25 03 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


5/10/2000 • 00h00

"Le .com restera longtemps l’extension de référence"

Loïc Damilaville, directeur associé de sosdomaines.com, conseille les entreprises sur leurs stratégies de nommage. Il suit donc de très près la procédure de sélection des nouvelles extensions menée par l’Icann. Interview.

Transfert - D’ici décembre, de nouvelles extensions vont voir le jour. Peut-on parler de fin du ".com" ?

Loïc Damilaville - Il est encore beaucoup trop tôt pour le dire. Pour l’instant, c’est plutôt un pari. Si ces extensions sont suffisamment explicites et médiatisées, l’internaute pourra s’y retrouver. Mais s’il y a profusion sans règles précises, les gens se dirigeront plutôt vers ce qu’ils connaissent bien, c’est-à-dire les ".com" ou les ".fr". Je pense que le ".com" va rester encore longtemps l’extension de référence. Même les navigateurs l’ont enregistrée par défaut. Si vous tapez Gan, par exemple, votre navigateur vous conduira automatiquement vers Gan.com.

Qu’est ce que ça changera pour la visibilité des entreprises sur le Net ?

Il faudra élaborer des stratégies adaptées et même des stratégies de veille. Par exemple, sur les extensions qui n’intéresseront pas directement l’entreprise, mais sur lesquelles elle ne peut pas se permettre de subir des piratages ou des nuisances (du type gan.sex). Autre difficulté, la longueur des extensions. Jusqu’à aujourd’hui, on se contentait de deux lettres, pour le géographique, ou de trois lettres, là on va avoir des extensions de 5 à 6 lettres. Il va aussi falloir réfléchir aux adresses pour qu’elles restent mémorisables et accessibles intuitivement. Ce qui suppose de nouvelles stratégies de référencement.

Cette multiplication des extensions va t-elle entraîner une multiplication des litiges ?

Oui, certainement. Le cybersquatting sera plus répandu et plus facile. On voit d’ailleurs apparaître un autre phénomène aux ...tats-Unis. Des petits malins déposent des marques du type sex.web ou business.biz et espèrent en tirer de beaux bénéfices lorsque ces extensions seront validées par l’Icann. Il faudra donc être beaucoup plus vigilant. Mais à priori les procédures de règlement devraient se simplifier. Le danger réside peut-être dans l’excès inverse : donner trop d’armes aux sociétés et freiner l’expression individuelle. La balance entre liberté d’expression et protection des marques risque d’être difficile à établir.

Pour vous, la multiplication des extensions est dangereuse ?

Le cœur du problème n’est pas le nombre d’extensions, mais la possibilité de déposer un nom de domaine sans justifier de son activité. À l’image du ".com", véritable fourre-tout. Ceux qui comptent gérer les nouvelles extensions sont là pour faire de l’argent. Il est plus rentable, pour eux, de disposer d’un système automatisé peu coûteux acceptant tous les noms de domaines. S’équiper d’un système de vérification nécessitant une intervention humaine leur reviendrait beaucoup plus cher et serait plus long à mettre en œuvre.

Le site de sosdomaines:
http://www.sosdomaines.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse