14 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


8/12/2000 • 19h05

To Luna ne coulera pas Vakooler

Devenu rapidement célèbre dans le petit monde de la nouvelle économie grâce à son humour décapant, le site Vakooler met mal à l’aise les start-ups en quête d’argent frais en annonçant leur déconfiture. To Luna voulait porter plainte contre Vakooler pour diffamation. Avant d’abandonner cette idée. Une démarche qui aura été complètement contre-productive. Explications.

Il n’y a plus grand monde travaillant dans le secteur des start-ups qui ne commence sa journée par un détour sur Vakololer.com. Ce site agrège toutes les informations sur la nouvelle économie. Enfin, plutôt sur l’économie des start-down... Vakooler commente également l’actualité. Jeudi matin, le site affiche une brève concernant To Luna. Cette start-up tente de créer une communauté de surfeurs. L’idée est de voir les internautes échanger des commentaires sur les produits qu’ils consomment. Le concept étant peu rémunérateur, To Luna vend des études aux entreprises dont les produits sont notés par les internautes. Tant que les internautes travaillent, la start-up aussi...

Dans cet article, Vakooler explique que To Luna est à bout de souffle. Qu’une nouvelle levée de fonds est urgente. Que l’ambiance dans l’entreprise est très mauvaise. Que des factures restent impayées. Bref, le quotidien de pas mal de start-ups... Jeudi, To Luna , qui n’apprécie pas cette publicité en pleine période de levée de fonds, fait appel au cabinet Gide Loyrette Nouel - on dépense son argent comme on peut. Celui-ci envoie un courrier à l’hébergeur de Vakooler l’enjoignant de fermer immédiatement le site et de révéler les coordonnées des auteurs du site. Le célèbre cabinet d’avocats annonce également des poursuites dans le cas contraire.

Boule-de-neige

En accord avec son hébergeur, Vakooler décide donc d’arrêter le site jeudi 7 décembre. Le serveur est remis en ligne le jour suivant : l’information litigieuse n’y figure plus, et les animateurs du site proposent à To Luna de publier un droit de réponse. Dans le même temps, le Journal du Net mettait en ligne un article qui enfonçait le clou. Confirmant à peu près les affirmations de Vakooler... Vendredi, au sein de To Luna, les dirigeants répondent aux journalistes qui cherchent à comprendre le sens de leur action. En début de journée, on parle clairement de diffamation et de procédure dans ce sens. Mais To Luna n’a jamais évoqué l’idée de s’attaquer au Journal du Net qui avait pourtant publié des informations similaires à celles de Vakooler... Vendredi soir, la PDG, Thuyly Lê, faisait le tour des rédactions pour expliquer : "on souhaite un droit de réponse, que cette conversation s’arrête là et que l’on reste en bons termes. Il n’y aura pas de procédure". Tout le monde l’espère car Vakooler n’est pas une entreprise, mais un groupe d’amis. Il leur sera donc plus dur de s’offrir les services d’un cabinet d’avocats tel que Gide... Quoi que... Certains hommes de loi avaient déjà, dans la coulisse, offert leurs services plus ou moins gracieusement.

Points de discorde

L’information publiée par Vakooler parlait de licenciements (l’entreprise compterait désormais 10 salariés contre 30 à un certain moment), de procédures aux prud’hommes, de chiffre d’affaires inexistant, de factures impayées. Pour Alexandre Audier, "directeur éditorial" et co-fondateur du site, "ces informations sont soit fausses, soit déformées". Il avance "un chiffre d’affaires de plusieurs centaines de milliers de francs" qui s’expliquent par "la vente de dix études payantes ainsi que des revenus publicitaires". Pour les factures "on est à jour, on joue sur la trésorerie, comme toute entreprise classique". Thuyly Lê précise pour sa part qu’il y a aujourd’hui chez elle 18 salariés dont 17 en CDI.

Le chiffre de 30 personnes évoqué dans la brève de Vakooler est un chiffre officiel avancé par To Luna en août dernier.

Enfin, Thuyly Lê explique à Transfert que To Luna n’a pas demandé la fermeture du site Vakooler. Ce qui est faux.

Mais oublions les détails... L’important est que l’affaire se règle finalement à l’amiable. N’est-ce pas ? Quoi qu’il en soit, avec cette histoire et cette menace de procès, le site To Luna s’est fait une contre-publicité terrible. Une demande de droit de réponse dès le début aurait sans doute été une meilleure approche...

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse