20 06 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


14/11/2000 • 17h36

FUD : explosion d’un concept abracada brantesque...

Alors que les polices européennes se réunissent à Poitiers pour tenter d’harmoniser leurs méthodes d’enquêtes contre les cybercriminels, les ...tats-Unis nous resservent un de leurs vieux plats : la cyberguerre. Fantasmes à tous les étages...

Craignez l’apocalypse électronique qui s’approche à grands pas ! D’ici quelques années, les cybercriminels auront détruit l’humanité ! Bien sûr, le trait est un peu forcé, mais ce genre de discours n’est pas très éloigné de ce que l’on entend dans les salons dédiés à Internet (voir Anatomie d’un hack de journalistes) ou de ce que les ...tats, conseillés par leurs services de police, martèlent un peu plus chaque jour. La communauté des hackers américains a depuis longtemps trouvé un terme qualifiant cette volonté de dramatiser pour mieux préparer une répression sans faille : FUD, pour Fear, Uncertainty, and Doubt. De fait, si l’on crée la peur, l’incertitude et le doute dans les esprits, celui qui arrive avec une solution toute prête est acclamé comme un sauveur. Les services de renseignement sont les champions de cette technique déjà utilisée pendant la guerre froide afin d’obtenir de conséquents budgets. Le péril rouge servait d’épouvantail. Aujourd’hui, les hackers selon les uns, les cybercriminels selon les autres, ont avantageusement remplacé les vilains communistes.

Cette semaine, les policiers de l’Union européenne, de dix pays candidats à l’adhésion et de Malte, se réunissent à Poitiers pour tenter d’harmoniser leurs techniques d’investigations. Bel effort. Il aurait cependant pu paraître logique, à la lecture du Traité anti-cybercriminalité du Conseil de l’Europe, que ce travail ait déjà été fait. Mais il semble y avoir une sérieuse différence entre harmonisation des méthodes de travail de la police et harmonisation des législations.

Chiffres en folie...

"Entre 1981 et 1993, entre une et 58 infractions étaient constatées chaque année. Depuis sept ans, les chiffres s’envolent. L’an dernier, 716 cas ont été recensés, contre 566 en 1998 et 424 l’année précédente", indique l’agence Reuters qui couvre la réunion de Poitiers. Et d’ajouter que selon Patrick Riou, directeur central de la police judiciaire française (DCPJ), le "chiffre noir" de la délinquance informatique est "particulièrement important". En fait, les infractions doubleraient chaque année. Le FUD se nourrit d’imprécisions de ce genre. Que dire du peu d’infractions en 1981 alors que les réseaux balbutiaient ? Qu’est-ce qu’un chiffre "particulièrement important" ? Mystère. Enfin, si les chiffres doublent chaque année, il y a un certain décalage entre les informations dont semble disposer Patrick Riou et ceux avancés par le journaliste de Reuters. Dans la série des chiffres fous, on trouve aussi ceux avancés lors du blocage de certains sites en février dernier. L’attaque de type Distributed Denial of Service (DDoS) aurait, selon la police montée canadienne, coûté "plusieurs centaines de millions de dollars américains". Certains medias parlaient même d’un milliard de dollars... En prenant les chiffres d’affaires officiels des quatre plus gros sites touchés (Yahoo !, eBay, Amazon et E*Trade) on tombe sur 3,9 millions de dollars de manque à gagner pour 3 heures de DDoS... Il y a comme une petite différence entre la réalité et le fantasme.

Tout va sauter !

L’Américain John Hamre, vice-secrétaire à la Défense, s’est fait une spécialité des déclarations ridicules liés à la guerre électronique en annonçant, par exemple, à la presse en 1997 : "Nous sommes en cyberguerre." De nombreux sites web militaires (accessibles via Internet et donc, contenant de l’information publique) avaient été piratés de manière triviale par un jeune israélien et deux gamins américains. Pour John Hamre, dont l’appréciation technique des attaques était proche de zéro, deux mineurs californiens et un jeune israélien avaient déclaré la guerre aux ...tats-Unis. Rassurons-nous, ces trois méchants pirates ont perdu. Ils ont tous été arrêtés. Ces jours-ci, les ...tats-Unis resservent le spectre de la guerre électronique avec une variante : il s’agirait cette fois de "cyber-jihad". Méfiance ! Car "les groupes de hackers palestiniens, dont certains sont liés au terroriste international Osama bin Laden "seraient sur le point de lancer des cyberattaques contre les ...tats-Unis. On tremble... Mais on en reparlera dans un ou deux mois, lorsque le battage médiatique sera retombé et qu’il ne se sera rien passé de plus que quelques piratages de sites web.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse