22 11 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


2/07/2003 • 20h14

"Une ’foule intelligente’ n’agit pas nécessairement judicieusement" [Howard Rheingold]

Le gourou américain défend son concept comme une "nouvelle révolution sociale"
 

Cofondateur du site d’informations HotWired, animateur-pionnier de The Well, l’une des premières communautés en ligne, Howard Rheingold analyse depuis une vingtaine d’années les répercussions sociales des nouvelles technologies. Auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Internet (La Réalité virtuelle en 1993 et Les Communautés virtuelles en 1995), ce Californien n’hésite pas à se transformer à l’occasion en futurologue. Dans son dernier livre, Smart Mobs - The Next Social Revolution, paru aux Etats-Unis en octobre 2002 mais pas encore publié en français, il s’intéresse aux technologies mobiles, utilisées par les "foules intelligentes", qu’il s’agisse de bandes d’adolescents ou de militants politiques (lire notre article). Connu également pour ses chemises psychédéliques et ses chaussures peintes à la main, l’auteur-prophète explique à Transfert pourquoi il croit que ces technologies constituent la prochaine "révolution techno-culturelle".

Qu’entendez-vous par "smart mobs" ou foules intelligentes ?
Howard RHeingold : Tout groupe qui agit collectivement à l’aide de moyens de communication mobiles (téléphones portables, assistants personnels PDA, etc.) et d’Internet. Bien sûr, l’action collective existe depuis que les gens communiquent et a bénéficié auparavant de l’imprimerie, du téléphone et d’autres inventions. Mais ce qui est nouveau, aujourd’hui, c’est que les gens ont des objets mobiles qui permettent de coordonner des actions en temps réel, en communiquant non seulement par la voix mais aussi par SMS et en accédant à Internet où qu’ils se trouvent. Cela a de profondes conséquences sociales, économiques et politiques.

Pouvez-vous nous donner des exemples de foules intelligentes ?
Dans mon livre, je cite par exemple le cas des manifestations pacifiques aux Philippines, qui ont fait chuter le gouvernement du président Estrada en 2001 et ont été coordonnées au départ par SMS. Sur mon blog, depuis la sortie de mon livre, j’ai mentionné la jeune génération de Sud-Coréens qui a fait pencher le scrutin en faveur du président Roh. Ils ont envoyé en décembre 2002 à la veille des élections des milliers d’emails et de SMS pour contrebalancer le pouvoir de la presse conservatrice.

En anglais, le terme "mob" évoque la mobilité mais a aussi des connotations négatives, comme celle de cohue ou de mafia. Pourquoi avoir choisi ce terme ?
Par ce titre, je voulais indiquer clairement que si ces nouvelles technologies ont, je crois, beaucoup de conséquences positives, il y a aussi des aspects négatifs. Une "foule intelligente" n’est pas nécessairement une foule qui agit judicieusement...
On peut citer le cas des émeutes meurtrières au Nigéria contre l’élection de Miss Monde, en novembre 2002, où l’envoi de SMS a aussi joué un rôle (Certains émeutiers auraient relayé par SMS un article de journal jugé blasphématoire, Ndlr). Et des terroristes des attentats du 11 septembre, qui se sont servi des communications mobiles et d’Internet pour coordonner leurs activités. Des groupes extrêmement organisés qui ont des intentions destructrices peuvent ainsi les concrétiser plus efficacement.
Par ailleurs, lorsqu’elle est immédiate, l’action collective se passe de délibérations et de réflexions... En cela également, les foules intelligentes n’agissent pas toujours judicieusement.

Vous affirmez dans votre livre que "des groupes utilisant ces technologies mobiles acquerront de nouvelles formes de pouvoir social". Peut-on s’attendre à ce que des populations soient plus militantes simplement parce que certaines technologies le leur en donnent la possibilité ?
Il faut faire attention à ne pas projeter ses désirs sur la technologie. Et à ne pas confondre objectifs et moyens. Les technologies donnent en effet aux gens les moyens de se mobiliser sur le plan social et politique, mais le feront-ils ? Cela dépend des circonstances de chaque pays.
Mais nous voyons déjà des changements en termes de mobilisation politique : aux Etats-Unis, les élections présidentielles de 2004 sont les premières élections où internet joue un rôle très important. L’organisation Moveon.org mobilise ainsi des millions d’électeurs (lire notre article) et a pu rendre crédible Howard Dean, qui passait au départ pour un candidat démocrate marginal. Pendant les manifestations contre la guerre en Irak, Internet et les téléphones portables et SMS ont permis à une multitude de groupes de s’auto-organiser. Certes, il y avait quelques grands groupes fédérateurs. Mais la plupart étaient des petits groupes qui ont pu mobiliser leurs membres très rapidement.
Les gens utilisent ces technologies pour des usages très divers : certains usages sont très sérieux (mobilisation lors des élections et manifestions politiques). D’autres sont plus frivoles comme les "foules inexplicables" organisées par le Mob Project à Manhattan (lire notre article, et relèvent peut-être simplement d’effets de mode.

Ces technologies sont-elles véritablement révolutionnaires, comme vous l’affirmez dans le titre de votre livre, ou ne font-elles qu’amplifier des mouvements politiques et sociaux qui existent depuis longtemps ?
Quand on combine deux technologies - ici les technologies mobiles et internet -, le résultat est plus puissant que la somme des composants. Nous sommes au début d’une époque où les moyens de communication mobiles et internet et PC fusionnent. Cela entraînera dans les 10 ans à venir des changements importants, à mesure que la puissance de ces technologies continue d’augmenter.
Il est important de savoir que des gens qui n’ont jamais utilisé des PC ont maintenant accès à des téléphones portables d’où ils peuvent ou pourront accéder à internet pour obtenir des informations qui vont les aider dans leur vie de tous les jours. J’ai vu des habitants des bidonvilles du Brésil utiliser des téléphones portables. Au Bangladesh, la Banque mondiale donne aux femmes des micro-prêts leur permettant d’acheter un téléphone portable et de le louer ensuite aux autres villageois. En Afrique, des pêcheurs peuvent recevoir sur leur bateau un SMS leur indiquant quel marché est prêt à acheter leurs poissons. Grâce aux technologies mobiles, la révolution de l’information atteint beaucoup de gens qui n’en avaient pas bénéficié auparavant. Tout cela est potentiellement révolutionnaire.

Même si les téléphones portables sont moins chers que les PC, la majorité des habitants des pays en développement n’en ont pas, faute de moyens et d’infrastructures. Les foules intelligentes sont-elles des foules privilégiées ?
On estime que d’ici six à sept ans, le coût d’un téléphone portable - 1000 fois plus puissant que le 1er ordinateur ! - avec accès haut débit à internet sera équivalent au salaire mensuel moyen mondial, c’est-à-dire à 60 dollars. A long terme, ces technologies importantes seront donc plus abordables. Et la fracture numérique ne sera plus entre ceux qui ont accès aux technologies et les autres mais entre ceux qui savent s’en servir - les jeunes par exemple - et ceux qui ne savent pas. Ainsi qu’entre ceux qui ont un réseau social et les autres.

Vous posez dans votre livre la question suivante : "Ces foules intelligentes seront-elles réduites à l’état de consommateurs passifs de médias centralisés ? Ou y aura-t-il une mise en commun de l’innovation, où de nombreux utilisateurs auront aussi la possibilité de produire et créer ?". Que prédisez-vous à ce stade ?
L’avenir semble sombre. Des centaines de millions de personnes se sont emparées du pouvoir qu’internet et PC fournissent. Mais les studios de cinéma, les majors du disque, les opérateurs téléphoniques qui détiennent certains spectres de fréquence, les entreprises détentrices de copyright agissent de concert et font pression à l’échelle mondiale, en versant des sommes énormes aux lobbys, pour que les lois soient modifiées en leur faveur. Et avec l’OMC et la mondialisation, les lois qui sont adoptées dans un pays donné le sont très rapidement dans d’autres pays. Toutes ces restrictions risquent de limiter la capacité des gens à innover. A l’avenir, il faudra peut-être travailler pour Sony ou Disney pour pouvoir véritablement innover ! Si j’ai écrit ce livre, c’est entre autres pour que davantage de gens prennent conscience des véritables enjeux. Les politiciens écoutent pour l’instant ceux qui les paient - les lobbyistes - il faut donc que les citoyens se mobilisent pour se faire entendre.

Sur votre blog, vous mentionnez souvent le terme "logiciel social". Ces outils de communication et de collaboration est-il vraiment d’une nouveauté ?
Il s’agit d’un nouveau terme, qui désigne quelque chose qui existe en effet depuis un certain temps. Messagerie instantanée, e-mail, blogs, wiki (sites dont les internautes peuvent modifier toutes les pages, Ndlr), chats, emails : autant de différents moyens que les gens peuvent utiliser non seulement pour communiquer mais aussi pour coordonner leur action. Les foules intelligentes se situent à l’intersection de ces technologies et de l’action collective et dépendent donc de ce type de logiciels.

Le site communautaire Smart mobs:
http://www.smartmobs.com

Le livre Smart Mobs - The Next Social Revolution:
http://www.smartmobs.com/book/index.html

Les "foules intelligentes" se déploient dans les villes américaines (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a9067

Les Blogs d’Or consacrent un phénomène de société (Transfert.net):
http://www.transfert.net/a8555

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse