18 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/02/2001 • 19h12

Vivendi Universal bloque la route de Napster

Jean-Marie Messier critique le modèle de répartition des revenus de Napster et refuse de marcher avec l’alliance Napster-Bertelsmann.

Cette fois-ci, la chance de Napster tourne pour de bon, dirait-on. Alors que le logiciel de partage de fichiers musicaux a été téléchargé sur 60 millions d’ordinateurs dans le monde, les internautes semblent se résoudre à la fermeture prochaine du site. Quand bien même il survivrait au verdict des juges, accomplissant sa mue en service payant, la plupart des utilisateurs songent à changer de crémerie. C’est tentant : Gnutella, Freenet, leur tendent les bras. Et ces sites n’ont pas prévu de prélever une dîme sur le téléchargement de fichiers MP3.

Les majors courtisées

Mais il y a autre chose. Napster a besoin du soutien des majors pour vivre. Ce sont elles qui ont déposé une plainte contre la start-up, accusée de porter atteinte au copyright des auteurs et au porte-monnaie des éditeurs. À la fin de l’année dernière, l’une de ces Majors, Bertelsmann (propriétaire du catalogue BMG), a pris une participation dans Napster contre la promesse de rendre ce business payant, de façon à reverser les droits d’auteur. Début février 2001, le futur prix du service a été annoncé : ce sera 2,95 à 4,95 dollars par mois pour la formule de base, et 5,95 à 9,95 dollars pour la formule "complète". On a pu croire un instant que l’industrie musicale allait suivre Bertelsmann, signer des accords commerciaux avec Napster, et miser sur le logiciel de peer-to-peer pour stimuler les ventes. Après tout, ce calcul n’a rien d’utopique : les ventes de disques ont battu un record aux Etats-Unis en 2000, malgré le boom de Napster. Le téléchargement de MP3 permet aux auditeurs de découvrir de nouvelles musiques et de faire des choix plus sûrs quand ils entrent chez leur disquaire. Andreas Schmidt, le PDG de la division e-commerce de Bertelsmann, a déclaré lors d’une conférence mercredi que Napster pourrait contribuer à faire croître le marché de la musique de 30 % en cinq ans. L’agence Reuters le cite : "Je ne crois pas que les maisons de disques y arriveraient seules."

Vivendi gêne les plans de Bertelsmann

Entre temps, Vivendi est devenue Vivendi Universal après sa fusion à trois avec Canal Plus et Seagram. Avec désormais 27 % du marché mondial de la musique, dont le catalogue Universal Music, cette Major basée en France surpasse l’ex-numéro Un de la musique en Europe, Bertelsmann. La rivalité s’est aiguisée entre les deux groupes.

Et Jean-Marie Messier, le PDG de Vivendi Universal, n’est visiblement pas près de signer un accord commercial avec Napster. Il a expliqué à Transfert que cette société qui n’est qu’une plateforme technique propose un modèle économique déséquilibré, injuste pour les auteurs : "Avec Bertelsmann, nous avons un désaccord économique sur la répartition. En gros, c’est 60 % pour la compagnie de musique, et 40 % pour le distributeur online. Sur la plateforme de distribution qu’est Napster, je considère que 40 % c’est trop." Par ailleurs, il ne reconnaît pas à Napster le droit de fixer les prix ou la fourchette de répartition des revenus - lire en filigrane qu’un hors-la-loi ne va pas définir les nouvelles règles de l’industrie musicale...

Jean-Marie Messier rappelle que Vivendi a attendu d’avoir la certitude, devant un juge que MP3.com respectait le droit d’auteur, pour signer un accord commercial. Ce dernier porte sur une centaine de millions de dollars, et il privilégie un autre modèle de répartition. "À la différence de ce qu’ont décidé nos confrères, chez nous 51 % des recettes vont aux auteurs. On a veillé à obtenir une répartition moitié-moitié, mais la grosse moitié pour les auteurs, et la petite moitié pour nous. Voilà pourquoi on n’a pas fait d’accord avec Napster."

Duet de titans

Derrière ce discours moralisateur, il y a un autre enjeu pour Vivendi Universal. Le groupe vient en effet de lancer une filiale commune avec Sony, Duet. À elle seule, cette société chargée d’exploiter le catalogue numérisé des deux majors détient la moitié du marché mondial de la musique. Duet pèse donc d’un poids sans précédent dans le secteur, qui justifierait sa décision de jouer cavalier seul. Vivendi et Sony laisseraient choir Napster. Quitte à développer leur propre logiciel de partage de fichiers et à distribuer gratuitement une partie des titres numérisés. On a suffisamment martelé que le peer-to-peer était l’avenir pour que même les Majors le comprennent. Selon l’expression du chanteur Sting, "on ne fera pas revenir le génie dans la bouteille".

Et ce n’est sans doute que le début des étripages entre majors. La guerre des partenariats, des standards sécurisés, des portails et des logiciels de partage de fichier ne fait que commencer dans la musique en ligne. S’accorder tous avec Napster, ç’aurait été trop beau, non ?

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse