20 08 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


16/07/2003 • 18h59

Pourquoi France Inter a viré Martin Winckler

Le chroniqueur aurait trop critiqué l’industrie pharmaceutique, gros annonceur de la radio publique

Prévue jusqu’au 11 juillet 2003, "Odyssée", la chronique quotidienne du romancier et médecin Martin Winckler a été interrompue le 4 juillet 2003 par la direction de France Inter. L’auteur de la Maladie de Sachs explique sa mise à l’index par des pressions exercées sur la radio publique par les industriels du médicament, qui n’auraient guère apprécié la diffusion, le 15 mai dernier, d’un billet assassin contre certaines pratiques "malhonnêtes" des laboratoires pharmaceutiques.

Ledit billet résumait les thèses d’un récent livre d’enquête très critique à l’encontre des grands groupes de santé (Le grand secret de l’industrie pharmaceutique, de Philippe Pignarre, aux éditions La Découverte). En verve - manifestement un peu trop aux yeux de certains - Martin Winckler dénonçait pêle-mêle "les tests de médicaments au rabais dans les pays de tiers-monde", "les résultats d’études cliniques (...) truqués", "les nouvelles maladies imaginaires" ou encore le peu d’indépendance de la presse médicale française.

Martin Winckler raconte que un mois et demi après la diffusion de ce billet, le vendredi 4 juillet, l’assistante de Jean-Luc Hees, directeur de France Inter, l’a appelé pour lui signifier que sa chronique matutinale du jour serait la dernière.

Motif invoqué par la direction de France Inter : la chronique de Winckler, au départ une tribune généraliste, était devenue "trop médicale". Une justification que l’intéressé conteste aujourd’hui. "Elle était surtout ’trop pointue’, ’trop agressive’, ’trop critique’ par rapport au traitement de l’information sur la santé habituellement fait sur France Inter", dit-il.

Chère publicité

Depuis le mois de juin, France Inter et France Info diffusent plusieurs fois par jour une campagne publicitaire du Leem, le lobby français des "entreprises du médicament" destinée, selon ces dernières, à "rappeler la réalité de leur contribution à la santé des Français". L’irrévérencieux Winckler avait débuté sa chronique du 15 mai en annonçant : "Le motif de cette campagne, c’est que l’industrie pharmaceutique est en crise". Est-ce cette affirmation peu amène qui a valu au chroniqueur d’être débarqué ? Interrogée par Transfert, la direction de France Inter n’a pas trouvé le temps de nous éclairer sur ce point. On peut simplement rappeler que le statut public de France Inter ne lui permet de diffuser que très peu de publicité. Les annonceurs y sont donc rares... et chers.

Martin Winckler, romancier à succès transformé en journaliste le temps d’une saison radiophonique écourtée, n’a pas eu le loisir de saluer une dernière fois ses auditeurs, comme le veut la tradition. L’écrivain explique : "Personne n’a fait de chronique à ma place : en passant du Gainsbourg, on a signifié délicatement aux auditeurs que j’avais purement et simplement été viré de l’antenne...". Il ajoute : "Je tiens à ce qu’on sache que l’industrie pharmaceutique peut probablement faire virer un chroniqueur scientifique d’une radio publique. Ca me paraît très, très grave."

Dès le lundi 7 juillet, la page dédiée à Winckler n’était plus accessible depuis la page des chroniques sur le site de France Inter. Et le 11 juillet à 7 h 51, l’ancien horaire d’"Odyssée", France Inter diffusait un droit de réponse du Leem. Une démarche plutôt rare dans l’audiovisuel, où l’on préfère en général régler les conflits à l’amiable (et surtout hors antenne).

Dans son communiqué, le Leem affirmait que "les affirmations erronées" lancées par Winckler "constituent des accusations sans fondements". Une belle tautologie à laquelle le Leem a préféré ne pas adosser de démonstration. Le lobby n’a pas non plus cru bon d’attaquer en diffamation Winckler ou les auteurs du "Grand secret de l’industrie pharmaceutique".

De son côté, Winckler s’apprête à publier ses chroniques à l’automne prochain aux éditions du Cherche-Midi. Il explique : "France Inter refuse de mettre son logo sur le recueil de mes chroniques (...) C’est une première. Même les chroniques de Philippe Val (rédacteur en chef de Charlie Hebdo, ndlr) ont l’imprimatur de France Inter..." Très amer, Martin Winckler souligne qu’il n’a "pas reçu un mot de soutien" de la part de membres de la rédaction de la radio publique. "Des auditeurs, en revanche, je reçois environ cent courriers d’encouragement par jour", précise-t-il.

Le récit des mésaventures de Martin Winckler, par l’intéressé:
http://www.terredescale.net/article...

Les chroniques de Winckler ne sont plus accessibles depuis le site de France Inter. Subsiste ce lien direct vers une "note à l’attention des internautes chevronnés", rédigée par Winckler:
http://www.radiofrance.fr/chaines/f...

Le Leem, "Les entreprises du médicament":
http://www.leem.org

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse