25 03 2017
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Jouez sur iPhone à Lucioles.
Sauvez la planète en lisant Terra Eco.
Et pourquoi pas plonger dans Nautilus ?
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/04/2003 • 14h57

Qui a peur des bactéries OGM ?

Entre engrais, biopesticides et anthrax, leur coeur bacille

Alors que gouvernements et écologistes se focalisent sur les plantations OGM, depuis quelques années, de nombreux micro-organismes transgéniques sont déversés comme pesticides ou comme engrais dans les champs nord-américains. Le problème, c’est que ces bactéries ont encore plus tendance que les végétaux à échanger leurs gènes avec les bactéries naturelles. De quoi transformer un banal insecticide bio en super-anthrax...

Selon Joe Cummins, un biologiste américain opposé à la commercialisation des OGM, "la combinaison des récoltes transgéniques avec les biopesticides génétiquement modifiés peut créer des recombinaisons génétiques susceptibles de dévaster la microflore et la microfaune des sols".

L’engrais bio façon OGM

Les végétaux et les bactéries du sol vivent en symbiose depuis des millions d’années. Certains micro-organismes produisent naturellement des insecticides, ou bien fixent l’azote nécessaire à la plante. Avec la technique des OGM, les ingénieurs agronomes ont conçu des bactéries transgéniques capables de remplacer les engrais et les traitements chimiques des plantations.

Exemple : une variété génétiquement modifiée de Sinorhizobium meliloti a été récemment commercialisée. Ce bacille a naturellement la propriété de fixer l’azote atmosphérique sous une forme assimilable par la plante, ce qui en fait une mini-fabrique d’engrais. On a "amélioré" son efficacité en lui ajoutant plusieurs gènes dont certains, utilisés comme une sorte de signature biologique de l’OGM, provoquent une résistance aux antibiotiques.

Résistance antibiotique incontrôlée

Certains chercheurs craignent qu’en répandant des milliards de spores de S. meliloti modifiée dans le sol, ces gènes de résistance aux antibiotiques finissent par être transférés à d’autres variétés de bactéries, pathogènes pour l’homme ou l’animal.

Les transferts de gènes entre espèces OGM et espèces naturelles, appelés transferts horizontaux, apparaissent maintenant comme le principal risque lié aux cultures OGM. Des chercheurs ont déjà décrit des transferts de gènes de résistance à la streptomycine (l’un des antibiotiques les plus courants) entre un végétal génétiquement modifié, le tabac, et la bactérie acinobacter.

Les adversaires des OGM ont de bonnes raisons de craindre que ce type "d’accident" ne se multiplie si l’on continue à utiliser des micro-organismes transgéniques.

Anthrax des villes, anthrax des champs

Une partie du génome des bactéries est inscrite dans un ou plusieurs petits chromosomes appelés plasmides. Les bactéries s’échangent très facilement leurs plasmides et les gènes qu’ils contiennent, même entre espèces différentes. Ces plasmides sont souvent le siège des gènes de résistances aux antibiotiques, mais ils déterminent aussi la virulence des bactéries.

La virulence et la toxicité de l’agent de la maladie du charbon, le fameux anthrax ou B. Antracis, dépendent de la présence de deux plasmides X01 et X02.

Des chercheurs ont découvert que B. Antracis formait une seule et même espèce bactérienne avec B. Thuringiensis, un biopesticide massivement utilisé par les agriculteurs américains.

Les deux bacilles ne diffèrent que par leurs plasmides, qui déterminent leur virulence et leur caractère pathogène.

En cas de rencontre, on pourrait donc redouter que n’apparaissent des hybrides ayant la robustesse de B. Thurigensis associée à la toxicité de certaines formes d’anthrax. Heureusement, les deux bacilles ont naturellement peu de chances d’entrer en contact.

GM Microbes Invade North America (Joe Cummins):
http://www.i-sis.org.uk/GMMINA.php
 
Dans la même rubrique

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

19/11/2003 • 16h23

Un logiciel met tous les physiciens à la (bonne) page

17/11/2003 • 18h38

Une pétition européenne met en doute la fiabilité du vote électronique
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse