07 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


27/06/2001 • 19h15

Sors de là, sale pirate !

Les textes sur le piratage informatique sont flous. Bilan des courses, un internaute maladroit risque parfois plus qu’un chauffard ivre ayant tué un piéton.

"Le fait d’accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données est puni d’un an d’emprisonnement et de 100 000 francs d’amende". Voilà ce que dit la loi Godfrain de 1988. Le maximum en termes d’années de prison est actuellement (avant entrée en vigueur de la Loi sur la société de l’information) de trois ans. La LSI pourrait porter ce maximum à cinq ans. À moins que le législateur ne remanie le texte. L’intérêt porté par les hommes politiques, les législateurs et les forces de l’ordre aux pirates informatiques est légitime. Personne ne souhaite découvrir son compte en banque vidé, par exemple. De même, il ne serait pas acceptable qu’un pirate puisse arrêter toute l’informatique d’un hôpital comme Georges Pompidou ou faire tomber les avions... Reste que, jusqu’ici, aucune action de ce type n’a été répertoriée. Car si des individus réussissent à infiltrer de tels réseaux, il est peu probable qu’ils exploitent leur prouesse. Les "pirates" informatiques arrêtés (et surmédiatisés) sont généralement des gamins de 15 ans ayant assailli quelques sites web.

Reste un petit problème... S’il trouve utile d’allonger le nombre d’années de prison encourues, le législateur ne se pose aucune question sur la pertinence technique des crimes décrits : "Accéder ou de se maintenir, frauduleusement"... Car, depuis 1988, les systèmes de traitement automatisés de données ont quelque peu évolué. Premier changement, en prenant la main sur un serveur web, par exemple, le pirate n’accède plus à un réseau interne, mais bien à un serveur placé sur un réseau public. Ensuite, comment qualifier l’accès à un fichier contenant les numéros en clair de cartes bancaires lorsqu’il s’agit de mabelleboutiqueenligne.com/numeros_de_carte/lesnumeros.txt ? Le pirate ne fait que visionner le contenu d’un fichier dans un répertoire du site qui est public puisque son accès n’est pas protégé par identifiant et mot de passe. En outre, le vilain pirate qui met ainsi la sécurité nationale en péril a bien demandé au site web de lui envoyer une page contenant les numéros. Mais dès que cette page est chargée sur son navigateur, il n’est plus connecté au serveur. Pourtant, il dispose toujours des numéros. Comment dès lors affirmer que le pirate se "maintient" ?

1
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse