14 08 2018
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


20/02/2001 • 17h40

PGP : la fin d’une époque

Pretty Good Privacy, le standard de fait de la cryptographie, vient de perdre son père. Philip Zimmermann vient en effet d’annoncer qu’il quittait NAI, la société qui commercialisait PGP. En route pour de nouvelles (crypto)aventures...

Le site OpenPGP en français s’en était fait l’écho il y a quelque temps, c’est maintenant confirmé : Phil Zimmermann quitte la société Network Associates (NAI), qui lui avait racheté le logiciel de cryptographie PGP. Rideau, fin d’une époque, presque dix ans après le big bang causé par cet informaticien américain. En 1991, celui qu’on surnomme PRZ s’était fait connaître en lançant Pretty Good Privacy, un logiciel, gratuit, conçu pour protéger la confidentialité des communications électroniques. Destiné à améliorer la protection des droits de l’homme et de la vie privée à l’ère informatique, PGP avait valu à son auteur quelques années de déboires judiciaires avec la justice américaine, qui considérait son logiciel comme une "arme de guerre" et voulait en interdire la distribution, notamment à l’international. En 1997, sa société, et l’équipe qu’il avait constituée, était rachetée par Network Associates. Spécialisée dans les antivirus, cette dernière élargissait ainsi ses activités à la sécurité informatique. Mais ce changement de propriétaire a aussi marqué une évolution de la stratégie. En 2000, deux cryptographes français lançaient une "lettre ouverte pour restaurer la confiance en PGP", dénonçant la dérive commerciale de NAI, accusée de faire de PGP une véritable "usine à gaz".

De PGP à OpenPGP...

Zimmermann explique aujourd’hui, à son tour, qu’il quitte NAI parce que la société n’a plus la même vision que lui de l’avenir de PGP. Elle aurait en effet décidé de ne plus donner accès à l’ensemble du code source des futurs développements du logiciel, alors que c’est dans cette transparence même que réside, principalement, la confiance accordée en PGP. Dans ce domaine, tout produit ne livrant pas son code source est en effet considéré d’emblée comme suspect, en tout cas pour les férus de crypto et de sécurité informatique. PRZ explique par ailleurs qu’"il est temps pour [lui] de passer à d’autres projets plus en accord avec [ses] propres objectifs de protection de la vie privée". Il compte ainsi se focaliser sur OpenPGP. Sa version libre de PGP® est en passe de devenir la norme en la matière, implantée en standard dans un nombre grandissant de logiciels. Et de préciser qu’il devient ainsi, et entre autres, cryptographe en chef d’HushMail, un service d’e-mails gratuits et sécurisés dont la version 1.4 vient tout juste d’être lancée. Ce service passe pour être l’un des plus prometteurs du marché, lui-même très porteur, de la protection de la vie privée.

... & GnuPG

Will Price, l’un des collaborateurs les plus connus de Zimmermann, évoque, comme beaucoup d’autres, la tristesse qui l’emplit suite à la décision du mentor de PGP. Il rappelle cependant que l’équipe chargée de développer le logiciel est pour moitié la même que celle qui entra à NAI en 1997. Autrement dit : cela n’entame en rien la confiance que l’on peut avoir en PGP. PRZ a lui-même précisé que la version 7.0.3, sortie début février, est à ses yeux la plus sécurisée de toutes celles qu’il a personnellement supervisées. Des arguments qui ne convainquent pas les supporters de PGP. S’ils confirment leur confiance dans les versions précédentes de PGP, ils contestent l’orientation prise par NAI et l’ajout de "gadgets inutiles voire dangereux pour la sécurité", pour reprendre le commentaire, acerbe, du site OpenPGP en français. Celui-ci reproche ainsi à NAI d’avoir privilégié l’environnement Microsoft "pourtant notoirement moins sûr et moins stable" que les autres, et oppose à la dérive marketing du logiciel les perspectives offertes par GnuPG. Logiciel libre conçu sous OpenPGP, son utilisation, même sous Windows, tend en effet à être de plus en plus conviviale, et tout aussi sécurisée que celle de son grand frère. NAI ne cache pas que c’est la version commerciale de PGP, destinée aux sociétés privées, et non la version freeware, développée pour les particuliers, qui a ses faveurs. Et si de plus en plus de particuliers passent sous Linux, la majeure partie des sociétés restent sous Windows. PGP fera peut-être le bonheur de certains salariés. Les défenseurs des droits de l’homme, eux, iront voir ailleurs.

 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse