18 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


4/07/2001 • 17h51

Strasbourg : première prison en ligne

La maison d’arrêt de Strasbourg s’est mise en ligne sur le Réseau. Dominique Zins, son directeur, revient sur les étapes de cette entreprise, première du genre sur la Toile française.

Le 2 juillet 2001, un nouveau venu a pris sa place sur La Toile. Et pas n’importe lequel. Il s’agit du site internet de la maison d’arrêt de Strasbourg (Bas-Rhin). Bien que composé de pages informatives simples destinées au public, ce site est, néanmoins, le premier dans le paysage carcéral français. Dominique Zins, le directeur de l’établissement, explique à Transfert les conditions de la mise en ligne du site. Interview.

Pourquoi avoir consacré un site à votre prison ?

J’avoue que si j’étais langue de bois, je dirais que le Premier ministre a demandé que l’administration se mette à l’heure d’Internet et facilite l’accès des services administratifs au public. Mais ça n’a pas été le moteur chez nous. Nous avons commencé (c’est-à-dire la direction et les deux administrateurs informatiques du centre) à y penser car l’attente du public était difficile à satisfaire. Les gens nous posent souvent les mêmes questions, ils demandent des informations sur les heures d’ouverture au public, sur l’historique de la prison, etc. Alors, on s’est dit qu’il était plus simple de mettre toutes ces informations sur Internet plutôt que d’éditer une brochure papier. Maintenant que le site est en ligne, notre objectif est de le faire vivre.

De quelle façon ?

Plus de 3 000 personnes sont venues visiter le site : cela prouve déjà qu’il intéresse les gens. Nous avons reçu pas mal d’e-mails de sympathie de la part des internautes qui approuvent l’initiative. D’autres, évidemment, contestent la présence du site en nous rappelant que ce n’est pas notre métier et que l’on devrait s’occuper d’autre chose. Ensuite, nous espérons pouvoir donner la possibilité aux familles de s’inscrire en ligne pour les visites au parloir. Nous allons aussi publier les textes de certains détenus qui participent à l’atelier d’écriture du centre. Et pourquoi pas, plus tard, envisager un forum citoyen ouvert au public sur le site... Mais avant d’en arriver là, il faudra peut-être du temps car nous n’avons pas beaucoup de moyens.

De quel budget dispose le site ?

Lorsque nous l’avons créé, en janvier, nous l’avons fait héberger par une société de service de Strasbourg. Cela nous coûte 500 francs par an. D’autre part, nous avons investi 1 500 francs en tout pour l’achat de logiciels. Ensuite, ce sont les deux responsables informatiques du centre qui vont se charger du site.

L’obtention de l’autorisation du ministère de la Justice vous a-t-elle posé problème ?

Non. Une fois le site terminé, en mai, nous l’avons soumis au service de communication officiel de l’administration pénitentiaire et au ministère de la Justice qui nous ont communiqué leur accord dans le courant du mois de juin. Ils n’ont pas fait beaucoup de remarques. Nous avons juste enlevé une photo qui, selon eux, pouvait faciliter une évasion. Et remplacé quelques termes de vocabulaire, du "jargon judiciaire", par un langage plus grand public. L’initiative a été plutôt bien accueillie : c’est une façon d’améliorer l’image des prisons.

Envisagez-vous de faire participer les surveillants et les détenus à la vie du site ?

On en n’est pas encore là. Ce site reste, pour l’instant, très administratif et informatif avec ses possibilités et ses limites. Mais pourquoi pas, dans l’avenir, imaginer la conception d’une page pour que les surveillants puissent s’exprimer. Certains d’entre eux ont d’ailleurs déjà des sites personnels. Il faudra voir s’ils souhaitent s’exprimer et si le site peut servir de tribune. Pour les détenus, peut être un jour y aura-t-il une section Internet ? Pour l’instant nous, avons eu des retours de leur part par l’intermédiaire des enseignants qui nous disent que les prisonniers sont très intéressés de voir leurs textes mis en ligne.

Le site de la maison d’arrêt de Strasbourg:
http://www.ma-strasbourg.justice.fr/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse