28 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


5/09/2003 • 14h37

Tribune : "L’informatique n’est pas une industrie" [Eric Nicolas]

Pour ce défenseur des logiciels libres, il s’agit d’une expression artistique qui ne peut être brevetée
 

Eric Nicolas, 30 ans, est l’auteur de plusieurs logiciels diffusés sous license libre, et co-dirige le site d’information DvdFr. Chef de projet pour une application de trading utilisée dans les salles de marché du groupe BNP Paribas, il souhaite "promouvoir l’utilisation de technologies libres et ouvertes ainsi qu’une certaine idée de l’informatique, plus centrée sur l’excellence individuelle et l’autonomie des personnes que sur la gestion autoritaire de projet". Ce texte, paru en plein débat sur la brevetabilité des logiciels, a d’abord été envoyé sur la liste de discussion de la Free Software Foundation France.

Une partie du débat sur les brevets logiciels, et surtout des arguments des "pro brevets" repose sur le fait que l’informatique est une industrie dans laquelle l’invention (et son investissement) doit être protégée de la même manière que dans les autres industries. C’est ainsi que l’on se réfère à des "descriptions fonctionnelles" des inventions "compréhensibles par les gens du métier" ou encore d’inventions originales "en l’état de l’art". C’est ainsi que l’on s’entend dire que "le travail de l’ingénieur en mécanique comporte une part de recherche en propriété intellectuelle afin de déterminer les antécédents brevetés, d’obtenir des licences ou de les contourner".

Cela pose en fait la question de la nature même de l’informatique. En fait, je pense que ces gens font fausse route : l’informatique n’est pas une industrie, c’est un Art ! Tout développeur talentueux vous le dira : le "codage" est un moyen d’expression, le programme est son oeuvre et l’ordinateur en est l’outil. L’écriture d’un logiciel relève souvent de la démarche artistique de la recherche du "bien" ou du "beau" (ou les deux). L’informatique serait donc à mon avis à classer dans la même catégorie de disciplines que la musique, la peinture, la sculpture ou la littérature.

Les détracteurs de cette pensée me rétorqueront que Microsoft ne cherche certainement pas à faire le "bien" ou le "beau", mais le "commercial". Je répondrai que, dans les Arts "reconnus", c’est la même chose. En musique par exemple, d’un côté, il y a Mozart, Bizet ou Madonna, de l’autre, il y a la Star Académie (cette catégorisation entre le "beau" et le "commercial" est totalement arbitraire et n’engage que moi). Tout ceci n’en reste pas moins de l’art et de la musique, et Universal est l’équivalent dans ce domaine de Microsoft dans le domaine informatique.

Cependant, il reste admis que la brevetabilité ne s’applique pas aux Arts. On n’a pas (encore) vu Universal déposer un brevet sur "L’utilisation du tempo 120bpm dans la réalisation du tube de l’été dans les pays occidentaux". Cet état de fait doit évidemment être étendu aux "arts nouveaux" : bande dessinée, cinéma, et informatique.

Mais en disant tout ceci, on met également le doigt sur une "fracture" croissante dans notre discipline. D’un côté, il y a des groupes de développeurs qui font de leur métier un art et produisent des merveilles logicielles. De l’autre, il y a une école manageuriale qui vise à industrialiser cet Art, à le dompter à grand coup de spécifications, de méthodes, de process. Cette fracture se retrouve généralement entre le logiciel libre (développé de façon également libre et artistique) et le logiciel propriétaire (développé parfois de façon autoritaire et manageuriale, mais pas toujours).

Les progrès spectaculaires du logiciel libre montrent toutefois que l’approche artistique reste gagnante et conduit invariablement à un résultat meilleur. Au contraire, les échecs de plus en plus cuisants de certains logiciels propriétaires montrent les limites de l’industrialisation de l’informatique. En clair : le remplacement d’un développeur talentueux (l’artiste) par une spécification et des armées de petites mains au Bengalore ne fonctionne pas.

Naturellement, comme dans les autres Arts, certaines méthodes sont utiles, on appelle d’ailleurs cela plus de la "technique" que de la "méthode". Ainsi, la méthode "eXtreme Programming" porte ses fruits parce qu’elle donne un outil de plus à l’artiste, tout comme le contrepoint est un outil à disposition du musicien.

La multiplication récente des annonces de délocalisation du développement dans des centres de "pissage de code" montre que cette prise de conscience n’a pas encore eu lieu. Ou bien qu’il reste extrêmement difficile de trouver des développeurs talentueux et qu’il convient donc, le besoin restant ce qu’il est, de compenser par la "force brute". Pour continuer la comparaison, même s’il reste extrêmement rare de dénicher une Madonna, la demande des consommateurs reste telle qu’il demeure intéressant de sortir 200 albums de la trempe de Star Académie par an.

En tout cas, personnellement, en plus de devoir chaque jour craindre l’émergence de la brevetabilité des Idées et des Arts (en commençant par le logiciel), je doit me battre dans mon travail contre la poussée hiérarchique vers une informatique "contrôlée" où chaque ligne de code doit se justifier par trois pages de spécifications et de documentation... Comme si on avait demandé à Picasso d’écrire un mémoire de 800 pages avant de peindre un tableau pour expliquer le "pourquoi" et le "comment", alors que finalement, ce qui compte dans l’Art, ce n’est que le résultat et l’émotion qu’il procure. Non ?

Eric Nicolas

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse