08 12 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


21/09/2001 • 19h35

Sales petits vers !

Quelques jours après l’apparition d’un ver comme Code Rouge ou Nimda, les "experts" annoncent que le danger est passé. Faux.

À chaque nouvelle attaque par un ver ou un virus, le même cirque recommence. Des "experts" donnent leur avis plus ou moins éclairé, des articles aux titres alarmistes fleurissent dans les deux jours et, désormais, même la presse télé et radio s’en mêle. À l’occasion de l’apparition de Nimda, on a même vu le ministre de la Justice américain, John Ashcroft, prendre la parole sur le sujet... Au final, tout cela fait beaucoup de pub pour les éditeurs d’anti-virus. Mais bizarrement, la tension est aussi prompte à monter qu’à disparaître. Les mêmes "experts" annoncent la fin de la menace, la communauté des administrateurs réseau et systèmes s’auto-congratulent. Grâce à leur vigilance, la progression du ver a pu être enrayée... Manque de chance, les chiffres disent le contraire. Aujourd’hui encore, plus de deux mois après l’apparition de Code Red, des serveurs sont toujours infectés et tentent de pirater d’autres sites. Tout simplement parce que les administrateurs n’ont pas nettoyé leurs serveurs et qu’ils n’ont pas appliqué les patchs. Le dernier ver, Nimda, exploite des vulnérabilités bien plus anciennes et triviales que celle utilisée par Code Red. Il est très étonnant de constater qu’il y a encore des sites " officiels " (pas de vieux serveurs oubliés au fond d’une classe d’adresses IP perdue) non patchés pour ces problèmes...

Des .fr très exposés à Code Red

Lorsqu’un ver de ce type sort en balade sur le Net, les firewall des entreprises reçoivent des centaines ou des milliers de tentatives de contamination émanant dudit vermisseau. Transfert est donc allé inspecter des logs profonds sur le Réseau. Et la pêche a été bonne... Nous avons ainsi pu identifier quelques serveurs français infectés qui tentaient de contaminer les autres. L’université de Franche-Comté héberge par exemple un site du CHU de Besançon victime de Nimda. On compte aussi des machines infectées chez Francemp3.com, Norwich Union ou Musicprod.com. Pour ce qui est de Code Red II, Transfert a pu trouver en quelques jours 1612 adresses IP qui peuvent être résolues (auxquelles on peut faire correspondre de façon simple un nom de domaine. On dénombrait ainsi 631 adresses appartenant à Wanadoo (ceci inclut les abonnés ADSL et autres câbles). Hors Wanadoo, en France, 38 serveurs en .fr infectés sont venus laisser des traces dans les logs. À titre de comparaison, seuls 172 ".com", 25 ".uk" ou 17 ".be" attaquaient les firewalls auxquels nous avons accès. Pour Nimda, en quelques jours, nous avons pu compter 621 adresses infectées. Tous ces sites, s’ils n’ont pas été patchés, sont piratables depuis l’extérieur. Une aubaine pour les apprentis pirates. Il suffit désormais d’avoir un site web ou un firewall personnel pour se faire une liste de sites "ouverts". En allant vite, il est aisé d’y déposer une back-door. Patché ou pas, le site reste piraté...

Pourtant, se prémunir contre ces nouveaux vers n’est pas insurmontable. Et avec le précédent que constituait Code Red, on se demande comment Nimda a pu trouver autant de machines à pirater... "Une mise à jour mensuelle des patchs de sécurité aurait suffit à éviter CR, CR-II et Nimda. Actuellement, un système Windows NT/2000 sans aucune mise à jour est vulnérable aux trois vers, indique Vincent Renardias, directeur technique de la société de sécurité informatique StrongHoldNET. Les administrateurs systèmes ne prennent toujours pas suffisamment la sécurité au sérieux.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse