27 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


13/06/2003 • 15h33

Un Italien invente un scanner portable pour détecter les cancers

Encore un effort pour le dépistage de masse

Semblable à un détecteur à métaux portatif, le scanner Trimprobe, inventé par un chercheur italien de l’Université de Bologne, serait capable de détecter si une personne est atteinte d’un cancer. Cette altervative à l’IRM vise à permettre un dépistage massif mais doit encore tenir ses promesses.

Le Trimprobe (pour "Tissue Resonance Interferometer") est un scanner portable qui détecte les tumeurs cancéreuses. L’appareil étonne autant qu’il promet. Le patient reste habillé et ne reçoit que des ondes magnétiques moins intenses qu’un téléphone portable.

Facile et pas cher

Ergonomique et non-traumatisant, cet instrument pourrait être le complément idéal du scanner IRM (Imagerie à Résonance Magnétique), l’appareil traditionnel qui équipe les hôpitaux, beaucoup plus volumineux et onéreux .

Pour l’obtenir, son inventeur, Clarbruno Vedruccio, physicien à l’Université de Bologne (Italie) a puisé dans ses recherches en détection de mines non-métalliques et d’explosifs au plastique.

Comme l’IRM, le Trimprobe se base les phénomènes de résonances magnétiques des tissus humains. Sous l’influence d’un champ magnétique, ces derniers, constitués de molécules polarisables, se comportent comme de minuscules aimants. Et réagissent - ou "résonnent" - à différentes fréquences. Cette propriété permet d’établir soit une image 3D dans le cas de l’IRM, soit un graphique à bandes dans le cas du Trimprobe.

C’est oui ou c’est non

L’appareil est encore imprécis. Pour le moment, les chercheurs ne comprennent pas pourquoi les tissus cancéreux réagissent fortement autour de 400 MHz. Quant au graphique de résultats produit par le Trimprobe, il ne renseigne pas sur la localisation exacte de la tumeur, encore moins sur sa nature.

Pourtant, le directeur du projet, l’urologue Carlo Bellorofonte, est enthousiaste. "Les résultats sont époustouflants. Ce scanner très sensible, rapide et non intrusif semble idéal pour le dépistage massif des tumeurs", déclare-t-il à la revue spécialisée américaine The New Scientist.

Selon les inventeurs du Trimprobe, des essais menés en clinique montrent que le scanner décèle 93% des cancers de la prostate et repère deux cancers du sein sur trois.

"Trop prématuré"

Ces chiffres ne convainquent pas totalement Françoise May-Levin, cancérologue pour la Ligue contre le cancer. "Trop prématurés, estime-t-elle. Bien sûr, ce serait formidable que cette technologie tienne ses promesses. Malheureusement, tous les cancers ne sont pas facilement détectables. On a déjà donné beaucoup de faux espoirs aux malades avec d’autres techniques."

Françoise May-Levin rappelle que "l’IRM n’est pas une technique de dépistage de masse. La technique n’est utilisée que dans des cas complexes, par exemple dans le cas d’un sein irradié."

Selon la scientifique de la Ligue contre le cancer, le Trimprobe devra faire sa place parmi les autres instruments de dépistage. Des "techniques fiables, peu agressives et économiques existent déjà pour le cancer du sein pour les femmes et ceux de la prostate et du colon pour les hommes", les formes de cancers les plus répandues.

Facteur humain

Le dépistage massif est un enjeu qui monte, au moment où le gouvernement français lance une campagne qui prévoit d’envoyer des convocations aux personnes dites "à risque", dans le cadre de l’année de la lutte contre le cancer. Pour mener cette initiative, les autorités comptent aider les départements à s’équiper pour pouvoir réaliser un dépistage massif de la population (à l’heure actuelle, pour le cancer du sein, seuls 44 % des départements disposeraient des infrastructures nécessaires).

Enfin, Françoise May-Levin rappelle que le faible prix et la facilité d’utilisation des équipements ne sont pas les seuls critères de succès d’un dépistage et rappelle l’importance du facteur humain. Le Trimprobe engendrerait par exemple des coûts de formation : "Tout le monde ne saura pas lire correctement les graphes, prévient la spécialiste de la Ligue contre le cancer. Et quand bien même le personnel pourra être formé, ce sera toujours l’expérience du médecin qualifié qui primera."

Le Trimprobe devrait être commercialisé vers la fin de l’année 2003. Le constructeur italien d’équipement spatial Galileo Avionica compte le produire et le vendre au prix de 29 000 euros, si les tests scientifiques sont validés.

Le site de l’Université de Bologne:
http://www.unibo.it/Portale/default.htm

Le site de Galileo Avionica:
http://www.spazio.galileoavionica.com/

Le site de la Ligue contre le Cancer:
http://www.ligue-cancer.net/

"Hand-held scanner could detect tumours" (New Scientist):
http://www.newscientist.com/news/ne...

 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse