14 11 2019
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


5/06/2001 • 18h52

Quel jugement pour Keljob ?

Les moteurs de recherche d’emploi Keljob et Cadremploi se sont expliqués, mardi 5 juin, devant le tribunal de Paris. Le 25 mai dernier, Keljob avait gagné en appel d’un référé pour la même affaire.

Keljob avait-il le droit de diriger les internautes vers les annonces diffusées par Cadremploi ? Non, avait dit le juge des référés de Paris le 8 janvier dernier. Oui, avait rectifié la Cour d’appel le 25 mai. Selon elle, Keljob n’avait pas enfreint les règles concernant la protection des bases de données en affichant sur son site des liens revoyant aux offres d’emploi de la seconde société. Rien, pourtant, n’est encore joué dans cette affaire puisque, mardi 5 juin, la procédure entamait un second tour de piste : après le jugement en urgence et son appel, le vrai procès "au fond", s’est tenu devant la 3e chambre du tribunal de grande instance de Paris.

Interrogations ponctuelles

Cadremploi reproche à Keljob de reproduire "purement et simplement par téléchargement massif" ses propres offres d’emplois. Ses griefs : contrefaçon, extraction et reproduction de base de données, concurrence déloyale et actes de piratage. Pour la Cour d’appel, l’action engagée par la société Cadremploi à l’encontre de la société Keljob ne peut se prévaloir du code de la propriété Intellectuelle. Selon elle, Keljob est "seulement un moteur de recherche sur Internet : la société "ne télécharge pas la base de données de Cadremploi, mais procède seulement à des interrogations ponctuelles sur le site (...)". Enfin, comme Keljob ne publie aucune offre d’emploi complète, mais seulement des références à ces offres, elle ne fait pas diverger les internautes de la visite du site d’origine s’ils souhaitent plus de détails.

Reproduction non substantielle

Devant le juge du fond, les avocats des deux sociétés ont tenu à rappeler que le jugement de la cour d’appel en référé ne lie pas le magistrat. Sans pour autant s’empêcher d’en faire la critique (Cadremploi) ou l’éloge (Keljob). Axant davantage sa défense sur le préjudice commercial subi que sur les atteintes au droit, l’avocate de Cadremploi, Claire Wartel-Severac, s’est efforcée de démontrer en quoi Keljob se rendait coupable de contrefaçon de marque et de piratage de la base de donnée. Selon elle, le fait que Keljob utilise comme argument de vente le référencement des annonces Cadremploi constitue une utilisation de la marque. En second lieu, l’avocate considère que les URL récupérées par les robots de Keljob et rapatriées sur son site constituent "un élément fondamental" des offres de Cadremploi. Les afficher constituerait une utilisation abusive de la base de données. Chargé de défendre le moteur de recherche, Michel Laval a repris le propos de la Cour d’appel : Keljob ne procède pas à des téléchargements et se trouve protégé par le code de la propriété intellectuelle qui autorise la reproduction "non-substantielle d’une base de données". Quant à la mention du terme "cadremploi", permettant de diriger l’internaute vers le site d’offres, elle ne peut être considérée selon lui comme une atteinte à la marque.

Balayant rapidement l’accusation peu sérieuse de "piratage de logiciel", introduite par Cadremploi dans le jugement du fond, l’avocat de Keljob a tenu à répondre du grief de concurrence déloyale. Selon la partie adverse, en effet, "Keljob a assis sa notoriété en évitant aux internautes d’aller sur le site de Cadremploi pour effectuer leur recherche. Ensuite, elle est allé démarcher directement les clients de la société". Claire Wartel-Severac estime que Keljob s’est livré à une "perversion de la navigation" et à un détournement de trafic en utilisant des "liens profonds au lieu de liens simples", renvoyant vers la page d’accueil. Pour son contradicteur Michel Laval, ces arguments ne tiennent pas. Les internautes, étant systématiquement renvoyés sur Cadremploi s’ils veulent lire l’intégralité des offres, augmentent son audience. Selon lui, les sociétés ne sauraient être concurrentes puisque l’une est un site d’offres d’emploi et l’autre "un site de recherches d’offres d’emploi". Le point de vue retenu par la cour d’appel le 25 mai est une bonne nouvelle, face à une approche saugrenue des liens hypertextes qui les a divisés en "liens simples" et "liens profonds". Si le juge du fond conserve la même approche, il donnerait une certaine légitimité à "l’agrégation de contenu". Jugement le 5 septembre.

http://www.cadremploi.fr
http://www.cadremploi.fr http://www.keljob.com
http://www.keljob.com
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse