19 04 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


9/10/2000 • 00h00

La Belgique vote sur des machines

Dimanche 8 octobre, lors des élections communales et provinciales belges, près de la moitié des électeurs ont exprimé leurs suffrages sur des PC fabriqués par Bull. Ce deuxième épisode de vote électronique généralisé (après juin 1999) a suscité quelques polémiques en Belgique. Reportage dans un bureau de vote bruxellois.


Nabil Antoun pose devant un policier (complice). Le président de pour Eva (Pour une éthique du vote automatisé) vient de refuser de voter.
Eric Mugneret
Dimanche matin, 9 heures, Bruxelles. Les bureaux de vote de la grand-place sont ouverts depuis une heure. Plus de sept millions de Belges sont appelés à voter (c’est obligatoire dans tout le pays) pour les élections communales et les provinciales. Un homme se présente au bureau numéro 1 : "Je demande à voir le président du bureau de vote", lance-t-il d’emblée. La requête n’est pas anodine : l’homme, Nabil Antoun, a décidé de ne pas voter aujourd’hui. Le motif : l’instauration, depuis une loi de 1994, du vote automatisé. Un système de vote sur ordinateur avec une carte magnétique qui concerne 44 % des électeurs belges, dont les Bruxellois. "Pouvez-vous m’assurer que la carte magnétique que vous me délivrez est vierge ?" - "Oui", lâche la jeune présidente. Nabil Antoun ne lâche pas sa proie, têtu : "Prouvez-le moi !" - "Il faut faire confiance aux autorités", répond, un brin fébrile, la jeune femme. "Je ne fais pas confiance aux autorités", enchaîne son contradicteur. Et dans la foulée, il exhibe devant les caméras de la RTBF et de RTL une lettre à l’attention des autorités belges, où il explique son refus de voter. En théorie, Nabil risque une amende. En pratique, la loi sur le vote obligatoire est très peu appliquée en Belgique.

Impairs et bourdes
cliquez sur l’image pour voir l’isoloir
Les élections du bourgmestre de Bruxelles continuent comme si de rien n’était : un à un, les votants se présentent, carte d’électeur à la main. En échange, ils reçoivent des mains de la présidente du bureau des cartes magnétiques, délivrées à la chaîne par une machine made in Bull. Second passage obligé : l’isoloir où un écran, une unité centrale munie d’une fente à carte magnétique et un crayon à lecture optique attendent les citoyens bruxellois. Une fois la carte introduite, l’électeur s’empare du stylo optique et fait son choix sur l’écran. Le vote effectué, il dépose sa carte magnétique dans l’urne. Le ministère de l’Intérieur avait pris soin d’envoyer un mode d’emploi aux 3,7 millions de citoyens concernés par le vote électronique. À la veille du scrutin, la presse belge a largement relayé l’information. Et pourtant, une fois sur deux, la carte magnétique est introduite dans l’urne dans le mauvais sens. Un assesseur est chargé tout spécialement d’aider les citoyens déconcertés. Au bout de deux heures de vote, la bourde. Un homme d’une quarante années a introduit, par mégarde, sa carte magnétique dans l’urne électronique. Sans être passé par l’isoloir... "On vous avait dit de passer par l’isoloir !, lance l’un des assesseurs. Une fois la carte introduite dans l’urne, on ne peut plus rien faire." L’homme a voté blanc sans le vouloir... "De toute façon, je ne suis pas très politisé", balance-t-il à la sortie du bureau.

Scrutins influencés
Cliquez sur l’image pour voir le PC de contrôle.
Une étude de la VUB, une université flamande de Bruxelles, commandée par le ministère de l’Intérieur et publiée en mai dernier, a fait l’effet d’une mini-bombe. Cette étude démontre en effet que l’utilisation du scrutin électronique dans les bureaux de vote modifiait sensiblement le comportement des électeurs. Surtout lors d’un "vote de préférence", lorsqu’il s’agit de choisir un candidat parmi la quarantaine de noms proposés par un parti. "Sur un écran, la liste des candidats s’affiche sur plusieurs colonnes. En analysant les résultats des dernières élections, on s’est rendu compte que les suffrages se reportaient plus facilement sur les candidats placés en tête de colonne", explique Jo Buelens, chercheur à la VUB. À tel point que les partis tiennent désormais compte de cette donnée pour placer leurs meilleurs candidats. Le vote électronique n’a pas fini de bouleverser la vie politique belge.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse