20 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/03/2000 • 19h39

Voyage présidentiel chez les startupiens de Republic Alley

Ambiance franchement agitée, jeudi 2 mars, dans la rue du Faubourg du temple. Normal, Chirac s’était arrêté au n°18 pour visiter Republic Alley : un immeuble abritant 14 start-ups du Net.

Il est 16 h 15, ce jeudi 2 mars et la rue du faubourg du Temple, encore vide cinq minutes plus tôt, s’anime soudainement. Les curieux s’agglutinent en face du Gibus. La voiture de Jacques Chirac arrive. Le président vient visiter Republic Alley, un immeuble de six étages abritant 14 start-ups, symboles du boom de la Net économie. Chirac déambule sagement dans les locaux à la suite de Laurent Edel (fondateur de Republic Alley et petit-fils de la propriétaire de l’immeuble), visiblement aux anges.

Deux start-ups chanceuses accueillent le président dans leurs bureaux exigus : newsfam.com, un portail féminin, et tradingcentral.com, un site de recommandations boursières en direct. Un peu intimidé, Alain Pellier, le patron de Trading central, vante les mérites de la France en matière de nouvelles technologies avec un bémol  : "On se débat avec la fiscalité française." "Vous n’êtes pas le seul…" acquiesce Chirac avant de s’étonner quand le patron lui explique, qu’en plus, il gagne de l’argent : "Ah bon, parce que les autres sociétés n’en gagnent pas ? " Surprise, pour le président qui découvre les étranges business models du startupien de base. Startupien d’ailleurs surmené, mais heureusement il y a les stocks-options, "inévitables" de l’avis de Chirac.

Interro au tableau

Convivial, Chirac se charge ensuite de passer en revue chaque membre de l’équipe de Trading central. Dans une ambiance très "interro au tableau", chacun se présente un peu intimidé. Mais le président détend l’atmosphère de ses questions d’usage : vous travaillez ici depuis combien de temps ? quelle est votre formation  ? quel âge avez-vous ? Le tout accompagné de commentaires éclairés : "Ha c’est bien ça, c’est passionnant, c’est une équipe jeune." Un peu plus tard, l’ambiance tourne même à la rigolade. Question de Chirac à l’un des jeunes traders : "Vous êtes là depuis combien de temps ?" Réponse  : "Deux jours…" Chirac : "Ha, ha". Et Alain Pellier d’ajouter "c’est un figurant".

On clôt la conversation, pour diriger Jacques Chirac vers la dernière étape du voyage  : la rencontre avec les fondateurs des quatorze start-ups. Là, re-belote, le président repose les mêmes questions et obtient les mêmes réponses. Seul reproche, avancé timidement par les jeunes patrons, le manque de formation pour les techniciens informatiques. Chirac approuve, tandis que Laurent Edel achève le tour de table en vantant les mérites de tout ces jeunes startupiens heureux et imaginatifs travaillant d’arrache-pied, trois fois 35 heures par semaine. Après une photo de famille, Chirac repart avec les emblèmes de Republic Alley : une veste en peau de mouton retournée et un tee-shirt avec le nom de l’immeuble. Une visite sans encombre pour constater que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. "C’était passionnant, pas une seule récrimination. C’est la culture d’entreprise de demain" a d’ailleurs commenté pertinemment Jacques Chirac.

Jacques Chirac
© J. Krassovsky / Transfert

Après une visite chez newsfam.com, c’est au tour de Trading central (un site spécialisé dans la recommandation boursière en ligne) d’accueillir le grand homme. Laurent Edel (fondateur de Republic Alley) se charge des présentations. On se serre la main chaleureusement. Alain Pellier retrace la création de sa société et ajoute en fin de parcours : " Je vous montre un peu  ?" Une proposition aussitôt évincée par Laurent Edel qui lance : "Aujourd’hui, vous recommandez quoi comme action ?" Le jeune homme serait-il chargé d’éviter tout contact du président avec le mulot ?

Jacques Chirac
© J. Krassovsky / Transfert
Conscient du timing, Laurent Edel presse le président vers la suite de la visite. "Je vais vous montrer mon bureau, j’ai une très belle vue." Dans le couloir, il l’entretient avec ardeur de son projet d’incubateur.

Jacques Chirac
© J. Krassovsky / Transfert

En chemin, le président papote avec Sarah Edel, propriétaire de l’immeuble et grand-mère de Laurent. Maligne, la charmante vieille dame ne perd pas une occasion de dire combien elle les aime ses petits startupiens. "Laurent c’est le plus brillant alors, c’est votre préféré, non ?" questionne Chirac. "Oh, je suis fière de tous mes petits-fils" rougit la grand-mère.

Jacques Chirac
© J. Krassovsky / Transfert
Trêve de bavardage, la réunion avec les présidents des 14 start-ups attend encore Chirac. On se passe le micro, les patrons se présentent. La plupart ont des formations bien éloignées de leurs activités présentes. Chirac s’étonne : "décidément, tout mène à tout". Le vocabulaire fuse : de B to C en B to B en passant par l’évocation de vente en temps réel, Chirac semble un peu perdu. Toujours souriant il ponctue la conversation de ses trois questions favorites (Vous travaillez ici depuis combien de temps ? quelle est votre formation  ? quel âge avez-vous ?). Jean-Baptiste, le patron de K-Mobile, (portail de service Internet sur mobiles) avance : "moi, j’ai une formation d’ingénieur télécom". Chirac exulte : "ah, voilà enfin quelqu’un de normal". On revient en terrain connu.

Laurent Edel conclu la réunion par une envolée sur le dynamisme de ses start-ups, l’imagination débordante des créateurs d’entreprise etc. Devant tant de bonheur Chirac lance : "Mais il peut quand même encore y avoir des ratés. Parmi les entreprises présentes ici toutes ne seront pas les meilleures sur le marché  ?". Laurent Edel évite de répondre. Pas un seul nuage ne pourrait venir assombrir le ciel éclatant de sa Republic Alley ?

Jacques Chirac
© J. Krassovsky / Transfert

Un petit tour sur l’ordi quand même avant de partir. Attention, surtout ne toucher à rien...

http://www.republicalley.org
http://www.republicalley.org http://www.tradingcentral.com
http://www.tradingcentral.com http://www.newsfam.com
http://www.newsfam.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse