07 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/02/2001 • 17h10

Vade retro, SataNoos !

Les cybercâblés mécontents se sont livrés hier soir à une manifestation virtuelle dans la cité d’Archinet. Si la fréquentation a été honorable, une question se pose a posteriori : "À quoi bon crier dans le cyberespace ?"


DR
Mercredi 31 janvier, 21 heures. Les serveurs d’Archinet frôlent la surchauffe : c’est dans cet univers 100 % imaginaire que Luccas, l’association des mécontents des services de l’ex-Cybercâble devenu Noos, a choisi d’implanter sa première manifestation virtuelle. Les frustrés du haut débit sont au rendez-vous, dissimulés derrières des avatars aux slogans vengeurs. But du jeu : rallier en groupe cinq bannières dénombrant les revendications de Luccas : "Noos, rend nous nos octets", "Non aux compteurs d’octets", et d’autres formules pointant les doléances des cybercâblés. Les deux serveurs peuvent héberger à eux deux 70 personnes simultanément. Cryo, qui édite le logiciel "Scol" nécessaire pour visualiser l’univers 3D, s’était ému du cas des manifestants et avait proposé d’accorder une licence gratuite à Archinet, en vue d’accueillir plus de monde sur chaque serveur. "On n’a rien vu venir", déplore Bertrand Penn, de Luccas. Qu’importe : la manifestation a tout de même eu lieu. Entre une soucoupe volante conduite par un Martien anti-Noos et quelques avatars du plus bel effet, la discussion commence. L’accès complexe à l’univers en 3D est quelque peu délaissé au profit de la discussion sur IRC où 140 personnes braillent des slogans rigolards. "Quel Noos m’a piqué ?", se demande l’un d’entre eux, "Vade retro, Satanoos !", clame un second, "RENDEZ NOOS NOS OCTETS !", hurle un troisième.

Dispersion dans le calme

Au milieu des manifestants, des éléments soupçonnés d’être infiltrés par Noos, font leur entrée dans l’arène. Un dénommé "Noos lover" avoue au grand jour son amour pour l’opérateur du câble. Et se fait rabrouer sans tendresse par les internautes mécontents qui évoquent la lenteur de leur débit et la faiblesse de leur ping. Dans ce brouhaha incessant, les organisateurs ont bien du mal à promener les avatars de bannière en bannière. "Essayer de faire bouger 100 personnes dans un monde virtuel, c’est un coup à vous mettre les nerfs en boules", peste Bertrand Penn. Néanmoins, la manif tiendra bon jusqu’à 23 heures, heure à laquelle les gérants d’Archinet convient tout le monde à un paint ball virtuel. Fin des hostilités, dispersion dans le calme des manifestants. Les statistiques ? "Il y a eu 2 500 personnes sur Archinet pendant la journée", selon Bertrand Penn. Un chiffre que la police, pour une fois, ne démentira pas. La manif est-elle un succès ? Mitigé, pour le moins. Hormis la couverture médiatique de l’événement, on voit mal comment la réunion virtuelle de quelques avatars en colère pourrait faire trembler sur ses bases les géants de la Lyonnaise. À moins que les Noosiens mécontents n’obtiennent un jour l’autorisation préfectorale de bloquer physiquement les voies d’accès au provider, sous couvert du droit à manifester.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse