14 07 2020
Retour a la home
Rubrique Économie
Économie
Rubrique Société
Société
Rubrique Technologies
Technologies
Rubrique Culture
Culture
MOTS CLÉS
 
Tous les mots

DOSSIERS...
 Le projet |  L’équipe |  L’association |  Nos outils  | Actualités |  Sources |  Alertes  
Abonnés : connectez-vous

 
Oubli du mot de passe
TRANSFERT S'ARRETE
Transfert décryptait l'actualité des nouvelles technologies, proposait un fil info quotidien et une série d'outils de veille. Notre agence, refusant toute publicité, dépendait de ses abonnements.
  COPINAGES
Ecoutez Routine.
Protégez-vous.
Auditez votre cybersécurité.
Chiffre du jour
700 000
dépistages génétiques chaque année en Europe, selon la Commission européenne (...)
Revue de Web
 Lindows harcelé
 Cyberdissidents vietnamiens en appel
 Plus de CO2 = moins d’eau potable
Phrase du jour
"Ce service public que nous assurons a besoin de votre soutien pour perdurer"
L’association Inf’OGM, qui justifie la fin de la gratuité de son bulletin d’information (...)

Dossier
Le nucléaire mis au secret
Dossiers récents
 Racisme en ligne : l’affaire Sos-racaille
 Le fichage des passagers aériens
 La bataille des brevets logiciels
 L’impasse énergétique
 L’hydrogène, une énergie (presque) propre
Tous les dossiers
Spacer
Unes de la semaine

lundi 1er/12 Transfert.net

vendredi 28/11 Économie

jeudi 27/11 Société

mercredi 26/11 Culture

mardi 25/11 Économie

Spacer


25/01/2001 • 16h32

On ne prête l’UMTS qu’aux riches (2/2)

Le cataclysme financier qui se prépare dans le monde des télécoms européens, "rançonnés" par l’UMTS, va aboutir à une concentration du secteur.


Transfert
suite de l’article
Les opérateurs de téléphonie mobile le clament sur tous les tons : le prix des licences UMTS serait exorbitant au point de mettre en danger leur santé financière. Selon le e-zine Total Tele.Com, avec le prix payé par l’opérateur historique BT pour sa licence UMTS au Royaume-Uni, on aurait raccordé tous les foyers britanniques avec de la fibre optique. Ce n’est pourtant pas le souci majeur du milieu : la note est écrite noire sur blanc, les emprunts sont chiffrés. Les banques savent donc à quoi s’attendre.

L’ardoise non-chiffrée des réseaux

En revanche, l’ardoise des infrastructures de réseau est encore inconnue. On parle généralement d’un doublement du coût de la licence pour la France. L’institut Forrester Research table sur une addition de 10 milliards d’euros en moyenne pour les opérateurs présents dans les grands pays européens. "Par exemple, France Télécom peut s’attendre à une dépense de 11,25 milliards d’euros (73,5 milliards de francs) au total en France : 4,95 milliards d’euros dans la licence (32,5 milliards de francs), 5 milliards d’euros (33 milliards de francs) pour la construction du réseau, et 1,25 milliard d’euros(8 milliards de francs) pour le marketing." Encore plus pessimiste, Bruno Salgues, chercheur à l’Institut national des télécommunications, estime que France Télécom devra commettre de nouveaux emprunts pour investir finalement 100 milliards de francs dans l’UMTS. Au contraire, prétend Luc Jeunhomme, ingénieur-conseil spécialiste des télécoms chez BNP-Paribas, les chiffres ont été gonflés. Il faudra moins d’une trentaine de milliards de francs pour déployer les réseaux UMTS. Les dépenses seront plutôt de l’ordre de 20 milliards de francs, comme pour le GSM. " Il est difficile de calculer les sommes à investir, car les opérateurs n’ont pas tous le même parc d’abonnés. Mais ceux qui ont déjà un réseau mobile pourront réutiliser une grande partie des emplacements antennes. " Ça tombe bien, le dernier candidat sans expérience GSM vient de se retirer de la course...

On peut objecter à ces arguments lénifiants que les besoins en infrastructure pour la 3G ont sans doute été sous-estimés. C’est du moins la conclusion à laquelle est parvenue la société de conseil britannique Quotient Communications, expert UMTS auprès du gouvernement de Tony Blair. Les opérateurs qui ont prévu de conserver le même nombre de relais que pour le GSM pourraient avoir à doubler ces infrastructures. Et encore cela ne suffira-t-il qu’à assurer le trafic de la voix et d’un Internet privé de courrier électronique et de vidéo.

Dette et prêts

Quel que soit le coût final de l’affaire UMTS pour les opérateurs, l’incertitude actuelle inquiète les banques et les marchés qui financent leurs investissements dans la 3G. L’affaire s’ajoute à une série d’acquisitions en 1999-2000, lorsque les monopoles historiques se sont diversifiés sur Internet en rachetant une moisson de start-ups : contenus, technologies, portails. Une première vague de concentration avait alors déferlé sur les télécoms. Vodafone sortait du néant et s’érigeait en groupe plurinational. France Telecom, Deutsche Telekom et Telefónica devenaient paneuropéens. Aux ...tats-Unis WorldCom se mariait avec MCI, tandis que les Baby Bells se regroupaient.

Ces grandes manœuvres ont coûté cher aux opérateurs. Pour racheter l’opérateur mobile Orange à Vodafone, France Telecom a dû débourser 145 milliards de francs en cash. Selon Capital Data, cité par The Standard Europe, " les groupes de télécoms ont émis 113 milliards d’euros (742 milliards de francs) d’obligations en 2000, presque 50 % de plus qu’en 19999. En plus des emprunts obligataires, les groupes de télécoms ont aussi levé 225 milliards d’euros (1 478 milliards de francs) en prêts auprès de banques en syndication, presque la moitié du volume total de ce type de prêts en Europe. Et les emprunts ne vont pas cesser après la vente des licences. Quelque 100 milliards d’euros (657 milliards de francs) de dette à court terme dans les télécoms devront être refinancés en 2001, et 27 milliards d’euros (177 milliards de francs) d’obligations arriveront à terme. "

Total Tele.Com:
http://www.totaltele.com/view.asp?a... Quotient Communications:
http://www.quotient.co.uk
 
Dans la même rubrique

28/11/2003 • 19h29

Quand le déclin de la production pétrole mondiale va-t-il débuter ?

28/11/2003 • 19h19

Les réserves de pétrole sont dangereusement surévaluées, dénonce un groupe d’experts

25/11/2003 • 19h13

Les hébergeurs indépendants ne sont toujours pas responsables, pour l’instant

25/11/2003 • 19h04

Les licences Creative Commons bientôt disponibles en français

21/11/2003 • 19h36

Deux affaires judiciaires relancent la polémique sur la responsabilité des hébergeurs
Dossier RFID
Les étiquettes "intelligentes"
Dernières infos

28/11/2003 • 18h33

La Criirad porte plainte contre la Cogema pour avoir diffusé des infos sur les déchets nucléaires

27/11/2003 • 19h01

Un traité onusien veut obliger les belligérants à nettoyer les "résidus explosifs de guerre"

27/11/2003 • 17h14

La Cnil met les"étiquettes intelligentes" sur sa liste noire

26/11/2003 • 19h06

"The Meatrix", un modèle de dessin animé militant, hilarant et viral

26/11/2003 • 18h54

Un observatoire associatif pour lutter contre les inégalités

26/11/2003 • 18h47

Pour les Etats-Unis, les essais nucléaires ne sont pas encore de l’histoire ancienne

24/11/2003 • 22h09

EDF refuse d’étudier la résistance de l’EPR à une attaque de type 11-septembre

24/11/2003 • 18h36

La Grèce bannit la biométrie de ses aéroports à un an des Jeux olympiques

24/11/2003 • 18h16

10 000 manifestants réclament la fermeture de la School of Americas

21/11/2003 • 19h04

Un anti-raciste poursuivi en justice pour antisémitisme

21/11/2003 • 18h48

Le festival Jonctions confronte art, technologies et éthique

20/11/2003 • 19h28

Un fonctionnaire ne peut utiliser sa messagerie professionnelle à des fins religieuses

20/11/2003 • 19h00

Les technologies de surveillance automatisée tiennent salon au Milipol 2003

20/11/2003 • 18h22

Zouhaïr Yahyaoui libre, les cyberdissidents tunisiens restent harcelés par le régime

20/11/2003 • 16h29

Le site parodique Send Them Back milite pour le renvoi de tous les mp3 "volés" à la RIAA


Contacts |  Haut de page |  Archives
Tous droits réservés | © Transfert.net | Accueil
Logiciels libres |  Confidentialité |  Revue de presse