17 08 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


24/07/2000 • 20h15

Une bourde de Vivendi fait la fortune d’Ababacar Diop

EXCLUSIF TRANSFERT.NET :En mai, Vivendi lançait vizzavi.fr. Fanfare et champagne. Seul problème : six mois plus tôt, trois associés, dont l’ex-leader des sans-papiers, avaient déjà déposé ce nom pour un cybercafé du XVIIIe arrondissement. Pour s’assurer la pleine exploitation de la marque, Vivendi a fini par débourser plusieurs millions de francs. Un chiffre étrangement absent de la campagne de lancement.

(Première publication le 20/07/2000)


Ababacar Diop
D.R.
Le 17 mai, Vivendi savoure sa victoire. Son dernier-né, le vizzavi.fr, auto-célébré "portail deuxième génération", est lancé. Sourires sur les lèvres, mais aussi soupirs de soulagement.

En effet, un petit tour du côté de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), révèle un antécédent bizarre. Ce n’est pas Vivendi qui a eu la primeur de la trouvaille : la marque "vis@vis, visiophonie publique", a été déposée le 1er octobre 1999 par trois associés, dont le célèbre Ababacar Diop, ancien leader des sans-papiers. Vizzavi, en revanche, ne rentre dans les registres de l’Institut que le 21 avril 2000. L’orthographe diffère, mais pas la phonétique et à l’INPI, les règles sont claires : "Imiter, c’est aussi contrefaire", devise l’Institut qui conseille de renoncer aux rapprochements phonétiques. Un bémol à la règle : deux marques identiques peuvent coexister si elles concernent des produits différents. Ce n’est pas le cas du "vis@vis" d’Ababacar Diop qui a été enregistré à l’INPI dans les mêmes catégories que la marque de Vivendi. "Vis@vis" est le nom d’un cyber-café, niché juste en face de l’église Saint-Bernard. Un cyber-café bientôt équipé de webcams : d’ici la fin de l’été, les internautes du coin pourront appeler, via Internet et visiophone, Dakar et Bamako.

24 millions pour ne pas attaquer Vivendi

Début mai, Vivendi réalise donc que la petite société de la rue Stephenson risque de lui causer quelques problèmes juridiques. Le contact est établi. Les négociations peuvent commencer : selon Ababacar Diop, rendez-vous est donné dans les locaux de Jean-Marie Messier, en urgence. Il était temps : le lendemain, Vivendi et Vodafone doivent annoncer à la presse la mise en place de leur dernier bébé, le portail Wap Vizzavi. "Ils voulaient nous racheter la marque. Nous avons refusé et négocié pour une co-existence des deux appellations", explique à Transfert Ababacar Diop. Philanthropie ? Pas vraiment. "Nous avons signé pour ne pas les attaquer en justice. En échange, nous avons reçu 24 millions de francs, soit 8 millions chacun puisque nous étions trois associés à avoir déposé le nom." Puis, Ababacar est parti pour Dakar en vue d’"investir dans le développement de l’Internet en Afrique". Belle revanche pour un Sénégalais longtemps sans-papiers. Ses projets peuvent enfin prendre de l’ampleur : cyber-café à Dakar, visiophonie entre l’Afrique et l’Europe, charter de l’amitié... . C’est d’ailleurs en raison de ces multiples projets qu’Ababacar Diop s’est décidé à parler du contrat conclu avec Vivendi. Une clause de confidentialité freinait ses ardeurs mais il a pourtant choisi la transparence : "Je suis un homme public, j’ai des projets en politique, donc je préfère être explicite sur l’origine de cet argent. C’est la seule raison pour laquelle je communique sur cette affaire." À Paris, ses deux associés restent muets. L’un d’eux, Jean d’Euderville, dit seulement : "Il n’y a pas d’information."

Et Vivendi dans l’histoire ? Muet sur toute la ligne. Entre l’introduction en Bourse, plutôt difficile, de Vivendi environnement, et les vacances d’été, le téléphone a tendance à sonner occupé. Alain Delrilleu, responsable communication du groupe, n’a tout simplement jamais entendu parler de l’affaire : "Vivendi ne fait aucun commentaire sur cette histoire." Est-ce le montant du deal, le manque de professionnalisme ou l’identité du bénéficiaire qui justifie cette pudeur soudaine ?

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse