22 04 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/10/2003 • 16h15

Un journaliste américain espère devenir riche en vendant du virtuel

Décryptage d’une nouvelle-nouvelle économie

Le développement des communautés virtuelles sur l’internet fait naître une nouvelle-nouvelle économie, fondée sur l’échange de biens immatériels. Peut-on y faire fortune ? Julian Dibbell, journaliste américain de 40 ans, chroniqueur au magazine Wired, auteur d’un essai sur les principes qui régissent la vie en ligne, en est persuadé. Il décrit, sur son blog, son aventure de "marchand de vent".

"Le 15 avril 2004, je déclarerai en toute bonne foi au Fisc que ma principale source de revenus provient de la vente de biens imaginaires - et que cela me rapporte davantage, sur une base mensuelle, que ce que j’ai toujours gagné en tant qu’auteur professionnel", prophétise Julian Dibbell sur la page d’accueil de son blog.

Ce blog, intitulé "Jouer de l’argent", a pour unique but de démontrer la vraisemblance du concept de son auteur : Dibbell entend prouver qu’on peut devenir riche en vendant du virtuel.

Selon la thèse de Dibbell, les mondes virtuels, et plus généralement les spécificités de l’économie d’internet, favorisent l’apparition d’une nouvelle forme de valeur. C’est particulièrement vrai dans les jeux en réseau : constructions imaginaires, personnages virtuels et autres armes magiques, bien qu’irréels, ont une valeur d’échange. Sur le site d’enchère eBay, sur des sites spécialisés ou bien à l’intérieur des jeux dont ils sont issus, ces bien intangibles se vendent et s’achètent, contre argent bien réel.

Sur le site Second Life, qui réunit des amateurs de jeux en réseau, on peut acheter des objets en 3D conçus par d’autres et même tenir commerce en ouvrant un magasin virtuel.

La réalité de la valeur du virtuel

Dans un article publié dans Wired en décembre 2002, Dibbell expliquait déjà que le jeu Ultima Online génère à lui seul un marché de trois millions de dollars (2,5 millions d’euros) par an, correspondant aux échanges de biens virtuels entre les joueurs. De quoi nourrir la réflexion sur l’économie du virtuel. "Comment assigner une valeur à des biens immatériels ? Comment définir la notion de propriété quand celle-ci devient aussi évanescente que la pensée ? Comment définir la productivité quand le travail devient un jeu, et le jeu un travail ?", demandait alors Dibbell.

Cette nouvelle-nouvelle économie, qui tend à assigner une valeur réelle à des choses qui ne le sont pas, ne se limite pas au domaine du jeu. Par exemple, le site BlogShares, une bourse virtuelle qui permet de spéculer sur la popularité des blogs, a donné naissance à des équivalences informelles entre patrimoine virtuel (les blogs) et argent réel : un bon portefeuille d’actions 100% virtuelles peut ainsi valoir de l’argent, et certains propriétaires de blog échangent leurs gains fictifs contre des services payants, comme la diffusion de messages publicitaires.

Sur son blog, Dibbell publie régulièrement un observatoire des biens virtuels relatifs au jeu Ultima Online mis en vente sur eBay.

Il a aussi publié en ligne un dialogue amusant au cours duquel il tente de convaincre un employé du prestataire de micro-paiements en ligne Paypal que ses règles de ventes sont caduques. Paypal exige en effet que les paiements portent sur la vente de biens "tangibles". Or, Dibell affirme que la vente d’un bien tangible peut cacher la commercialisation d’une marchandise immatérielle. "Si j’écris sur un morceau de papier une adresse et un mot de passe donnant accès à un bien virtuel, je vend une marchandise tangible", explique-t-il.

Difficile de prévoir si Dibbell deviendra riche. Mais son discours à tout de même le mérite de mettre en lumière certaines incongruités liées à la définition de la notion de valeur sur l’internet. "L’échange de bien virtuels, après tout, n’est pas seulement un nouveau marché. C’est un nouveau genre d’économie - peut-être la seule véritable nouvelle économie à laquelle l’internet ait donné naissance", insiste-t-il.

Le blog de Julian Dibbell:
http://www.juliandibbell.com/playmoney

Son article dans Wired:
http://www.wired.com/wired/archive/...

"Dans un monde virtuel, les règles de bien et de mal qui régissent notre société ne s’appliquent pas forcément" (Transfert, 2/10/03):
http://www.transfert.net/a9369

"Le virtuel plus riche que le réel" (Transfert, 29/3/02):
http://www.transfert.net/a8318

Ultima Online:
http://ultimaonline.com

Second Life:
http://secondlife.com

BlogShares
http://www.blogshares.com

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse