10 12 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


29/12/2000 • 18h32

Un Chaos trop bien organisé ?

Le 17e congrès annuel du Chaos Computer Club se clot aujourd’hui à Berlin. Depuis que son porte parole, Andy Müller, a été élu responsable européen à l’ICANN en octobre 2000, comment le collectif de hackers allemands gère-t-il sa crise de croissance ?


Andy Müller-Maguhn
DR
"Explicit Lyrics : 3 jours sur la technologie, la société et l’utopie." Le Congrès annuel du Chaos Computer Club, le collectif de hackers allemands, est un événement unique au monde. Pour la 17e édition, qui s’est tenue du 27 au 29 décembre au sud-est d’un Berlin recouvert de neige, le centre d’exposition Haus am Köllnischen Park a accueilli 2 500 personnes venues exercer leur art de vivre. Ironiquement placé à 2 300 deutsche mark (environ 10 000 francs), le tarif d’entrée pour les acteurs de la nouvelle économie résume bien le débat qui anime les inventeurs du bordel organisé : comment garder son identité de groupe marginal d’avant-garde quand son porte-parole, Andy Müller-Maguhn, représente l’Europe à l’Icann (Internet Coporation for Assigned Names and Numbers), que la reconnaissance du Club vire au consensuel et que l’on regroupe la crème des ingénieurs informatiques ?

Grosse détente


Ekke du CCC

Transfert
Le cru 2000 du Congrès est encore plus pluridisciplinaire que les précédents. Pour les habitués, l’ambiance est aussi plus détendue qu’elle ne l’a jamais été. Sous les grandes lampes zébrées suspendues dans les couloirs, des jeunes encapuchés tentent de recoller les morceaux d’une nuit en pièces détachées. "Tout est devenu plus normal, plus évident. On ne s’attend plus à voir la police débarquer à tout moment et la parano a disparu", se félicite Ekke, membre du Chaos depuis 14 ans. Au milieu des quatre grandes salles de conférences, le patio exhibe un monolithe noir de 4 mètres de haut. Concocté par la section "Art et Beauté", l’intrigant dolmen futuriste produit un son continu, qui se fait de plus en plus fort et aigu à mesure que l’on s’approche. C’est en fait un clin d’œil aux fans de science-fiction, qui auront reconnu l’allusion à la dernière scène de 2001, l’odyssée de l’espace, diffusé jeudi soir dans la grande salle devant pour 200 personnes enfumées et ravies.

Toujours plus ?

Plus gigantesque et consensuel que jamais, le Congrès cristallise pour certains les paradoxes d’un Club qui a fait accepter l’image du hacker utile et sympa, d’une culture adolescente en train d’atteindre l’âge de raison. Signe des temps, les populations autrefois exclues, les femmes et les journalistes, n’ont cette année pas à se plaindre, chacun disposant d’une salle attitrée. Parmi les purs et durs, nostalgiques de l’underground, l’Américain chevelu Bill SF, un vieux loup du hacking réfugié à Amterdam depuis 1989 "pour éviter les ennuis", regrette les Congrès des années 1980, "beaucoup plus conviviaux, parce que tout le monde se connaissait". Très internationale, la grand-messe du Chaos ne serait pourtant pas à la hauteur de ses ambitions européennes. "En Hollande, nous faisons nos conventions en anglais, ici tout est en allemand", ironise le jeune hacker-entrepreneur Tim Time Waster. Extrême comme toujours, l’activiste autrichienne Lizvlx, à la fin de sa conférence sur les canulars en ligne, est allée encore plus loin : "Je ne peux m’empêcher de ne me sentir entourée que de gens sympas avec des ordinateurs portables très chers." Dans la salle, la multitude d’assistants personnels dernier cri ou la montre qui prend des photos, fraîchement importée du Japon, ne la feront pas mentir. "Toujours plus" serait donc la nouvelle devise du Club ? La démonstration technique est en effet impressionnante : le réseau, sponsorisé par Cisco et Microsoft, offre, dans une vingtaine de pièces, des milliers de connexions internes et Internet ; les conférences sont retransmises sur des télés avant d’être livrées en différé sur le Net ; une radio MP3 assure l’animation en live, etc. Emmanuel Goldstein, fondateur du webzine culte 2 600 et organisateur de la grande convention du hacking américaine H2K, ne cache pas sa surprise : "Nous serions incapables d’organiser un truc pareil."

Vers plus de social


DR
"Durant toutes ces années, nous avons appris comment organiser des manifestations de hackers. Maintenant, nous avons appris à les organiser de façon élégante", résume Wau Holland, un gros barbu original qui fait partie des quelques fondateurs du Club. Le Congrès reste un paradis pour hackers, selon Ekkke : "Pour les vrais nerds, ceux qui sont asociaux et ont de sérieux problèmes de communication, c’est le lieu idéal pour faire des rencontres." Les poids lourds du Club, Tim et l’incontournable Andy Müller-Maguhn semblent très fiers d’avoir fait du groupe ce qu’il est aujourd’hui : un interlocuteur obligé pour les nouvelles technologies en Allemagne, voire en Europe. Cette nouvelle responsabilité se ressent dans le sérieux des présentations, toutes d’une qualité frappante : sécurité, surveillance des télécommunications, avenir du droit d’auteur et financement des artistes, logiciel libre et société libre ne sont que quelques-uns des thèmes abordés dans les présentations publiques, toutes suivies avec assiduité. Attendus au tournant, les Chaotiques doivent délivrer des messages compréhensibles du grand public mais assez radicaux pour satisfaire la base pure et dure. Légendaire dans le milieu, Stefan Wernery, porte parole du Club jusqu’en 1990, y veille et "espère que le Club s’éloignera de plus en plus de la technique pour aller vers le social et la politique". Dans cette optique, le 17e Congrès aura été un bon terrain d’entraînement.

Chaos Computer Club:
http://www.ccc.de Le collectif 2600:
http://www.2600.com Les retransmissions des conférences (différé):
http://www.channelnet.tv/events.html Vainqueurs par Chaos - Interviews d’ Andy Müller, Tim et Ekke du Chaos Computer Club
http://www.transfert.net/fr/cyber_s...
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse