25 07 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


31/10/2003 • 16h52

Une société britannique lance le premier "fournisseur d’accès à la musique"

Avec son abonnement haut débit, PlayLouder MSP offre le son de cinq labels indépendants

La société britannique PlayLouder, qui édite le portail musical éponyme, va lancer début 2004 une offre d’accès haut débit à internet associée à un service inédit de téléchargement de musique. Les abonnés de Playlouder MSP (Music Service Provider) pourront télécharger et partager leurs fichiers musicaux avec les autres abonnés, via les logiciels d’échange P2P habituels, en toute légalité : PlayLouder, qui a passé des accords avec cinq labels indépendants, reversera à ces maisons de disques les droits correspondant aux morceaux téléchargés. Le modèle, inspiré des radios, pourrait séduire un large public, mais pas forcément les majors. Pascal Nègre, le PDG d’Universal, est "farouchement contre".

Sur le portail musical Playlouder, les internautes peuvent écouter des morceaux en avant première : ils sont proposés gratuitement en flux streaming, ou en téléchargement payant.

Un réseau dans le réseau

A partir du 1er novembre 2003, ils pourront tester un service de téléchargement disponible sur abonnement. En utilisant Kazaa ou tout autre logiciel peer-to-peer d’échange de fichiers, ils téléchargeront les morceaux de leur choix, choisis dans le catalogue de cinq labels : Beggars Banquet, V2 Music, XL Recordings, Pias et Ninja Tune.

Dans ces riches catalogues, on trouve par exemple les oeuvres des Pixies, de ColdCut, des White Stripes, de Badly Brawn Boy, de Grandaddy ou Laurent Garnier.

"Cela fait quatre ans que nous travaillons avec plusieurs labels, explique Paul Hitchman, président de Playlouder. Nous avons gagné leur confiance en leur présentant une solution à la question du P2P qui tienne compte de leur perspective".

Les échanges s’effectueront entre abonnés, à l’intérieur des réseaux P2P. Un circuit fermé que les responsables de Playlouder comparent à un "jardin muré". Ce principe rappelle celui des darknets, des réseaux fermés et cryptés d’échange de fichiers. Le manque d’ouverture pourrait refroidir certains utilisateurs potentiels, ainsi coupés de la pléthorique offre "pirate" des réseaux.

Paul Hitchman réfute l’argument. Le président de PlayLouder estime que, par rapport aux réseaux P2P "classiques", le système qu’il propose présente plusieurs avantages pour les internautes. "Il améliore la pertinence des recherches et la vitesse des transferts, souligne-t-il.

En tant que fournissseur d’accès à Internet et à de la musique en ligne, il ajoute que ce système possède aussi plusieurs atouts :"Les abonnés bénéficieront de "nodes" spéciaux, à haute capacité, qui leur seront réservés. En supprimant le trafic qui s’effectue sur les réseaux de p2p via des nodes hasardeux, ce système nous fera économiser de la bande passante, nous permettant ainsi d’investir dans de nouveaux services".

"Une vaste fumisterie" selon Universal

Le système de PlayLouder s’apparente quelque peu au projet Lamp (Library Access to Music Project). Développée par deux étudiants du MIT (Massachusetts Institute of Technology), Lamp est un système de "diffusion à la demande", fondé sur tous les disques de la bibliothèque de cette université, via son réseau câblé. La musique circule ainsi en circuit fermé et il est impossible de la copier ou de la télécharger. Ce mode de diffusion est légal, estiment ses créateurs, qui l’apparentent à de la "radio à la demande".

La comparaison avec le modèle des radios s’applique aussi au système de PlayLouder. Ce qui ne semble pas déranger les labels indépendants comme ceux qui collaborent avec ce "fournisseur d’accès à la musique", mais pourrait refroidir certaines majors.

Interrogé sur Playlouder, Pascal Nègre, président d’Universal Music France, critique le projet avec véhémence : "Ces systèmes me font très peur, car ils s’assimilent à de la licence légale sur le P2P. C’est une vaste fumisterie : nous voulons décider de ce que nous vendons, du prix auquel nous vendons, et nous voulons contrôler cela. Je suis farouchement contre."

Pour Paul Hitchman son président, la solution de Playlouder constitue "la seule façon réaliste de rentabiliser et légaliser le partage de fichiers. Au Royaume-Uni, si tous les fournisseurs d’accès suivaient notre modèle, cela augmenterait les revenus des maisons de disques de 200 millions d’euros par an."

Michel Lambot, co-président du label PIAS, dont les propos sont repris sur le communiqué de presse annonçant le lancement de Playlouder MSP, partage cet avis : "il s’agit du compromis parfait entre les fans et les propriétaires de droit." Réponse à partir de janvier 2004.

Le site de Playlouder:
http://www.playlouder.co.uk

La plateforme Playlouder "Music Service Provider":
http://www.playloudermsp.com

Le site du service Lamp, du MIT:
http://lamp.mit.edu/lamp-release.txt

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse