25 08 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


28/06/2001 • 10h57

Un compagnon à tête d’oeuf

archmag15
PaPeRo, le petit bonhomme à roulettes de NEC, est ce qui se fait de mieux en matière de robot de compagnie. Pratique mais aussi blagueur. Visite dans les labos du constructeur.

Le hall d’accueil, meublé à l’occidentale, se veut résolument chaleureux. Rien, de près ou de loin, qui puisse rappeler l’identité technologique de l’entreprise hébergée en ces lieux. Dans un coin, un salon en cuir brun permet aux visiteurs de patienter confortablement. Un magnifique aquarium est censé apporter une part de rêve. On aperçoit de superbes poissons exotiques. Alors, bien sûr, on s’approche pour observer de plus près le menu fretin de toutes les couleurs... Incroyable. Les poissons n’existent pas. Tout est virtuel. En très haute définition, mais virtuel. Nous sommes à l’Incubation Center, le centre de recherche du géant de l’informatique NEC, dans un quartier tranquille de la ville industrielle de Kawasaki. Et nous avons rendez-vous avec un robot qui parle. C’est pourtant un humain, Yoshihiro Fujita, project manager, qui nous accueille tout d’abord. Le costume gris strict, pas très souriant, il manifeste tout juste un semblant d’étonnement : nous sommes les premiers Français à lui rendre visite. Après les traditionnels échanges de cartes de visite et remerciements, il nous conduit vers un salon sans âme. Alors que nous attendons LA démonstration, Yoshihiro Fujita nous récite sa plaquette de présentation. Trois autres journalistes, tous japonais, nous accompagnent, visiblement aussi impatients que nous de voir la machine.

Bruits et paroles

Soudain, la star apparaît... Physiquement, elle n’est pas franchement sexy : une forme ovoïde, à mi-chemin entre l’aspirateur et l’autocuiseur. Le fils (ou la fille ?) caché de R2D2, le robot de la Guerre des ...toiles. Avec un nom presque aussi ridicule : PaPeRo, abréviation japonaise de « Partner Personal Robot ». PaPeRo... Un surnom un peu infantile, dû à l’habitude japonaise de composer des diminutifs de deux ou trois syllabes pour aller plus vite. PaPeRo, donc, était précédemment connu sous l’appellation R100. Il n’a ni perdu ni gagné dans son changement de nom. Il n’a pas, non plus, amélioré ses qualités de déplacement : d’emblée, à voir ses roulettes motorisées, on comprend que le mouvement n’est pas son fort. PaPeRo n’est pas près de savoir marcher... Mais il a, nous jure l’ingénieur, d’autres qualités. Notre démonstrateur tente de le prouver en appelant de vive voix le robot. Pari réussi. PaPeRo allume ses « oreilles » : une lumière verte clignote pour signifier qu’il a compris le message. Il se retourne alors, et file droit vers le jeune homme. Arrivé devant lui, il lève la tête, « scanne » son interlocuteur, le salue d’une voix enfantine et numérique puis entame la conversation. Des mots simples, entrecoupés de nombreuses onomatopées électroniques, sortent de sa « bouche » avec rapidité. Pas mal ! PaPeRo n’est certes pas encore suffisamment au point pour se retrouver dans les rayons des magasins, mais il est, d’ores et déjà, capable de reconnaître 650 mots et d’en prononcer plus de 3 000.

On comprend pourquoi NEC n’hésite plus à le qualifier de véritable « compagnon » électronique. C’est de loin le robot le plus intelligent et le plus interactif actuellement sur le marché. Grâce à ses yeux-caméras et à la mémoire dont il est doté, il est capable de reconnaître jusqu’à dix visages différents, mais aussi d’identifier les voix qui y correspondent. Ses fonctions communicantes garantissent son intégration dans un environnement domestique. Il est capable de se déplacer seul, d’éviter un obstacle et de s’adapter à tout nouveau lieu où il est déposé. Mais PaPeRo est surtout capable de dialoguer avec l’être humain et c’est là sa véritable prouesse. Ce jour-là, dans les labos de NEC, Yoshihiro Fujita se fait interroger par PaPeRo. Le visage du jeune homme n’a pas encore été mémorisé par l’appareil qui s’applique à l’identifier. Mais, en fait d’interrogatoire, le robot lui balance juste des blagues plutôt osées. L’assistance est tour à tour médusée, morte de rire et finalement... conquise.

Un ordinateur vivant

On comprend mieux pourquoi NEC n’a pas gaspillé ses efforts sur une tentative (complexe) de reproduction des mouvements humains : ce petit engin de 40 cm pour 5 kg, doué d’une autonomie exemplaire de trois heures, est amplement suffisant pour séduire l’utilisateur, que ce soit pour lui proposer de nombreuses fonctions pratiques, comme pour seulement l’amuser et le faire rire. L’un des programmes dont est équipé PaPeRo lui permet ainsi de se balader tout seul (sans avoir été appelé) et d’aller parler directement aux personnes dont il a détecté la présence. La simulation d’un véritable « personnage vivant » a été poussée très loin. Ainsi, lorsque gêné par ses bavardages électroniques qui commencent à couvrir son discours de démonstrateur, Yoshihiro Fujita lui demande de baisser la voix, le robot lui tourne le dos, faisant mine de bouder ! Pour se réconcilier avec lui, l’ingénieur est obligé de lui caresser la tête, comme à un chien. Ses différents capteurs sont capables de faire la différence entre une caresse et une tape hostile...

Pour les techniciens de NEC, le problème majeur de ce robot provient essentiellement de... son utilisateur. Qui a encore du mal à saisir les véritables limites de « l’intelligence » de l’appareil. D’un côté, PaPeRo semble très malin. Lorsque vous vous adressez à lui (en japonais), il a tendance à fournir des réponses qu’on n’attend pas de la part d’une machine : il s’inquiète de votre humeur, vous fait sourire avec des réponses différentes à chaque fois et vous demande si vous voulez regarder l’émission de télévision que vous lui avez demandée d’enregistrer ou bien envoyer un vidéo mail à l’un des membres de votre famille. Et si vous lui demandez de danser, il ne se démonte pas. Il répond spontanément « d’accord » et se met à virevolter en musique comme une toupie, en faisant clignoter toutes ses diodes pendant 30 secondes...

Mais la perspicacité de la machine peut tourner court tout aussi rapidement. Au moment le plus inattendu. Au détour d’un échange verbal très simple, elle se trouve en manque de vocabulaire et, naturellement, se bloque. Les ingénieurs travaillent encore pour éviter ce type de problèmes et affirment que la qualité des programmes installés s’améliore de jour en jour...

Ils œuvrent également à améliorer les performances de la plate-forme informatique utilisée par PaPeRo : son architecture relativement ouverte permet, d’ores et déjà, d’adapter des logiciels existants et de transformer, par exemple, l’engin en juke-box musical. Et son interaction avec les appareils multimédias et audiovisuels pourrait également transformer cet appareil en une sorte de télécommande futuriste aux capacités inépuisables. Un véritable ordinateur individuel « vivant » et à roulettes.

Humour et insolence

Les entrailles du robot ont été particulièrement soignées. Elles sont semblables à celles d’un ordinateur portable grand public : un processeur Celeron 500 sous Windows 98. Autour de cette architecture, les ingénieurs de NEC ont conçu, intégré et adapté de nombreux capteurs, directement branchés sur les ports USB de l’unité centrale. Ses fonctionnalités le rapprochent également de ce que l’on attend d’un PC. Chaque utilisateur peut ainsi, sur le principe des sites favoris d’un navigateur web, se faire lire de vive voix (ou visionner sur une télévision) les sites d’informations qu’il a l’habitude de consulter. Quand Yoshihiro Fujita s’enquiert du temps qu’il fera aujourd’hui, la réponse ne tarde pas : PaPeRo se connecte sur un site météo et, tout en distillant des petits effets sonores, donne l’info souhaitée. Une trentaine d’exemplaires de PaPeRo vont être prochainement livrés chez des développeurs « maison » ou dans des laboratoires d’universités afin de peaufiner son éducation. Même si aucune date de commercialisation ne peut être donnée, NEC paraît être la société la plus avancée sur l’idée que l’on peut se faire d’un robot de compagnie. D’autant que PaPeRo pourrait bien devenir une star. Un journaliste d’une station de télévision japonaise, fasciné par le potentiel médiatique du robot, a déjà négocié un prêt pour une émission de divertissement : il compte inviter des starlettes dont le profil serait pré-enregistré dans la mémoire du robot afin qu’il puisse (en direct) donner toute la mesure de son humour et de son insolence à leur égard... Sans jamais se départir de son incroyable politesse. D’ailleurs, quand nous sommes partis, une petite voix électronique disait littéralement « bye bye, A + ». Puis PaPeRo s’est éteint.•

 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse