20 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


3/07/2001 • 18h38

Virés par mail

Les entreprises high-tech se servent de plus en plus de la messagerie électronique pour annoncer des licenciements.

Dégraisser, c’est simple comme un petit mail. La dernière mode dans les entreprises du secteur high-tech, c’est de recourir à la messagerie électronique pour annoncer des réductions d’effectifs. C’est ce qui ressort d’une étude menée par la société Tower Perrin auprès de 38 firmes internationales - la plupart sont d’origine anglo-saxonne - exerçant dans le domaine des nouvelles technologies (36 % viennent du secteur des télécoms et 64 % du secteur informatique). 70 % de ces entreprises ont utilisé le mail pour annoncer des suppressions d’emplois à leurs salariés. Et qu’importe si la méthode effraie un peu, l’outil est alléchant. Pensez ! Il permet d’avertir tous les employés d’un même groupe, disséminés au quatre coin du monde, de façon efficace et simultanée. "C’est une dynamique qui est propre aux groupes internationaux. Avertir tout le monde en même temps est un moyen, pour les groupes, de gérer leur communication financière et de prévenir les délits d’initiés", explique Rodolphe Delacroix, le responsable de l’étude. Seulement, quand l’information porte non pas sur le cours de la Bourse, les nouveaux partenariats signés par la société ou encore les nouvelles acquisitions de la boîte, mais sur des licenciements, le recours au mail paraît forcément déplacé. Ou tout simplement odieux.

Mail de crise

Le 26 juin 2001, les milliers d’employés de la firme Cap Gemini Ernst&Young ont appris par la presse que leur groupe prévoyait un plan de licenciement. Le lendemain, un mail envoyé à tous les salariés annonçait "un plan d’actions visant à améliorer la rentabilité". Bilan : 2 700 suppressions d’emploi. Le surlendemain, la direction de la filiale française du groupe, prise de cours, s’empressait d’écrire à son personnel. "Le message nous disait en gros de ne pas nous affoler. Que les licenciements toucheraient surtout l’Europe et les ...tats-Unis", assure Ali Ould Yerou, un des délégués syndicaux qui s’étonne que la direction française n’ait pas été capable de les avertir à temps. "En fait, ils étaient assez mal à l’aise. Le mail est arrivé sur la messagerie de tous les salariés en même temps, je ne sais pas si la direction française était au courant." Alors que dans les entreprises françaises, la législation oblige les directions à informer au préalable le comité d’entreprise de tout plan social, l’arrivé de ce mail de crise a réduit à néant toute possibilité d’anticipation.

DRH hors-jeu

"Dans les entreprises anglaises ou américaines, la plupart des informations passent par les messageries, directement du siège vers les employés, sans passer parfois même par les directions des ressources humaines locales. Parmi les DRH que nous avons interrogés, seuls 30 % ont été associés, en amont, à la conception du message communiqué aux salariés", assure Rodolphe Delacroix de Tower Perrin. Les DRH seraient-ils devenus les maillons faibles d’une chaîne d’information qu’ils ne maîtrisent plus ? Quand même pas, mais gare aux distractions. "Lorsque j’étais Directeur général de la filiale française d’une multinationale américaine, mes consignes étaient "do your job". Aucun élément d’info n’est donné aux DG locaux pour justifier les réductions d’effectif. Dans ce contexte, ils n’ont pas vraiment de marge de manœuvre, ils appliquent les ordres du siège", se souvient Bernard Merck. Aujourd’hui chargé du repositionnement de la branche ressources humaines chez France Télécom et administrateur de l’ANDCP (Association nationale des directeurs et cadres de la fonction personnel), il milite pour un certain "courage managérial". "La dimension humaine de la fonction RH ne peut être remplacée par l’outil informatique", dit-il.

Pour autant, la gestion de la communication par mail, si elle s’affranchit parfois du contrat oral, n’est pas généralisable à l’ensemble des entreprises. Karine Boullier, directrice d’étude au sein de l’association Entreprise et Personnel (Institut de recherche et de développement), mène une étude sur le dialogue social à l’heure d’Internet. Pour la chercheuse, "La plupart des entreprises françaises n’en sont pas encore là. En cas de communication d’une information aussi importante qu’un plan de licenciement, elles assurent qu’elles privilégieront toujours l’oral, voire l’Intranet." Pour combien de temps ?

Section CGT de Cap Gemini
http://www.chez.com/capcgt/ Cap gemini Ernst & Young:
http://www.fr.cgey.com/ Tower Perrin:
http://www.towers.com/towers/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse