19 10 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/08/2000 • 16h34

Chasse à l’ADN sur le Net

Une start-up de la Silicon Valley, DNA Science Inc, propose aux internautes de collecter leur ADN. À terme, elle espère ainsi disposer d’une base de données qui permettra de relier gènes et maladies.

Bénévolat, base de données et biotechnologies, c’est le triptyque sur lequel le projet Gene Trust initié par DNA Science Inc. compte s’appuyer pour imposer une nouvelle approche de la recherche en génétique humaine. En s’inspirant du modèle collaboratif des logiciels de calcul distribués comme SETI@Home, cette start-up californienne fondée en 1998 et qui compte un des co-découvreurs de la double hélice d’ADN dans son conseil d’administration, espère exploiter l’immense réservoir de donneurs bénévoles d’ADN qu’est Internet pour constituer une gigantesque base de données génétiques.

En effet, si le séquençage complet du génome humain nous a donné le "texte" du "schéma de construction" contenu dans chacune de nos cellules, les biologistes sont loin d’avoir élucidé le sens de ce texte. Ces derniers sont en fait dans la même situation que les égyptologues avant Champollion : ils peuvent décrire les hiéroglyphes mais ils ne comprennent (toujours) pas ce qu’ils veulent dire. Le génome ne sera réellement décrypté que lorsqu’on parviendra à lier chacune des "phrases" du "livre" génétique à la fonction biologique qu’elle décrit dans l’organisme humain.

Comme au Master Mind

Pour effectuer ce décryptage fonctionnel, les biologistes ont adopté une méthode proche de celle du jeu de Master Mind : ils observent les modifications biologiques induites par la présence, l’absence ou l’altération de certains gènes ou groupes de gènes. La grande différence avec le Master Mind, c’est qu’ils ne peuvent pas, pour des raisons éthiques et techniques évidentes, manipuler ces gènes comme on manipule les clous colorés de l’illustre jeu de réflexion. Ils peuvent en revanche contourner cette difficulté s’ils disposent simultanément de l’ADN et du profil médical de suffisamment d’individus : ils ont ainsi la possibilité de déduire les liens entre gènes et maladies grâce à la base de données ainsi constituée.

Le problème pour la plupart des laboratoires est qu’il faut disposer d’un nombre considérable de profils génétiques pour pouvoir commencer à discriminer les effets enchevêtrés des quelque 10 000 gènes humains sur notre organisme. En recrutant ces "profils" par Internet, Gene Trust compte rapidement disposer de la base de données génétiques la plus complète (prés de 100 000 profils) et accélérer ainsi la mise au point de traitements et d’outils de diagnostics génétiques.

Pas de rémunération

Le recrutement des volontaires se fait par l’intermédiaire d’un formulaire en ligne où le donneur potentiel indique son histoire médicale, son âge, son sexe et son origine ethnique. Il est ensuite invité à donner un peu de son sang (sur son lieu de travail, chez lui ou dans un centre itinérant). Les données génétiques et médicales du sujet sont ensuite intégrées à une base de données qui sera ensuite utilisée par DNA Science ou d’autres pour identifier la fonction des gènes. Il faut noter que DNA Science, s’il prévoit commercialiser sa base de données et ses produits dérivés (diagnostics, médicaments, etc.), n’envisage pas de rétribuer les donneurs : ses dirigeants estiment que l’altruisme et le bonheur de contribuer à l’avancement de la science médicale sont des motivations suffisantes pour participer au projet... Pour l’instant, les donneurs sont au nombre de 300, principalement les parents des employés de DNA Science, mais chacun peut s’y inscrire sur le site de DNA Science.

Le projet Gene Trust:
http://www.dna.com
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse