12 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


30/08/2000 • 00h00

Soirée mollassonne pour Amazon

Petits-fours et beau linge : près de 5000 personnes ont tenté de monter à bord des onze péniches affrétées pour la soirée de lancement d’Amazon France. Une fête sans grand panache.
<SCRIPT LANGUAGE=JavaScript> = 4 ) // Check for Flash version 4 or greater in Netscape document.write(’’) ; else if ( !(navigator.appName && navigator.appName.indexOf("Netscape")>=0 && navigator.appVersion.indexOf("2.")>=0)) // Netscape 2 will display the IMG tag below so don’t write an extra one document.write(’’) ; //—> <IMG SRC="http://www.transfert.net/ancien/fr/report/pyl/logotv.gif" WIDTH=240 HEIGHT=135 BORDER=0>
Des dizaines de scooters dernier cri s’alignent sur le parking. Plus bas, sur la Seine, la police fluviale patrouille, pistant d’hypothétiques resquilleurs. Kenzo, Motorola, Palm Pilot et BMW : la soirée de lancement d’Amazon.fr - qui ouvre le 31 août - est un cadavre exquis de tendance. Une foule apprêtée se presse dès vingt heures devant les grilles, patientant, carton d’invitation en main, pour accéder aux onze péniches louées pour l’occasion et amarrées symboliquement en face de la Bibliothèque nationale de France. L’essentiel pour chacun consiste à se composer un air détaché : "Et bien quoi ? Oui, on fait partie des gens qui comptent", lâche un invité. Une attachée de presse frétille : "Ce n’est pas un listing d’invitations que nous avons, c’est tout le bottin mondain. Bruel et Ledoyen ne devraient plus tarder !" C’est vrai qu’il y a du beau monde : des gens importants (Raphaël Sorin, directeur littéraire de Flammarion, Michel Meyer, PDG de Multimania, Patrick Robin, président d’Imaginet...) et puis des incongrus. Patrick Bouchitey badine, un verre à la main. Amazon enthousiasme le comédien, qui a raté un épisode : "La lecture en ligne sur Internet, c’est formidable !" La grande question de la soirée repose sur la venue éventuelle de François-Henri Pinault, fils de son père, patron de fnac.com et concurrent direct d’amazon.fr sur le marché de la vente en ligne. Personne ne l’a aperçu...

Agapes en rupture de stock


PER/transfert
Les réjouissances démarrent vers 20 h 30, lorsqu’un speaker annonce l’arrivée de Denis Terrien. Le discours inaugural du président d’Amazon France est bref. C’était intéressant ? "J’sais pas, j’ai rien entendu", ronchonne un journaliste économique, visiblement plus préoccupé par son estomac. C’est un peu le cas de tout le monde. Les buffets n’ouvrent qu’à 21 h 30, "pour qu’on écoute bien sagement les discours", note un inconnu. Amazon attendait 4 500 personnes. Il y en un peu plus. Du coup, la jeunesse dorée de la cyber-économie crie famine : en quelques minutes, les petits-fours ont disparu. Et vers 22 h 30, déjà, les quais se vident, jonchés de verres brisés. Seul espoir : accéder au Batofar, la boîte flottante, le repère des VIP. Mission impossible. Par dépit, quelques grappes d’invités pianotent nonchalamment sur les bornes électroniques installées devant les péniches, qui présentent le futur site d’amazon.fr. Mais les ordinateurs tombent en carafe les uns après les autres.

Débats improvisés

Heureusement, devant l’entrée, il reste encore de quoi grignoter. Pendant deux heures, une quinzaine de membres des deux associations françaises de défense des logiciels libres, l’APRIL et l’AFUL, distribuent sans mollir des petits biscuits secs : "Des cookies libres, non brevetés par Amazon" (lire Des cookies contre les brevets logiciels). Un manifestant alpague Bernard Benhamou, l’un des candidats français les mieux placés pour les élections au directoire de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’organisme mondial qui supervise le fonctionnement d’Internet. L’échange est assez vif. Avec la tempérance compassée du prof de Sciences-po, Benhamou explique : "Il faut aller vers une diminution de la durée de vie de la propriété intellectuelle, tout en maintenant le principe des brevets, car il est légitime de rémunérer les idées*." Joris Vanderhoeven, chercheur au CNRS, répond : "En informatique, l’innovation est rapide et spontanée. Les brevets sur les logiciels ne récompensent pas l’innovation. Ils ne font que servir les stratégies de développement des grandes sociétés."

Bezosmania ?

Benhamou abrège et s’éclipse. Sur les quais, c’est aussi l’heure de prendre congé pour Jeff Bezos, le médiatique PDG américain d’Amazon. Le plus gros libraire du monde avance avec détermination vers sa berline qui l’attend aux pieds des tours de la bibliothèque François-Mitterrand. Il est cerné par ses gardes du corps et serré de près par un essaim de curieux et de courtisans. Jean-François Bizot, le patron de Nova, s’esclaffe, ironique : "C’est marrant, on se croirait revenu à l’époque de Tonton." Á symbole, symbole et demi.

=========================================

*Bernard Benhamou, toujours candidat à l’ICANN, nous a contactés pour préciser que par le terme d’"idées", il entendait en fait "créations intellectuelles".

Puis il nous a adressés le droit de réponse suivant : "Le texte de cette interview ne représente ni mes convictions ni les propos qui furent les miens lors de cette rencontre. Sur le sujet crucial que représente l’évolution de la propriété intellectuelle sur Internet, mes prises de positions dans le débat sur Amazon restent les mêmes : le brevet logiciel est un abus. En tout état de cause il n’est pas légitime de breveter un concept comme celui du "one click shopping" au risque de paralyser l’ensemble des entreprises qui pourraient utiliser ce principe.

Et plus généralement le principe d’étendre la zone de brevetabilité aux logiciels risque d’entraîner l’Europe dans une surenchère juridique et technologique préjudiciable à l’innovation elle-même. Ce danger est tel, que le professeur à Harvard Lawrence Lessig (qui fut conseiller du gouvernement américain dans le procès Microsoft) dans son éditorial du Financial Times (lire Editorial de Lawrence Lessig) nous mettait lui aussi en garde sur les risque de l’américanisation du droit européen dans ce domaine."

Bernard Benhamou

Maître de conférence à Sciences-Po et candidat à l’Icann

Réponse de l’auteur de l’article :

"Faut-il comprendre que Bernard Benhamou est favorable à la disparition des brevets sur les logiciels ? Difficile à dire. Transfert maintient qu’au cours du bref échange qui a eu lieu le 29 août dernier, sa position était plus modérée. Il expliquait notamment que " si des brevets ont été déposés au-delà du raisonnable, la protection de la propriété intellectuelle demeure un principe intangible". Mais tout le monde peut changer d’avis."

Matthieu Auzanneau

Les entrepreneurs anti-logiciels libres:
http://www.brevets-logiciels.com/ Association pour la promotion et la recherche en informatique libre
http://www.april.org/ Association francophone des utilisateurs de linuxet des logiciels libres
http://www.aful.org/
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse