14 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


10/07/2001 • 19h28

Tous les bugs sont-ils bons à dire ?

Le concept de Full disclosure, prônant la publication de tous les bugs informatiques, est vivement attaqué. Interview d’un collectif de hackers adeptes de la discrétion.

Toute information est-elle bonne à propager ? La question n’en finit pas d’agiter le monde de la sécurité informatique. Et ébranle un consensus que l’on croyait bien établi : lorsqu’un bug est découvert, il convient de prévenir l’éditeur du logiciel et, très rapidement, de publier une alerte de sécurité afin que tout le monde puisse prendre les mesures correctives qui s’imposent. Dans ce registre, la liste de diffusion Bugtraq constitue l’une des ressources principales de la communauté des informaticiens : une dizaine de bugs y sont dévoilés chaque jour. Cette vigie permet de débusquer, chaque mois, un ou deux défauts majeurs mettant en péril des milliers de serveurs sur le Net. Dans les jours qui suivent la publication de ces advisories, un "exploit" (bout de code permettant d’exploiter le bug décrit précédemment) est posté. Puis, c’est la curée. Des centaines de serveurs sont piratés par des gamins qui y laissent généralement un message politique, philosophique ou personnel, dont la profondeur dépasse rarement le niveau du bac à sable.

Risque de bavure

C’est pour s’opposer à ces defacements (piratages) de masse que des hackers ont lancé Antisecurity. Leur idée ? Arrêter de publier des choses qui mettent en danger des serveurs. En d’autres termes, il leur paraît normal de continuer à traquer les bugs et de coder des "exploits", mais il est inutile de publier le fruit de ces recherches pour qu’une horde d’adolescents en pleine rébellion pubertaire pirate le cyber-monde. Dans les FAQ (questions fréquemment posées) d’Antisecurity, on trouve cette interrogation : "Q - J’aime trouver des bugs, qu’y a-t-il de mal à ça ? R - Les pilotes de chasse aiment piloter des avions. Quelques fois, ils se retrouvent à piloter des avions au-dessus d’Hiroshima et Nagasaki". Un exemple quelque peu disproportionné, mais parlant.

Pour les auteurs du site, la plupart des gens qui publient dans Bugtraq recherchent une gloire qui ne représente pas grand-chose face aux dégâts provoqués. Ils font un parallèle entre le fait de publier des advisories et des exploits et le fait de distribuer des armes chargées à tout le monde. D’où un fort risque de bavure. De plus, une escalade malsaine entre la puissance des munitions et celle des protections va s’enclencher. La course à la sécurité est sans fin. Et la sécurité totale est illusoire...

Vie et mort d’une advisory

Si le débat prend de l’ampleur, c’est que les auteurs d’Antisecurity ne sont ni des pirates, ni de mauvais informaticiens assaillis par des script kiddies. Il s’agit de la crème des hackers. Le groupe ADM et security.is sont à l’origine de trouvailles étonnantes dans le domaine de la sécurité informatique. Et leur position théorique mérite qu’on s’y arrête. En s’abstenant de publier une alerte, les experts ayant détecté une faille de sécurité auront, certes, potentiellement la possibilité de pirater des serveurs et des réseaux. Mais guère plus qu’actuellement. Dans le concept de Full Disclosure (transparence totale) qui prévaut pour l’instant, il reste en effet une période grise entre la découverte du bug et sa publication sur Bugtraq pendant laquelle l’auteur et un cercle de proches discutent du problème. Laps de temps pendant lequel les dérapages sont toujours possibles. En attendant de trouver une solution, rien n’empêche les découvreurs de prévenir les éditeurs pour qu’ils réparent dans l’ombre...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse