12 08 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


8/12/2000 • 19h10

Un chercheur pas cyborg que ça

Kevin Warwick, l’homme qui s’est fait greffer une puce sous la peau, récidivera en 2001 en reliant cette fois la puce aux fibres nerveuses. Et il donne rendez-vous au monde entier.


La puce de première génération implantée sous la peau : 23 x 3 mm.
DR
Pas peu fier, Kevin Warwick possède un site web à son nom où il pose, parfois en extase, sur des photos accompagnant des présentations de projets de recherche dont il est le héros. Celui qui s’est fait greffer une puce sous la peau, c’est lui (lire Ma puce, je t’ai dans la peau). Celui qui a fait les gros titres des journaux du monde entier et la couverture de Wired cette année, c’est encore lui (Wired qui n’hésitait pas d’ailleurs à revenir sur le personnage dans un article en ligne plutôt vachard). Et c’est lui encore qui se fera greffer une puce d’un nouveau genre dans le bras gauche à l’été 2001, une puce qui sera cette fois raccordée aux fibres nerveuses. C’est le projet qu’il a appelé Cyborg 2.0.

Bête de cirque

Directeur du département de cybernétique de l’université anglaise de Reading, Kevin Warwick est plus qu’un scientifique. C’est aujourd’hui une bête de cirque adorée des médias (et l’amour est réciproque). Un groupe de journalistes anglais tient d’ailleurs à jour un site qui suit ironiquement la carrière de Kevin Warwick à travers les articles de presse qui lui sont consacrés. Cyborg 1.0, l’expérience menée en 1998 tenait finalement plus de la sociologie que de l’expérience scientifique. La puce greffée sous la peau était simplement détectée à distance par un signal radio et n’était finalement qu’une carte d’identité électronique, dont la technologie est depuis longtemps connue des fabricants de portiques antivol pour hypermarchés. Kevin Warwick est simplement l’homme qui, le premier, a osé se mettre un antivol sous la peau.

Dans le bras de sa femme

Avec Cyborg 2.0, le défi scientifique est plus risqué. Il faudra d’abord mettre en contact de façon satisfaisante et durable des fibres nerveuses du bras gauche avec les connecteurs de la puce. Ensuite, Kevin Warwick compte enregistrer (à distance, sur l’ordinateur, toujours grâce à des signaux radio) les informations électriques envoyées à la puce par les nerfs pour interpréter la corrélation entre ces signaux et les mouvements du bras ou d’un seul doigt. Il compte ensuite renvoyer le même type de signal à l’implant depuis l’ordinateur pour qu’il le transmette aux fibres nerveuses qui, il l’espère, reproduiraient les mêmes mouvements. Warwick espère également identifier le type de signal correspondant à la douleur pour ensuite le provoquer à nouveau grâce à l’ordinateur. L’étape suivante est encore plus folle : Warwick voudrait placer le même type d’implant dans le bras de sa femme, pour échanger des sensations avec elle. De sorte qu’elle pourrait, dans de futures versions du projet Cyborg, sentir si son mari est "content, dépressif, en colère ou même sexuellement excité". Warwick compte à terme utiliser l’ordinateur pour étendre les capacités du cerveau humain. Et devenir, enfin, un vrai Cyborg.

On attend l’épreuve et les preuves

Les thèmes développés ici devraient passionner les foules, mais la faisabilité scientifique du projet tel qu’il est présenté est douteuse. Aucun détail n’est fourni sur le site qui permettrait de comprendre comment Warwick compte provoquer des sensations de douleur ou reproduire un mouvement en n’étant seulement connecté qu’en quelques points de quelques fibres nerveuses du bras. Et l’expérience en neurologie du chercheur (spécialiste de l’intelligence artificielle avant tout) semble bien limitée par rapport à celles d’autres équipes qui travaillent depuis des années sur les interfaces entre cellules nerveuses et électrodes, notamment afin d’aider les handicapés à retrouver une certaine autonomie. Bref, le projet de Kevin Warwick, l’homme qui s’est rêvé cyborg, fait sourire la communauté scientifique. Mais l’humour anglais a ses limites.

L’article de CNN.com:
http://www.cnn.com/2000/TECH/comput... Kevin Warwick Watch, site parodique:
http://www.kevinwarwick.org.uk/ L’article de Wired:
http://www.wired.com/news/culture/0... Le département de cybernétique de l’université anglaise de Reading:
http://www2.cyber.rdg.ac.uk/cyasp/ Le site de Kevin Warwick:
http://www.kevinwarwick.org/
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse