impliquait, ce paradigme a rapidement trouvé des partisans dans la communauté de l’IA.

Mais la vie peut-elle vraiment être imitée ?

Tout à fait car, malgré les apparences, la vie n’est pas un système totalement chaotique. Pour moi, l’évolution n’est possible que dans des univers à la frontière entre mondes ordonnés (qui mémorisent l’information, mais n’en créent pas) et mondes chaotiques (qui créent sans cesse de l’info, mais ne la mémorisent pas). Les chimistes appellent cette frontière la « transition de phase ». La nature, régie par des lois physico-chimiques constantes et une évolution génétique aléatoire, utiliserait donc l’ADN comme système de calcul pour se maintenir à cette transition. La vie artificielle repose sur des règles identiques : nous essayons de créer un substrat commandé par de l’« ADN » artificiel et nous assistons alors à l’émergence de phénomènes « vivants ».

Au-delà de la création de « créatures », quelle est la portée de la vie artificielle ?

La vie artificielle est un phénomène théorique qui dépasse largement le cadre de la biologie organique. La Bourse, avec ses agents (les investisseurs) individuellement rationnels et son évolution indiciaire chaotique, est typiquement un monde modélisable grâce à la vie artificielle. C’est également le cas de la circulation routière, des mouvements de foule, des bancs de poissons... En ce moment, nous travaillons à la mise au point d’un système de prédiction des variations boursières, basé notamment sur la sélection naturelle des bonnes et des mauvaises valeurs. S’il fonctionne correctement, comme nous l’espérons, nous le mettrons en ligne sur notre site. •

L’évolution au bord du chaos, éditions Hermès, 175 F

institut international du multimédia:
http://www.devinci.fr/iim Pour participer à des expériences de vie artificielle:
http://www.virtual-worlds.net/lifedrop
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse