07 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


1er/08/2001 • 18h34

Tête à clic

archmag16
Loïc Connanski vient de recevoir le prix multimedia de la Société des Auteurs Compositeurs dramatiques. Ce vidéaste dont le visage commence à circuler sur Internet est un obsédé de l’interactivité.

Vous avez peut-être déjà vu sa tronche. Une boule rasée, qui fait des grimaces, ou qui sourit bêtement. Loïc Connanski, pseudo d’un nom plus court et donc barbare, se donne lui-même comme sujet de son art. Enfin, art... Ça non plus n’est pas très clair : « Je suis borderline, en fait. Ma place aurait dû être soit dans les télés, soit dans les galeries, mais je ne suis nulle part entièrement. » Ce grand gosse - 42 ans - a débuté dans le journalisme. Vers la fin des années 80, il commence à piger comme caméraman chez France 3 et Associated Press. Simultanément, il pratique l’« autofilmage » en vidéo. Ses courtes œuvres, d’une à trois minutes, ne sont diffusées que dans les circuits alternatifs. Et pour cause : à travers ses sketches, Loïc Connanski dégomme la télé grand public, sa programmation affligeante, la pauvreté de ses émissions, la grande manip’ de la démocratie télévisuelle. Tout ça en rigolant, parce qu’il n’est pas du genre à brandir la hache de guerre. Il préfère grincer. Sa découverte de l’interactivité date de 1996, « lorsque les gens ont commencé à s’acheter des lecteurs de cédéroms ». Nul en informatique, Connanski tombe pourtant dans la potion magique du multimédia. Une affaire de chance : d’abord, il rencontre Pauline - devenue sa compagne - qui maîtrise ces outils. Ensuite, il récupère un banc de montage Avid bradé par un ami. « Je me suis mis à bidouiller comme un fou. Le montage numérique par rapport à l’analogique, c’est le traitement de texte comparé à la machine à écrire ! » Un an plus tard, sort The worst of Connanski, un cédérom absolument non-convivial, une réaction contre le battage médiatique entourant la déesse Interactivité. Son principe : l’artiste pose des questions au spectateur. Si les réponses ne lui plaisent pas, l’artiste le pénalise en diffusant une vidéo chiante ou déjà vue. « J’en avais un peu marre qu’on nous vante le citoyen cliqueur, après le citoyen spectateur, le citoyen conducteur... » Fusillade

Récemment, l’une de ses installations s’ouvrait sur une page web boursière géante. Les visiteurs étaient invités à cliquer. Une voix de l’au-delà disait alors « clic », mais à l’écran, rien ne se produisait. À l’autre extrémité de l’expo, le clic déclenchait une fusillade dans une photo de guerre agrandie. « C’est un peu comme la théorie du papillon. Je fais l’hypothèse qu’en cliquant sur Internet, tu entres dans un circuit économique, dans une Machine avec des ramifications insoupçonnées. »

Loïc Connanski ne prend pas parti pour ou contre l’interactivité. D’ailleurs, celle qu’il propose est assez sommaire. La plupart du temps, elle sert seulement à relancer l’histoire interrompue. Il est fasciné : « C’est une boucle. Un rapport nerveux entre la souris et le sujet. » C’est rigolo, quand on fait chanter les têtes de Connanski d’un clic. Mais plutôt sordide, lorsqu’avec la souris on maintient sous l’eau une autre de ces têtes. Seul hic : ça ne rapporte rien. Même ses producteurs, les nordistes de Station Mir qui réalisent ses effets spéciaux, bossent à l’œil. Loïc et sa compagne graphiste - elle signe « La Fama » dans leurs productions multimédias - télétravaillent à domicile. Et ils ont l’air de bien s’amuser. L’an dernier, l’un de leurs projets interactifs a été sélectionné par Initial Cut, l’incubateur d’art récemment créé au sein de la Société des Auteurs Compositeurs dramatiques. Cette dernière a remis, en juin 2001, un prix multimédia à l’artiste, doté de 80 000 francs. Un bon début de budget. Valeur marchande

L’artiste ne se soucie pas de savoir si son « Agendada » sortira sur le Web, sur cédérom, ou à la télé interactive : « Ça s’adaptera. » Ce qui compte, c’est que son projet ait une valeur marchande, et c’est aussi l’objectif d’Initial Cut. Le financement offert ne se situe pas dans le cadre d’une commande (trop dirigiste), ni dans celui d’une bourse (trop mécène) : il s’agit d’un fonds de coproduction. Le comité de sélection intervient sur le projet : « J’avais proposé une série de gags. Finalement, on a décidé d’en faire un agenda avec un bout de feuilleton quotidien, une éphéméride, les choses à faire, et puis une partie personnelle comme un vrai agenda. » Bref, presque l’impression de faire rentrer des investisseurs dans son capital... Un jour, on apprendra que la dernière messagerie internet à la mode est signée d’un artiste nommé Connanski !

 
Dans la même rubrique

16/09/2001 • 12h10

Vous avez dit 3 D ?

16/09/2001 • 12h02

La navigation à vue

15/09/2001 • 18h33

320 000 utilisateurs de napster

15/09/2001 • 18h32

Flash intime

15/09/2001 • 18h26

La béchamel de Guillaume
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse