18 01 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


19/12/2000 • 11h08

Qui a peur de la cyberguerre ?

Pas une semaine sans que la communauté américaine du renseignement ne lance son cri : "Nous sommes à l’aube d’un Pearl Harbour électronique." Ces avertissements à répétition ne semblent, en fait, destinés qu’à obtenir des budgets plus importants...


©Transfert
Pas une semaine sans que l’un des responsables du FBI, du National Infrastructure Protection Center (NIPC) ou de l’Armée ne brandisse la menace d’un "Pearl Harbour électronique". C’est devenu une sorte de rituel. Cette semaine, c’est le NIPC qui s’y colle. Déjà, début décembre, l’agence gouvernementale avait annoncé de très hypothétiques attaques de type Déni de service distribué (DDoS) prévues (par lecture dans une boule de cristal, sans doute) pour la fin de l’année. (lire Au pays des nuls, les autorités sont reines). Cette fois, on se rapproche de ce que Michel Vatis, le directeur du NIPC, a passé des années à annoncer : l’attaque du réseau d’une société de production d’électricité par de méchants hackers. Sauf que malheureusement pour Michel Vatis, l’attaque n’a pas arrêté la fourniture du service... Mais "presque, tout de même", clame le NIPC qui communique à 3 000% sur cette affaire et répète qu’on a failli assister à un Pearl Harbour électronique. Dans cette affaire, on ne saura pas le nom de l’entreprise. On saura juste que des pirates ont utilisé un serveur FTP (*) mal paramétré pour installer des jeux en ligne, qu’ils ont consommé 95% de la bande passante internet de l’entreprise et que celle-ci a failli ne plus pouvoir fournir d’électricité. Le NIPC parle de piratage d’un serveur FTP auquel n’importe quel internaute pouvait se connecter et avoir les mêmes droits que l’administrateur...

Explications et décodage

Une lecture technique du papier du NIPC mène à la conclusion suivante : des pirates ont eu accès à un serveur FTP mal configuré (ils n’ont donc rien piraté) et l’on utilisé (c’est effectivement interdit, en France du moins) pour faire tourner un logiciel de jeu en ligne. Que cela ait consommé 95% de la bande passante de l’entreprise laisse planer un doute sur le volume de cette bande passante... Que la production d’électricité dépende de la bande passante de l’entreprise paraît plus que farfelu. Ou alors, les administrateurs système qui avaient laissé un accès anonyme complet à leur serveur FTP ont créé une infrastructure digne de figurer dans les anales de la bêtise informatique. Mais ce n’est finalement pas beaucoup plus idiot que de laisser un libre accès au module de mise à jour à distance du site web du NIPC, ce qui est encore le cas aujourd’hui (voir le site de Netscape Web Publisher).

Delirium tremens...

Mais il n’y a pas que l’inénarrable Michael Vatis pour voir des guerres électroniques partout. Les responsables de l’armée américaine et des services secrets se déchaînent. En période d’élection présidentielle, toutes les formes de lobbying sont bonnes, histoire d’assurer budgets et autres légitimité de postes. Ainsi, il y a quelques jours, l’un des pontes militaires américains, le lieutenant général Edward Anderson, vice-commandant en chef de l’US Space Command (qui a la responsabilité des satellites américains) a expliqué sans rire que les ...tats-Unis allaient se doter d’une arme de cyberguerre permettant de lancer des attaques DDoS et des virus. Ceci, à la demande du président Clinton. Edward Anderson a précisé que cela prendrait du temps. D’ailleurs, il n’y a pas de date limite pour réaliser cette arme et le plan de "riposte" à une cyberattaque qui va avec. Une démarche amusante lorsque l’on sait que les ...tats-Unis planchent depuis des lustres sur ce sujet (voir Transfert n°10 p. 63). Mais également lorsque l’on examine un instant les aspects techniques liés au développement et à l’utilisation d’une telle arme. Premièrement, il faudrait environ 3 jours - si ce n’est déjà fait - à une agence comme la NSA ou la CIA pour mettre en place une infrastructure technique permettant de réaliser de monstrueuses attaques de type DDoS, vue la puissance informatique et la bande passante dont elles disposent. Ne parlons même pas des outils qui sont disponibles partout sur le Net gratuitement. Deuxièmement, il semble que les responsables américains aient oublié un détail. Internet est "le Réseau des réseaux". Ou, plus trivialement, un enchevêtrement de réseaux. Une attaque massive de type DDoS aurait forcément pour conséquence de ralentir tout le monde, réseaux américains compris. Ne parlons même pas de la propagation de virus qui frappent, par nature, au hasard. Les dommages collatéraux, comme disent les militaires, seraient terribles...

(*) ENCYCLOP...DIE HIGH-TECH

Serveur FTP (de File Transfert Protocol) : Ce serveur permet d’échanger des fichiers d’un ordinateur à un autre. Le protocole de transfert de fichiers est un des protocoles de base d’Internet, au même titre que HTTP (Web), Usenet (Newsgroups) ou ceux utilisés pour le mail.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse